PABLO - Tome 3 - Matisse. Julie BIRMANT et Clément OUBRERIE – 2013 (BD)

Publié le 26 Juillet 2017

PABLO

Tome 3

Matisse

 

Scénario de Julie BIRMANT

Dessins de Clément OUBRERIE

Couleur de Sandra DESMAZIERES

Éditions Dargaud, juillet 2013

86 pages

 

Thèmes : Jeunesse de Pablo Picasso, Paris, Espagne, années 1900, Espagne, amitiés, art.

 

 

Voici le troisième et avant-dernier tome de cette série qui vise à nous présenter Pablo avant qu’il ne devienne Picasso.

Par les yeux de sa compagne Fernande Olivier et au gré de ses rencontres formatrices et culturelles, on le découvre épris d’idéal, de liberté, de soif de vivre aussi, dans ce Paris du XXe siècle naissant. Il n’est pourtant jamais loin de ses racines espagnoles…

 

Que ce soit en Espagne, à Barcelone ou Gosol (un village perdu au milieu de nulle part.) ou à Paris, Pablo se cherche et expérimente quand Fernande lit et découvre la vie d’autres peintres, notamment celle de Gauguin.

Recherche de la matière, avec la sculpture sur bois, de l’angle de vue, de la structure… Il tâtonne, expérimente, approche du but, n’arrive pas à le saisir, mais il sait ce qu'il veut. Découverte de l'Art africain, une révélation.

 

 

Il y a ce que l’œil voit, et ce qu’il retranscrit. Les yeux de Pablo sont, à chaque tome, mis en valeur d’une façon toujours différente.

Il essaie de faire siennes les différentes influences, qu’elles soient picturales, littéraires, physiques. L’aspect sexuel de son œuvre, comme celles de ses amis, est encore très pregnant.

Sa rencontre avec et chez Matisse, ce « Cher Maître », « CM » comme dit Gertrude Stein est déterminante.

 

 

La couverture de ce troisième tome, magnifique, en dit long sur sa teneur.

Il est le tome de la rivalité, mais aussi de la volonté comme de l’espérance, du retour aux sources comme du renouveau, de l’intimité comme de la torture inhérente à chaque artiste

Les blessures d’enfance de l’âme de Pablo nous sont dévoilées au fil de ses recherches pour affiner et rendre son Art plus brut.

Tout comme celles qui perdurent. Son rapport à l’enfance est ambigu.

Le dessin reste de la même teneur que pour les précédents tomes : traits fins, couleurs sales, texte en « pattes de mouche »…  Une ambiance particulière mais qui correspond parfaitement, finalement.

 

Le titre du dernier tome, « Picasso », semble indiquer que Pablo s’est trouvé… Bientôt sur le blog !

Cet album participe à mon Objectif de lecture du mois de juillet 2017, surtout dédié à l’Espagne ainsi qu’au “Petit Bac 2017” d’Enna, pour ma troisième ligne, catégorie Personne Célèbre.

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterest,Instagramtumblr et Google+.

Repost 0
Commenter cet article