La Guerre des Lulus – 1916 - La perspective Luigi 1/2. Régis HAUTIERE et Damien CUVILLIER – 2018 (BD)

Publié le 22 Mars 2019

La Guerre des Lulus

1916

La perspective Luigi

1/2

 

Scénario de Régis HAUTIERE

Dessin de Damien CUVILLIER

Couleurs de David FRANÇOIS

 

Editions Casterman, juin 2018

64 pages

 

Thèmes : Première Guerre mondiale, Allemagne, Amitié, Pauvreté, Histoire

 

Lecture commune avec Enna

 

Les Lulus, ce sont quatre garçons et une fille.

Lucien, Luigi, Ludwig et Lucas sont quatre orphelins inséparables, qui vivaient dans l’Abbaye de Valencourt jusqu’à ce que la guerre éclate et que l’orphelinat soit évacué par l’Armée Française… mais sans eux, partis en forêt construire leur cabane.

C’est en allant au village qu’ils ont découvert Luce, réfugiée belge séparée de ses parents.

*

Après avoir vécu seuls dans leur cabane en 1914 (tome 1) et relativement en marge de la guerre, ils sont rejoints et aidés par Hans, un déserteur allemand, devenu leur ami (1915 -tome 2).

Mais après sa mort, ils se sont vus contraints de fuir la région et de se réfugier un temps à Guise dans son Familistère (1916- Tome 3), avant de prendre un train, en partance pour la Suisse, pensaient-ils…

 

Mais c’est à Berlin, en Allemagne, qu’ils se sont retrouvés.

Ce spin-off, en deux parties, nous raconte ce qu’ils y ont vécu.

Voici la première.

 

***

 

Octobre 1936, Amiens.

Un homme vient retrouver Luigi, devenu confiturier (ce qui n’étonnera personne !), dans un café.

Il aimerait recueillir son témoignage sur le temps qu’il a passé en Allemagne, ses amis et lui, les Lulus, durant la Grande Guerre.

 

Alors Luigi parle, bien que les mots, il ne soit pas très à l’aise avec.

Son récit est entrecoupé par les questions que lui pose l’homme, pour éclaircir un point, recontextualiser… Et ainsi se passe l’album entre présent et flashbacks, aux dessin et couleurs distincts.

 

Il nous raconte leur descente du train, la fuite derrière un enfant pickpocket, tous pourchassés par des policiers et leur confrontation, puis intégration dans la bande de Josef, qui mène une dizaine de gamins des rues, filles comme garçons.

Sur un malentendu assez cocasse, ces derniers pensent qu’ils sont Suisses, même si c’est du côté français, et cela arrange bien nos Lulus, qui arrivent à gagner leur sympathie avec les pots de confiture gardés dans leurs valises.

Puis, assez vite, à comprendre certains mots jusqu’à pouvoir parler et communiquer. Heureusement, il leur restait quelques rudiments d'avec Hans.(Tome 2).

La typographie des bulles suit d’ailleurs cette évolution.

 

A leurs côtés, ils découvrent la mendicité, le braconnage, le vol, la duperie. Il faut bien manger ou gagner de l’argent pour se nourrir.

Josef appelait ça « rééquilibrer l’économie ».

Et aussi des sources de joie comme la Fête Foraine.

 

Mais dans cette Berlin triste, morose et affamée, où tous ne vivent pas au même diapason, les hordes de gangs sont nombreuses, et dangereuses.

C’est ainsi que les Lulus font une rencontre malheureuse avec les Artilleurs, des malfrats un peu plus âgés, acoquinés avec les policiers et qu’ils font, une foi de plus, l’expérience de la trahison.

L’été qu’on a passé à Berlin, ça a été pour nous un peu comme des grandes vacances.

Des vacances qui se sont terminées avec l’arrivée de l’automne.

Et l’hiver qui a suivi a été terrible.

La Guerre des Lulus – 1916 - La perspective Luigi 1/2. Régis HAUTIERE et Damien CUVILLIER – 2018 (BD)
La Guerre des Lulus – 1916 - La perspective Luigi 1/2. Régis HAUTIERE et Damien CUVILLIER – 2018 (BD)
La Guerre des Lulus – 1916 - La perspective Luigi 1/2. Régis HAUTIERE et Damien CUVILLIER – 2018 (BD)

C’est ainsi que se termine ce tome, sur une note triste et douloureuse, nous promettant bien des péripéties dans le second tome.

 

C’est avec le dessin de Damien Cuvillier que ces évènements nous sont rapportés. Un autre dessinateur pour un autre point de vue.

Alors que nous ne savons pas qui est le narrateur dans la série originelle (bien que le tome 5 nous offre un petit aperçu), il est ici clairement identifié : Luigi.

Cela explique les physiques et versions un peu différents, mais aussi des souvenirs similaires.

 

Le dessin rond, les trognes des personnages, le choix des couleurs, m’a moins plu, mais je pense que c’est juste dû à l’habitude de voir les Lulus croqués par Hardoc.

Cependant, le dessin est aussi, paradoxalement, plus drôle, même si ce terme paraît incongru.

Damien Cuvillier accentue les expressions faciales et corporelles (un visage tout rouge ou de la fumée sortant des narines…),  ou autour des les personnages, comme par l’ajout de trait les entourant pour accentuer le mouvement et diriger l’œil.

Pour exemple, la présence d’un gribouillis dans une bulle au-dessus d’un lapin qui a échappé de peu au civet.

Il joue aussi sur les angles de vue, les perspectives, ce qui apporte beaucoup de dynamisme et contrebalance la dureté de ce qui nous est raconté.

 

Le texte, les mots, profitent aussi de ce changement.

Avec ce procédé de l’interview, les faits nous sont rapportés d’une manière orale et non écrite, et d’une manière plus familière, moins travaillée, plus spontanée, mais aussi peu chaleureuse.

 

Sont-ce les 20 ans qui ont passé, les épreuves subies ensuite et depuis, ou autre chose encore, mais l’amitié des Cinq est relativement peu retranscrite, et même non mentionnée en 1936…

 

Que s’est-il passé ? Je veux savoir !

Vivement la suite de cette Perspective comme de la série originelle.

 

Qu’en a pensé Enna ? Allons lire son avis !

Cet album participe à mon Challenge dédié à la Première Guerre mondiale et au Challenge « Je termine ce que j’entreprends » de Pauline.

 

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 22/03/2019 18:17

J'avoue être un peu perdue dans les nombreuses péripéties de ces tomes, mais c'est certain, je les lirai un jour !
Belle soirée, Blandine !

Enna 22/03/2019 07:01

J'ai bien aimé cette incursion en Allemagne et comme toi j'ai envie de connaître la suite et comment l'histoire des Lulus évolue! Par contre, la honte, je m'étais trompée de nom de dessinateur dans mon billet! ouf, c'est rectifié ;-)

Blandine 22/03/2019 10:33

Top ;-)
Oh oui, vivement la suite!!!