La librairie de l'île. Gabrielle ZEVIN -2017

Publié le 10 Septembre 2017

La librairie de l’île

 

Gabrielle ZEVIN

Traduction de l’américain par Aurore GUITRY

Editions Pocket, mai 2017 (Paru aux USA en 2014 sous le titre The storied life oh A.J. FIKRY)

288 pages

 

Thèmes : librairie, livres, adoption, amour, amitié, transmission

 

Lecture Commune avec Hilde du Livrobog.

 

Ce roman est une réédition, paru auparavant sous le titre français : L’Histoire épatante de M. Fikry et autres trésors.

Ces trois titres, en incluant l’américain, nous renseignent sur le contenu de l’histoire…

 

Sur Alice Island, petite île non loin de Hyannis dans la Massachussetts, il y a une seule librairie, ouverte par un couple, mais désormais tenue par un seul homme, A.J. Fikry, un personnage bougon et peu amène.

Il vit dans un petit appartement au-dessus de sa boutique. Seul, depuis le décès tragique, de sa femme Nic, qui n’était jamais en panne de bonnes idées pour la librairie.

Depuis, des épreuves de romans partout, une affection très peu développée pour l’informatique, et, en plus, une conception toute personnelle de la littérature.

-Ce qui me plaît, répète-t-il avec répugnance.
Et si je vous parlais plutôt de ce qui me déplaît ?
Je déteste les fictions post-modernistes, ou post-apocalyptiques, les narrateurs post-mortem, ou le réalisme merveilleux. Les tournures de style prétendument ingénieuses ne me touchent guère, pas plus que les intrigues à tiroirs, les images déplacées – tous les stratagèmes de ce genre, en somme.
Je méprise toutes les fictions inspirées de l’Holocauste ou d’autres tragédies mondiales – pitié, tenez-vous en aux documents. Je déteste mes ouvrages hybrides, les livres de genre type polar ou fantastique. La littérature devrait rester la littérature, et les genres, des genres. Les mélanges donnent rarement de bons résultats. Je n’aime pas les livres pour enfants, en particulier ceux avec des orphelins, et je ne tiens pas à encombrer mes étagères de romans pour jeunes adultes. Je refuse les bouquins de plus de quatre cents pages ou de moins de cent cinquante.
J’exècre les ouvrages rédigés par des nègres et signés par des stars de la téléréalité, les albums de photos de célébrités, les biographies de sportifs, les novélisations, les nouveautés, et –j’imagine que cela va de soi – les histoires de vampires. Je ne commande pas beaucoup de premiers romans, de comédies, de recueils de poésie ou de traductions. Je me passerai volontiers des séries, mais il faut bien vivre.

Avec tout ceci, on se demande ce qu’il peut (encore) bien aimer, et Amelia Loman avec.

Jeune représentante de la maison d’éditions Knightley Press, grande optimiste, elle ne doute pas pouvoir lui présenter son coup de cœur, Marié sur le tard et lui faire prendre les épreuves.

Lui se dit qu’elles rejoindront l’immense tas qu’il ne lira sans doute jamais.

 

Et pourtant !

Plusieurs rencontres et évènements vont faire d’AJ Fikry, cet homme peu aimable, une autre personne et nous présenter un aspect nettement plus sympathique, et même attachant.

 

Le vol de Tamerlan, une édition très rare et prisée des poèmes d’Edgar Allan Poe, qui lui permet de faire connaissance, puis de se lier d’amitié, avec l’inspecteur Lambiase.

La trouvaille d’une enfant de 2 ans, Maya, visiblement abandonnée dans sa librairie, une peluche Elmo à la main et dans l’autre Max et les Maximonstres, et pour laquelle il va développer tant d’affection, qu’il va l’adopter. Ses premiers pas en tant que père sont aussi tendres que cocasses.

Le suicide d’une jeune mère.

Le club de lecture du Chef.

Une lecture découverte tardivement.

Un retour sur l’île.

 

Autour de lui, de sa librairie et des livres, on voit les personnages évoluer, se construire, éclore, des vérités éclater.

Il n’y a pas de hasard, et ces rencontres ont toutes un rôle à jouer dans la vie d’A.J. Fikry comme ses lectures.

 

Telles des conseils de vie, des notes de lectures empreintes de souvenirs ouvrent chaque chapitre et en dévoilent la teneur.

A.J. Fikry les a rédigées à l’intention de Maya pour la guider et pour lui offrir un lien, et même une filiation. Et ce concept me rappelle celui de PS : I Love You. (roman devenu film à succès).

Ce roman dans lequel nos sentiments se reflètent dans les livres, nous aidant à affronter les épreuves de la vie ne pouvait que me plaire. Il est tour à tour triste, absurde, cocasse. Et pourtant, je n’ai pas réussi à y entrer complètement. Il m’a manqué un petit quelque chose que je ne saurais définir.

A mon inverse, Hilde l’a beaucoup aimé et nous conseille d’autres escapades en librairie.

Voici son article - CLIC

Parfois les livres attendent le bon moment pour nous trouver.

J’en suis persuadée !

 

Dans le même genre, si vous aimez les mangas, celui-ci devrait vous plaire : Le Maître des livres. CLIC

 

Ce roman participe à mon Objectif de lecture de’août 2017 ainsi qu’au "Petit Bac 2017" d’Enna pour ma 6e ligne, catégorie Lieu.

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict

Repost 0
Commenter cet article

Nancy 11/09/2017 13:01

Le titre et le résumé m'avaient fait de l'œil en librairie mais en le parcourant, je n'ai pas eu le coup de cœur.
C'est peut-être un tort, il faudra que je l'emprunte à la bibliothèque...Mais de toute façon, je suis tout à fait d'accord avec la citation sur "le bon moment" pour rencontrer un livre et ses personnages :)

Nathalie 10/09/2017 16:58

ça me rassure, je ne suis pas la seule... Après avoir lu tellement de bonnes, voire de très bonnes critiques sur ce roman, je me disais que je devais être mal lunée le jour où je l'avais lu ! Il ne m'a, effectivement, pas totalement convaincue non plus...

Nathalie 10/09/2017 21:43

Non, je l'ai lu il y a un moment déjà... Je me souviens juste que je n'étais pas rentrée dans l'histoire, qu'elle ne m'avait pas convaincue, pas fait vibrer... Mais te dire exactement pourquoi...

Blandine 10/09/2017 21:05

Saurais-tu dire pourquoi?

Hilde 10/09/2017 14:24

C'est vrai qu'on ne nous présente pas ce libraire sous son meilleur jour, ses réflexions sont désagréables et pleine de préjugés, heureusement que ça évolue.

J'ai aussi relevé cette citation au cours de la lecture, et j'approuve. On doit avoir une sorte de sixième sens ou juste un peu d'intuition parfois pour choisir le livre qui va nous apporter ce dont on a besoin, au bon moment. C'est un peu magique quand ça arrive.

Je comprends ton impression même si je ne l'ai pas ressentie, parfois il manque quelque chose, on n'entre pas bien dans l'histoire, les personnages restent à distance. Est-ce que quelque chose t'as dérangé pendant la lecture?

J'aime bien "Le maître des livres", il faudrait que je reprenne la série. Bon dimanche.

Blandine 10/09/2017 21:04

Je suis persuadée qu'il y a des moments pour lire les livres, pour qu'ils résonnent en nous.
Pour celui-ci, je ne sais pas ce qui a manqué, si c'est moi ou le moment de ma lecture qui n'était pas le bon...
Il faut aussi que je poursuive avec Le maître des Livres ;-)
Belle soirée à toi!

Pauline 10/09/2017 11:33

Aaaahhh, Le Maître des Livres ! Le nouveau tome sort cette semaine ! J'ai hâte !! Concernant ce roman, je préfère le nouveau titre et la nouvelle couverture. Je tenterais peut-être l'aventure un jour mais j'ai toujours peur avec ces romans qui annoncent plein de choses que j'aime mais qui en reste finalement assez éloignés. Merci pour ton avis ! Bon dimanche :-)

Blandine 10/09/2017 21:02

Merci à toi! Hilde a adoré, je ne sais pas ce qui a manqué, si c'est dû à moi ou au moment de ma lecture..
Belle soirée à toi!