Zazie dans le métro. D’après l’œuvre de Raymond QUENEAU. Clément OUBRERIE – 2008 (BD)

Publié le 13 Septembre 2017

Zazie dans le métro

 

D’après l’œuvre de Raymond QUENEAU

Adaptation, dessin et couleurs de Clément OUBRERIE

Editions Gallimard, collection « Fétiche », juin 2008

72 pages

 

Thèmes : enfance, Paris, humour, variations de la langue, quête d’identité.

 

 

Zazie dans le métro, j’ai le roman qui traîne dans ma bibliothèque depuis des lustres sans que l’envie me prenne de l’ouvrir. Pourtant, lorsque je l’ai acheté, j’étais très enthousiaste.

Aussi lorsque j’ai vu cette adaptation BD, je me suis dit que j’avais là le moyen de résoudre mon problème.

D’autant qu’elle est menée par Clément Oubrerie, le dessinateur de la série Pablo (scénarisée par Julie Birmant : 1234)

 

Même s’il est vrai que son trait n’était pas ce qui m’avait attirée pour cette série, je suis plutôt contente de le retrouver ici. D’autant qu’il y a comme un air de ressemblance entre  « tonton Gabriel » et Guillaume Apollinaire…

Les cases sont sans surprise, les couleurs plutôt dans les tons orangés-marrons, le trait fin, l’écriture « pattes-de-mouches ».

 

Mais revenons à l’histoire de Zazie…

(Parce que comme moi, vous n’avez peut-être pas lu le roman !)

 

Années 1950.

Zazie est une fillette d’une douzaine d’années, vive et débrouillarde, qui vient passer deux jours à Paris, chez son oncle Gabriel.

Elle n’a qu’un désir : voir le métro !

Pas de chance, il est en grève, donc fermé, donc balade en taxi avec Charles.

Mais elle n’a que faire des monuments, que son oncle confond sans cesse.

Volontaire et têtue, elle ponctue quasi toutes ses réflexions par des « mon cul » ou « c’est con », ce qui horrifie Turandot, le tenancier du bar du quartier. Elle risquerait de donner le mauvais exemple à sa clientèle. C’est le monde à l’envers !

 

La gamine fugue, se rend aux puces, croise un satyre, lui raconte sa vie familiale, lui fait payer des « bloudjinnzes » puis quitte sa robe pour s’habiller « comme un garçon », monte sur la Tour Eiffel, aimerait savoir si son oncle, artiste de métier et de la nuit est un « hormossessuel » (ce serait tellement plus simple – et rapide- qu’il réponde à sa question), le retrouve qui déclame des vers à des touristes qui l’embarquent comme guide.

 

Aux guidenappeurs ! crie une dame qui en profite ensuite pour suivre Zazie qui sait où retrouver son oncle…

La soirée sera encore longue et les rencontres aussi nombreuses que bizarres !

 

Ce roman fut le premier succès populaire de Raymond Queneau.

Il s’yamuse avec la langue, sa prononciation, l’orthographe (à moins que cela ne soit de Clément Oubrerie). Les anglicismes et mots-valises se succèdent et apportent un côté loufoque, reléguant le vulgaire ou la violence des propos ou des actes.

Tout un panel de personnages permet à Zazie de se forger une réflexion quant à la vérité, forcément multiple, et à l’identité (à commencer par la sienne).

 

Je ne sais pas si l’adaptation se permet quelques libertés par rapport au roman, mais son final me plaît beaucoup !

De nombreuses autres adaptations ont été faites : jeunesse, films, théâtre.

 

Cet album participe au RDV la BD de la Semaine, qui se déroule chez Noukette aujourd’hui (Retrouvez-y toutes les participations du jour - CLIC) ainsi qu’à mon challenge « Je (re)lis mes classiques » et au « Petit Bac 2017 » d’Enna, pour ma 6e ligne, catégorie Prénom.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Repost 0
Commenter cet article

Églantine 19/09/2017 23:29

Je ne l'ai jamais lu ! Et ne connaissais pas son histoire!!

Nathalie 18/09/2017 09:09

J'ai lu le roman il y a quelques dizaines d'années ! Je me souviens juste que c'était drôle et plutôt impertinent, non ?

Blandine 18/09/2017 21:57

drôle et impertinent oui... farfelu, cynique parfois aussi! les dessins doivent alléger les propos je pense.

Amandine Aufildesplumes 17/09/2017 15:11

Jamais lu le roman... ce que tu dis de la BD me donne envie de découvrir les deux!

Blandine 18/09/2017 21:55

Ah chouette! Je te souhaite deux belles découvertes alors :-)

scoobydu41 15/09/2017 19:36

Je connais l'auteur mais pas ce titre

Blandine 16/09/2017 23:47

Voilà peut-être le moyen d'y remédier ;-)

Saxaoul 14/09/2017 11:53

C'est un texte qui mérite d'être lu en version audio également.

Blandine 15/09/2017 13:09

Peut-être! Malheureusement, ce format ne me convient absolument pas.

Nancy 14/09/2017 11:17

J'avoue n'avoir jamais lu le roman et pourtant j'admire le travail de Queneau !
Merci pour la présentation Blandine, belle journée à vous :)

Blandine 15/09/2017 13:09

Ouf, je ne suis pas la seule ;-) Merci Nancy, pour vous aussi!

Sabine 13/09/2017 20:02

Je note précieusement pour les auteurs .Je compenserai lanon lecture du roman aussi .

Blandine 15/09/2017 13:10

;-)

Jerome 13/09/2017 12:11

Je ne suis pas fan du roman mais j'aime beaucoup le travail de Clément Oubrerie alors pourquoi pas.

Blandine 15/09/2017 13:10

Voilà, pourquoi pas!

Noukette 13/09/2017 11:07

Je n'ai jamais pu aller au bout du roman... et je ne suis pas fan du tout du trait d'Oubrerie... Aie...

Blandine 15/09/2017 13:10

ça risque de coincer en effet!

lasardine 13/09/2017 07:14

je note!! j'adore le roman et j'aime ce que fait Oubrerie, ça devrait coller!!

Blandine 15/09/2017 13:10

Oh oui, tout à fait! :-)