L’été dernier à Syracuse. Délia EPHRON - 2017

Publié le 16 Juillet 2017

L’été dernier à Syracuse

 

Délia EPHRON

Editions Michel Lafon, juin 2017.

352 pages

 

Thèmes : amitié, amour, mensonges, Italie, enfance, huis-clos, polyphonie.

 

 

Le titre évoque l’intrigue et le mystère.

La photographie de couverture ne laisse place à aucun doute : quelque chose s’est brisé à Syracuse l’été dernier. Il y avait un avant, et il a un après désormais…

 

L’été dernier, cinq Américains fortunés se sont rendus dans cette antique cité sicilienne, après avoir visité Rome pendant trois jours. Une sixième personne les a rejoints. Chacun avec ses secrets, ses mensonges, ses silences, ses envies, ses espoirs…

Tous y ont perdu quelque chose, peu y ont gagné

 

Six personnes, cinq couples, une enfant. Un roman polyphonique à quatre voix.

 

Il y a Lizzie Ross. Journaliste sans piges et qui cherche dans tout et n’importe quoi un sujet d’article.

44 ans, new-yorkaise, elle est volontaire et assez égocentrique, aime décider et attirer l’attention.

Mariée à Michael Shapner, écrivain, ancien lauréat du prix Pulitzer, elle sent que son mariage est en pente et met ça sur le compte du nouveau livre que son mari est, soi-disant, en train d’écrire.

 

Michael Shapner aime contrôler les choses et voit donc avec mauvais œil les imprévus, surtout lorsque ceux-ci prennent les formes de sa maîtresse, Kath.

Cette dernière, réceptionniste dans le restaurant italien qu’affectionnent Lizzie et Michael, est jeune, exubérante, frivole. Et a des exigences.

Elle va s’insinuer dans le groupe, de manière peu subtile, mais sans avoir voix au chapitre. On ne la connaît que par le regard des quatre voix narratrices.

 

Finn Dolan est l’ex-petit ami de Lizzie. Quinze ans qu’ils se sont quittés mais en gardant toujours un contact fort.

Il est restaurateur à Portland dans le Maine, craque pour Jessa, une pêcheuse, s’est remis à fumer en secret.

Fêtard, plutôt irresponsable, il est marié à son parfait opposé : Taylor, avec qui il a eu une fille Snow, 10 ans.

 

Taylor dirige l’office de tourisme de Portland. Blonde, elle a une allure sophistiquée, ne s’habille qu’avec des vêtements de créateur, a des goûts de luxe, une haute estime d’elle-même, est sensible à la flatterie, à la réputation et à la notoriété.

S'il m'entendait, Finn serait choqué, même s'il n'était pas le père de Snow, mais pas Michael car c'est un écrivain, et les écrivains ont plus d'indulgence pour les remarques cruelles. Je dirais qu'elles les fascinent. Elles les déculpabilisent, les dédouanent de leurs propres vacheries. Du coup, ils se sentent autorisés à faire ce qu'ils considèrent comme un droit : se nourrir de leurs amis pour créer des personnages qui conviennent aux besoins de leurs fictions.

Snow, 10 ans, est la fille unique de Finn et Taylor, dont elle est l’exact reflet, donc d’une beauté parfaite.

Elle souffre d’une timidité maladive, s’exprime peu, est surprotégée par sa mère qui n’a de cesse de louer son intelligence et vivacité d’esprit, tout en lui conférant une aura de mystère. Snow ressent les choses plus qu’elle ne les sait, n’a que peu de filtres.

Cette enfant discrète, qui ne s’exprime que par les dires des autres, plus ou moins selon l’intérêt que lui voue le locuteur, se trouve pourtant sans cesse au cœur de l’attention et des discours.

Snow reflète la personnalité des autres. Ils voient en elle ce qu’ils veulent y voir, son père surtout : « c’est une Dolan », comme s’il avait besoin d’en être sûr, de s’en persuader.

 

Syracuse, cette ville déplaît tout de suite à Taylor, qui la trouve sale, en ruines, trop rustique, pas assez sophistiquée, trop banale.

Et pourtant… Ce qui va leur arriver, d’une manière individuelle comme collective, est d’un classique : la maîtresse qui débarque, les mensonges, les non-dits, les silences, les secrets, les jeux de séduction de chacun…

 

Delia Ephron arrive à nous happer par ses nombreuses descriptions des villes (Rome, Syracuse), ses portraits, leurs sentiments, une réflexion sur la famille, l’amour, sur « ce qui compte » et, bien sûr, par la construction de son récit.

Chacun (Lizzie, Michael, Finn et Taylor) à tour de rôle, nous raconte sa version, et leur point de vue (forcément biaisé et avec un an de recul), de ce qui s'est passé l'été dernier à Syracuse (j'adore ce procédé), en s'adressant parfois à nous lecteurs (ce que j’aime moins), pour nous prendre à témoin, pour nous convaincre de leur bonne foi, et qu’ils ont eu raison : Qu’aurions-nous fait à leur place ?

Chacun fait progresser le récit, dans un huis-clos qui va en s’oppressant, bien que certains aspects m’aient paru survolés ou invraisemblables.

FINN

Syracuse. C’est là que tout a foiré. Une ville à mon goût : sans chichis, où l’on peut se cacher facilement.
Toutes les directions semblaient à la fois intéressantes et sans intérêt. J’ai aimé l’aspect déglingué d’Ortygie, ses bâtiments délabrés encore debout, les uns contre les autres, comme une armée en déroute refusant de se rendre. Dans certaines rues, j’aurais pu, en marchant au milieu, toucher les parois de chaque côté. J’exagère un peu, mais vous voyez l’idée. Les immeubles partageaient leurs murs. Ça m’a scotché. D’accord, on s’en fout, et je l’avais déjà vu ailleurs, mais cela avait un côté amical. Si l’un se cassait la gueule, les autres s’effondreraient. Par camaraderie.

Cette réflexion en voyant cette ville fut prémonitoire, mais de quelle manière?

La double chute (dont une mise en abyme – j’aime aussi ce procédé), m’a réservé une belle surprise.

 

L’été dernier à Syracuse fait passer un bon moment de lecture et  fait voyager : Je retournerai bien à Syracuse !

 

Syracuse - Vivrelivre
Photo personnelle - avril 2004 // presque le même point de vue que la couverture

Merci aux Editions Michel Lafon

Ce roman participe au challenge « il viaggio 2017 » de Martine.

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+.

 

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacinthe 07/08/2017 12:31

S'IL VOUS PLAÎT PRENEZ VOTRE TEMPS DE LIRE MON TÉMOIGNAGE QUI POURRAIENT ÊTRE ENVERS VOUS OU QUELQU'UN PRÈS DE CHEZ VOUS

Mon nom est Jacinthe , je veux utiliser ce moyen pour partager mon petit témoignage avec le monde , sur la façon dont j'ai obtenu mon ex mari de nouveau à moi dans les 48 heures à l'aide d'un lanceur de sorts puissants et la Grande- djakpata@gmail.com .
Voici mon histoire . Après 9 ans de mariage avec mon mari , PAUL. Il a divorcé et s'est séparé de moi et mon enfant . Un jour que je passais par Internet à la recherche d'emploi, j'ai vu différents témoignages sur la façon dont un homme les a aidés à résoudre leurs problèmes . L'un d'eux a dit qu'il l'a aidé à guérir ses maladies , l'autre dit qu'il a aidée tombée enceinte après 11 ans d'être sans enfants et j'ai vu un autre qui dit qu'il a aidé a sauvé son mariage et obtenir un bon emploi , elle a laissé tomber Email ce grand homme à d'abord, je doutais , mais j'ai décidé de faire un essai . Quand je l'ai contacté , il m'a aidé jette un sort ré-union , et dans les 48 heures mon mari est revenu me suppliant et en s'excusant pour moi. Aujourd'hui, nous sommes heureux ensemble , avec beaucoup d'amour , de joie et de richesses. Avec nos 3 enfants , un garçon et deux filles . djakpata est un grand homme envoyé par Dieu pour aider les gens de ce monde à résoudre leurs problèmes . Vous pouvez aussi contacter ce grand lanceur de sort aujourd'hui , Courriel: maitredjakpata@gmail.com Contactez-le sur l'un des problèmes suivants :
( 1 ) voulez que votre dos ex .
( 2 ) Vous avez toujours des cauchemars .
( 3 ) Pour être promu dans votre bureau
( 4 ) Vous voulez un enfant .
( 5 ) Vous voulez être riche .
( 6 ) vouloir tenir votre mari / femme soit à vous seul pour toujours .
( 7 ) besoin d'une aide financière .
8 ) Voulez-vous être en contrôle de vous mariage
9 ) Vous voulez vous attiré par les personnes
10 ) L'infécondité
11 ) besoin d'un mari / femme
13 ) COMMENT GAGNER VOTRE LOTERIE
14 ) PROMOTION SORT
15 ) PROTECTION SORT
16 ) D'AFFAIRES SORT
17 ) JOB sort bonne
18 ) Cure pour une maladie quelconque.
Contactez ce monsieur djakpata aujourd'hui et vous serez heureux vous avez fait.
Voici ces contacts : E-mail :maitredjakpata@gmail.com/tel;+229 61824284/whatssap;+229 61824284/viber:+229 61824284

Nathalie 16/07/2017 16:23

Je suis d'accord avec Nancy, "Syracuse" c'est un nom qui fait rêver ! Je ne suis jamais allée aussi "bas" en Italie, mais j'aimerais beaucoup. Le titre me rappelle "Soudain l'été dernier" un film terrible avec Elizabeth Taylor et Montgomery Clift (d'après une pièce de Tennessee Williams...) qui se déroule pour partie dans le sud (en Espagne je crois) et qui se passe également sur deux périodes.

Blandine 17/07/2017 10:21

Je note le titre merci :-)

Nancy 16/07/2017 12:41

Le nom de cette ville m'a toujours fait rêver, je le trouve extrêmement poétique.
J'aime les romans polyphoniques et les secrets de famille, il semble vraiment intéressant.
Merci pour la découverte de ce roman intrigant et belle journée, Blandine.

Blandine 17/07/2017 10:20

Oh que oui, j'aimerais pouvoir y retourner et visiter tous les endroits que je n'ai pas pu voir. Nous y étions restés que trop peu de temps...
Belle journée à vous Nancy!