Y aura quelqu'un. Thomas SCOTTO et Csil – 2017 (Dès 7 ans)

Publié le 3 Octobre 2017

Y aura quelqu'un

 

Texte de Thomas SCOTTO

Illustrations de Csil

Editions Frimousse, collection "La Question (l'Album philo), août 2017

Dès 7 ans

 

Notions abordées : Philosophie, entraide, solidarité, danger, écologie

 

Après La leçon, voici le deuxième album des Editions Frimousse dédié à la Philosophie.

Un bel objet-livre, au dos toilé et grand format.

 

 

Une histoire qui « l’air de rien » nous interroge et nous pousse à réfléchir sur le monde qui nous entoure, à titiller nos consciences, à susciter dialogues et débats.

 

Le trait, à la fois délicat et abstrait de Csil, nous immerge dans un décor à fond blanc mais riche de détails, irréaliste mais dont certains éléments si tangibles nous interpellent.

 

Deux amis vont leur chemin.

L’un parle, l’autre, Michel, écoute.

Mais Michel est perturbé par la vision d'êtres en difficultés, en péril, et qui le choquent.

Son ami, tout à son récit, concernant un personnage important svp, ne veut ni regarder, ni s’arrêter.

Et s’agace  d’être interrompu dans son monologue sans queue ni tête.

A chaque « Héé ! » de son ami, qui se rallonge à chaque fois, il répond sans même se retourner « Y aura quelqu’un ».

-Quoi ?!!!!
…oui, oui, et re-oui! T’inquiète, y aura quelqu’un… !

Vraiment??!

Lorsque j’ai découvert cet album, seule, un poème s’est immédiatement imposé à moi, Quand ils sont (ou Je n'ai rien dit) du pasteur et théologien allemand Martin Niemöller (1892–1984). Son histoire ICI.

 

« Quand ils sont venus chercher les communistes,

Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste

Quand ils sont venus chercher les juifs,

Je n’ai rien dit, je n’étais pas juif

Quand ils sont venus chercher les catholiques,

Je n’ai rien dit, j'étais protestant...

... Puis ils sont venus me chercher,

Et il ne restait plus personne pour dire quelque chose »

 

Cet album, à mon sens, reprend cette idée d’individualisme et de non assistance à personne en danger, tout en l’accompagnant du « je-m’en-foutisme » ambiant, de la banalisation des violences, trop vues, trop entendues, trop proches de nous.

Comme si fermer les yeux, ou tourner la tête, les ferait disparaître, ou tout du moins les atténuerait, les empêcherait de nous arriver, car, de toute façon, quelqu’un sera là, saura mieux, parce que cela ne nous concerne pas…

 

Ces drames du quotidien ; ces ordures qui jonchent les rues, les forêts, les océans ; ces animaux en souffrance ; les accidents domestiques ou de vengeance ; les catastrophes écologiques ; les boat-people chargés d’espérance mais rejetés…

 

Avec mes garçons: de nombreuses questions les ont fait réagir.

Pourquoi le personnage qui voit les autres en détresse ne s'arrête-t-il pas de lui-même? Est-il plus ou moins coupable que l’autre ?

Pourquoi n'aide-t-il pas, ne fait-il pas les choses lui-même?

Pourquoi l'autre est-il persuadé qu'il y aura (toujours) quelqu'un?

Son histoire est-elle si/plus importante?

Que ferait-on dans ce genre de situation?

Est-ce plus facile d’ignorer ?

 

Ces questionnements taraudent notre altruisme, notre indifférence, notre conscience, notre vision du monde, poussent à imaginer des solutions.

 

Un album indispensable.

 

Merci aux Editions Frimousse.

 

Cet album participe aux Challenges de Sophie Hérisson « Je lis aussi des albums 2017 » (59/100) et « 1% Rentrée Littéraire 2017 » (8/6).

Sur le blog, je vous ai déjà présenté d’autres albums de Csil :

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur 

FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nathalie 03/10/2017 09:35

Je connaissais ce poème (?) sous forme d'histoire effectivement, sans doute la version de Badinter, mais je ne savais pas que c'était un pasteur allemand qui avait écrit ça...
Merci pour la découverte, je note cet album !

Nathalie 03/10/2017 10:46

Oui, oui, j'ai lu, merci ! ;) c'est intéressant !

Blandine 03/10/2017 10:45

Merci à toi :-)
Dans le lien de l'histoire de ce poème, tu découvriras comment Badinter l'a (un peu) changé, et les versions qui existent.