Le chevalier blanc. Michaël ESCOFFIER et Stéphane SENEGAS – 2017 (Dès 4 ans)

Publié le 15 Juillet 2017

Le chevalier blanc

 

Texte de Michaël ESCOFFIER

Illustrations de Stéphane SENEGAS

Editions Frimousse, juin 2017

Dès 4 ans

 

Notions abordées : Chevaliers, princesse, détournement de contes, observation, antisexisme, humour

 

A la façon d’un fabliau, avec ses pages parcheminées et son héros présenté en pied sur la couverture, cet album nous transporte au Moyen-âge, du temps où les Princesses étaient enfermées dans de hautes tours, n’ayant d’autre désir (officiel ou pris en compte) que d’être sauvées par un preux chevalier.

 

Et le voici ce noble seigneur, pétri de ces certitudes, la fleur au bouclier et l’habit immaculé !

Il s’avance sur ce pont, prêt à en découdre pour délivrer cette Princesse esseulée dont il ne connaît rien.

De toute façon, n’est-elle pas là que pour servir ses actes de bravoure, sa renommée et sa légende ?

Princesse ! Houhou, Princesse !

Oui ? C’est à quel sujet ?

Permettez-moi de me présenter, Princesse :
Mon nom est Blanc, Chevalier Blanc,
Et je viens vous délivrer de ce dragon malfaisant.

 

S’il a les belles phrases et la prétention, la prestance et le matériel, ce Chevalier bien présomptueux (pour ne pas dire orgueilleux) ne sait pas écouter les conseils ou les mises en garde de la Belle qui n’a absolument aucun besoin ni aucune envie d’être libérée. Est-elle vraiment prisonnière d’ailleurs ?

Rien n’est plus dangereux que l’absence de danger, Princesse.
A quoi bon vivre sans péril, quand on peut triompher avec panache ?

 

Poésie pour fausse modestie.

Le bellâtre va être servi et nul doute qu’à l’avenir, il associera à son courage la sagesse de la connaissance.

 

Succès garanti pour cette histoire chevaleresque au phrasé à la fois moderne et désuet, qui met à mal les clichés tout en adoptant une forme ancienne grâce aux superbes illustrations de Stéphane Sénégas aux tons surtout ocres, aux deux polices d’écritures avec pour chacune leur couleur.

Lue à voix haute, style empesé pour Lui ou plein de douce résignation pour Elle, cette histoire à la double chute est d’autant plus drôle.

 

Le duo d’auteurs n’en est pas à son premier chevalier éconduit, souvenez-vous de l’histoire du Chevalier Noir ! Je ne l’ai pas encore lue malgré l’article prometteur de Laurette.

 

 

Pour découvrir d’autres albums de Michaël Escoffier présentés sur le blog, c’est ICI.

Et pour Stéphane Sénégas, c’est LA.

 

Merci aux Editions Frimousse.

Cet album participe au Challenge « Je lis aussi des albums 2017 » (53/100) de Sophie Hérisson, ainsi qu’au « Petit Bac 2017 » d’Enna pour ma 6e ligne, catégorie Couleur.

 

 

 

Des articles sur le Moyen-âge ? CLIC

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+.

Repost 0
Commenter cet article

n 16/07/2017 12:38

Quelles superbes illustrations, j'aime énormément <3
Je vais essayer de trouver l'album en librairie car la double chute dont vous parlez m'intéresse beaucoup !
Bon dimanche Blandine.