C'est lundi, que lisez-vous? #160

Publié le 31 Juillet 2017

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ALBUMS

That Is NOT a Good Idea! Texte et illustrations de Mo WILLEMS. Editions Walker Books, 2013.

Il n'est pas besoin de parler anglais pour se rendre compte de ce qui affole les quatre poussins du premier plan: un renard élégant, sourire en coin qui conte fleurette à une oie (poule?) qui semble conquise...

Lorsque le renard aperçoit en ville cette jolie oie blanche, il s'empresse de l'aborder pour lui proposer une balade. Chemin faisant, il lui fait la conversation et l'entraîne vers sa maison. Mais toujours en lui demandant si elle le veut bien.Et à chaque foi, elle semble être ravie! Et à chaque assentiment, les poussins s'exclament: "That is not a good idea!" - "That is really not a good idea" - "That is really really not a good idea!"

On comprend leur affolement!

J'adore la présentation de cet album à la façon d'un vieux film des années 1920, muet, où le texte en blanc est présenté encadré sur fond noir, ce qui nous pousse à davantage scruter les traits des personnages, qui sont en couleurs. Seules les exclamations des poussins sont colorées et sur la même page.

L'histoire est classique, mais la chute en réglera plus d'un!

Merci à mon amie Melissa, qui écrit sur le blog collaboratif québecquois des P'tits Mots-Dits , pour la découverte de cet album, le second pour nous de cet auteur!)

Ker-Is. La légende de la ville au milieu des flots. Texte de Jean-Pierre KERLOC'H et illustrations de Jérémy MONCHEAUX. Editions Albin Michel Jeunesse, 2010.

Nous voici contée une légende bretonne. Une légende faite de terre et de mer, qui mêle croyances et superstitions, amour et traîtrise. Et comme toute légende, un récit mille fois narré, modifié, allongé et qui nous est ici contée dans l'une de ses versions primitives, et mise magnifiquement en images.

Ker-Is était une cité magnifique, bâtie en trois nuits sur le sable des profondeurs en des temps révolus. La joie, la fête, la danse y étaient de mise. Elle était gouvernée par Dahud, la fille du roi Galdron Ar Meur. Gardienne de la clé de la Cité, elle ne devait pas faillir à son devoir en fermant les portes à chaque marée pour éviter que la mer ne s'y engouffre.

Mais un jour, un mystérieux visiteur accosta et conquérit le coeur de Dahud. Mais il n'avait qu'un dessein, qu'il s'empressa de mener. Qui était-il? Nul ne le sait vraiment, mais l'on connaît les conséquences de ces actes...

On dit que lorsque la mer est calme, non loin des côtes de Douarnenez, on peut apercevoir dans l'eau, les reflets de la cité, et entendre dans le vent, une chanson résonner...

ROMAN JEUNESSE

Victoria rêve. Timothée de FOMBELLE. Editions Gallimard jeunesse, octobre 2012.

Ce roman est très singulier.

Il entrecroise la réalité à la fiction, de celle qui se trouve dans les livres. Les références littéraires sont nombreuses et font partie de la vie de Victoria qui floute, volontairement ou non, les frontières. Elle est dans un monde parallèle, elle semble avoir une sensibilité exacerbée.

Elle habite avec ses parents dans la ville sans surprise de Chaise-sur-le-Pont (où il y a quand même une bibliothèque dirigée par Mme Duparc), a une grande soeur qui est partie en voyage en Italie pour "faire" Rome, Venise... Son père travaille dans l'usine de pâtés Manupadec, et dans sa chambre, une étagère de livres en fait tout le tour qu'elle appelle l'horizon (je trouve cela très beau).

Victoria rêve d'aventures, recompose sa réalité, se pose des questions, puis quand des choses et des comportements étranges se passent, cassant  la routine, crevant sa bulle, elle s'y engouffre: un père cow-boy, le petit Jo, les Trois Cheyennes qui disparaissent, la vieille horloge qui se volatilise dans un petit tas de poussière, l'horizon qui se rétrécit...

Victoria rêve est un très beau roman sur les livres, l'incursion qu'ils font dans nos vies (et dans nos coeurs), leur pouvoir libérateur et salvateur.

Dans l'édition que j'ai lue, la couverture s'ouvre sur deux grands rabats nous dévoilant la tranche ou la face de nombreux livres, classiques ou non. J'aime!

ROMAN

La Salle d’attente. Tsou YING-SHAN. Editions Piranha, 1er septembre 2016.

Ce roman, lent, explore les notions de solitude, d'identité personnelle et nationale, de chez soi, d'amour grâce à des portraits et des générations croisés. Les prénoms sont volontairement similaires pour  mettre en avant les similarités et croisements des différentes cultures.

Je vous en ai parlé ICI.

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

L'ombre du vent. Carolis RUIZ ZAFON. Le Livre de Poche, septembre 2009.

Un roman qui parle de livres, forcément j'aime.

La plume de l'auteur est belle et accrocheuse et nous entraîne dans la Barcelone depuis les années 1945 auprès de Daniel Sempere, dix ans, qui est mené à l'aube par son père, libraire dans l'ancien,  au Cimetière des Livres Oubliés.

Dans ce labyrinthe formé par les étagères, il lui dit de choisir un ouvrage. Daniel parcourt les allées et tombe sur un petit livre au cuir abîmé: L'ombre de vent de Julian Carax. Fasciné, il le lit très vite et veut tout lire, tout savoir de son auteur, qui se trouve être un homme bine mystérieux...

Son père l'emmène voir un ami et collègue qui lui offre de racheter le livre, ce que Daniel refuse. Sa nièce, Clara, une beauté diaphane et aveugle, de dix ans son aînée, lui apprend ce qu'elle sait sur ce Carax et il vient lui faire la lecture ou la conversation ...

Daniel est amoureux sans qu'il le sache vraiment lui-même...

Mais un homme étrange, inquiétant fait son apparition, le surveille, lui propose un marché.

Daniel décide de remonter la piste de ce Julian Carax et fait quelques découvertes.

Ce premier roman, d'une série de quatre, est épais (environ 600 pages). Chacune de ses parties nous raconte une ou plusieurs années de la vie de Daniel (là où j'en suis, il en a 18), l'évolution de son caractère, de ses certitudes, ses responsabilités, ses rencontres.

En bref, un roman accrocheur qu'il me tarde d'avoir à nouveau entre les mains!

3/ Que vais-je lire ensuite ?

Toujours avec mon objectif lecture consacré à l'Espagne... Celui d'août se prépare et va l'absorber... C'est que je n'ai pas pu tout lire...

Il y a des BD (à retrouver tous les mercredis même si le RDV BD de la semaine est en vacances jusqu'au 23 août), il y a des romans jeunesse, des romans d'auteurs français ou espagnols. Il sera beaucoup question d'Art, de Guerre d'Espagne, d'enquêtes...  Trois relectures et la poursuite de la série Pablo (Tomes 1 et 2 à lire sur le blog) J'ai hâte!

La librairie de l'île. Gabrielle ZEVIN. Editions Pocket, mai 2017.

Présentation de l'éditeur:

A.J. Fikry a l'un des plus beaux métiers du monde : il est libraire sur une petite île du Massachusetts. Mais il traverse une mauvaise passe. Il a perdu sa femme, son commerce enregistre ses pires résultats depuis sa création et il vient de se faire dérober une édition originale et précieuse. A.J. s’isole au milieu des livres jusqu’au soir où il découvre un couffin devant sa librairie. Un bébé que sa mère a abandonné là avec un mot : « Je tiens à ce qu’elle grandisse entourée de livres et de gens pour lesquels la lecture compte. » Réticent au premier abord face à l’ampleur de cette mission, le libraire tombe rapidement sous le charme du nourrisson et entrevoit avec lui la possibilité d’un nouveau bonheur. Et si la vie valait bien qu’on lui accorde une seconde chance ? « Un optimisme rafraîchissant pour les amoureux des livres ! » The Washington PostGabrielle Zevin, née en 1977, est écrivain et scénariste. Diplômée de Harvard en littérature anglaise et américaine, elle vit à Los Angeles et a déjà publié huit romans aux États-Unis, dont quelques-uns pour la jeunesse, qui ont été traduits en France et publiés chez Albin Michel. L’Histoire épatante de M. Fikry & autres trésors a paru chez Fleuve Éditions

 

Cette Lecture se fera en commun avec Hilde du Livroblog, pour un article à paraître en septembre.

Et sinon?

Pour la semaine 30 du Challenge photo de Sophie Hérisson sur Instagram #52livres2017, le thème est "classique", et j'ai choisi "Raison et sentiments" de Jane AUSTEN que j'emmène dans mes valises :-) Eh oui, bientôt les vacances!

Pour finir, je vous mets les liens publiés la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir, qui nous entraînera, surtout, au Moyen-âge ;-)

Retrouvez-moi sur Facebook, TwitterPinterest, InstagramtumblrGoogle+, Babelio et Livraddict.

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article