Manolito. Elvira LINDO - 1997 (Dès 8 ans)

Publié le 7 Septembre 2017

Manolito

 

Elvira LINDO

Dessins d’Emilio URBERUAGA

Editions Gallimard Jeunesse, collection "Folio Junior", septembre 1997

(Publié en Espagne en 1994 sous le titre Manolito Gafotas)

168 pages

Dès 8 ans

 

Thèmes : Espagne, enfance, famille, école, amitié

 

 

Manolito Garcia Moreno  est petit en taille (ce qui lui pose des problèmes de duffle-coat), est « binoclard » (ce qui lui pose des problèmes de lunettes cassées), habite le quartier populaire Carabanchel de Madrid avec sa mère (qui voit tout et qui pourrait travailler à la CIA s’ils la connaissaient), Manolo (son père, routier, et à qui il doit son prénom, le rendant le "dernier des derniers"), son petit frère qu’il appelle Le Bêta (même s’il l’aime bien), et son grand-père paternel Nicolas (qui souffre de la prostate et qui ne veut pas qu’on lui fête son anniversaire – 80 ans – car à cet âge-là, il n’y a que des vieux et qu’on ne lui offrira que des écharpes – moches en plus).

 

Manolito parle parle parle parle parle parle … Il parle tant et tant que sa mère (cette "colonelle" d’après son grand-père) l'a envoyé chez Mme Esperanza, psychologue, qui, au bout de deux séances, lui a dit que ce n'était pas nécessaire de revenir.

 

Alors il nous raconte sa vie, à nous lecteurs, qu’il apostrophe !

Oui, sa vie palpitante mérite d’être connue ! Et c’est avec innocence, naïveté, un brin de prétention ou même de cynisme qu’il nous la décrit.

Avec sa bande de copains composée de « Grandes Oreilles », son meilleur ami bien qu’il soit un traître ; de Yihad, crâneur certes mais quelle fierté d’être son ami ; « Susana Culotte-Sale », Jessica la grosse plus grosse, et le dernier arrivé, Paquito Medina qu’il soupçonne d’être un extraterrestre.

 

Tous fréquentent l’école (ou le collège) Diego Velázquez, dirigée d’une main de fer par M’dame Asuncion, persuadée que ses élèves se divisent en deux groupes très distincts (les génies et les futurs délinquants), mais élèves qu’elles aiment quand même et qui le lui rendent bien !

Ils font quantité de bêtises, involontaires le plus souvent.

Paquito Medina a commencé à écrire en laissant copier celui de derrière et ainsi de suite jusqu’à Grande Oreilles et moi, qui sommes toujours assis au dernier rang.
J’étais tout excité. C’est dans ces moments-là, quand les êtres humains forment une grande chaîne d’amitié, que tu penses que la paix mondiale est possible.
(…)
La vie réelle ne correspond jamais aux idées de ma tête. M’dame Asuncion est arrivée dans la classe et au lieu de distribuer des 20 elle a commencé par distribuer des lettres.
(…)
-Vous êtes tellement bêtes que vous ne savez même pas copier.

Et c’est ainsi pour des contrôles, au Musée, ou à un spectacle scolaire…

Les élèves affublés de déguisements maison sont censés représenter « Les colombes de la Paix »…

Une prestation très drôle.

Pourtant, s’il se fait largement gronder, sa mère est une championne de l’engueulade, Manolito sait faire preuve d’empathie et de générosité, notamment envers son grand-père.

 

Répétitions, jeux de mots parsèment ce roman rigolo qui distille au fil de sa narration plusieurs éléments culturels espagnols (voire du « monde mondial » pour reprendre l’une des expressions favorites de Manolito).
 

Il y a cependant quelque chose qui m’a embêtée : la monnaie. Il y est question de « francs » et non de « pesetas ». Il semblerait que la chose soit courante car sinon les jeunes lecteurs (ici, français) ne pourraient se représenter cet argent, le coût, les sommes. Je ne suis pas convaincue et n’ai pas souvenir d’avoir lu ou vu ceci dans un roman jeunesse étranger traduit (et avant l’Euro pour l’Europe).

 

Le roman se termine par une double interview, celle de l’auteure et celle de l’illustrateur : leurs parcours, leur lieu de travail, la manière de travailler, le nombre de livres publiés et un conseil pour un auteur/illustrateur débutant.

Je vous les note car j’ai trouvé leurs réponses très intéressantes.

Quel conseil donneriez-vous à un écrivain débutant ?
Elvira Lindo : Ecrire, lire et vivre.
(…)
Le lecteur, c’est cet individu invisible qui s’assoit pour écouter la vie des autres. Le meilleur conseil que je puisse donner à un écrivain débutant, c’est de vivre les yeux grands ouverts. Ainsi, il ne sera jamais à court d’histories magnifiques.

Quel conseil donneriez-vous à un illustrateur débutant ?
Emilio Urberuaga : Qu’il ne cesse d’être débutant, qu’il entreprenne toujours un travail comme si c’était la première fois, et qu’il regarde, qu’il regarde tout ce qui l’entoure.

Cinq suites ont été publiées, et une adaptation cinématographique a vu le jour en 1999 en Espagne.

 

Ce roman participe à mon Objectif de lecture du mois de juillet 2017, surtout dédié à l’Espagne ainsi qu’au “Petit Bac 2017” d’Enna, pour ma cinquième ligne, catégorie Prénom.

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook, TwitterPinterest, InstagramtumblrGoogle+, Babelio et Livraddict.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nathalie 09/09/2017 20:45

Tout à fait d'accord avec Nancy, j'ai tout de suite pensé au Petit Nicolas !!

Blandine 10/09/2017 11:16

En y repensant, c'est tout à fait ça ;-)

Nancy 08/09/2017 12:04

Il y a un côté "Petit Nicolas" à l'espagnole que j'aime beaucoup !
Et je suis tellement d'accord avec les conseils de l'auteure et de l'illustrateur <3
Belle journée Blandine !

Blandine 09/09/2017 09:51

Oui, vous avez raison!
Bon week-end à vous Nancy!