Exposition Ciao Italia ! Musée National de l’histoire de l’immigration – jusqu’au 10 septembre 2017

Publié le 4 Juin 2017

Avec mon amie Catherine, nous avons découvert le Musée National de l’Histoire de l’Immigration, en allant voir son exposition temporaire dédiée à l’immigration italienne.

Tout d’abord quelques mots sur le lieu : il est magnifique !

Le Palais de la Porte Dorée a été construit en pleine période Art Déco pour l’Exposition coloniale de 1931.

Colonnes, salles aux proportions gigantesques, murs ouvragés, décors dorés, motifs fleuris… Un style immédiatement reconnaissable et que j’aime beaucoup (CLIC).

Source photos: CLIC 

Depuis son inauguration, il abrite (toujours) un aquarium tropical, puis, après plusieurs attributions, le Musée National de l’Histoire de l’Immigration, a ouvert en 2007.

Institution culturelle, pédagogique et citoyenne destinée à reconnaître et mettre en valeur la place des immigrés dans la construction de la France, c’est un lieu d’histoire donnant à voir, à lire et à partager l’histoire de l’immigration en France depuis deux siècles.

Cependant, il y a un grand bémol à mon sens : il n’y a pas de librairie, à peine un espace où trouver deux-trois références au niveau de la caisse (et qui ferme 45 mn avant le Musée).

Quel dommage, d’autant qu’il y a tant à dire sur l’immigration. (Je vous donne quelques références plus bas).

Ciao Italia !

Un siècle d’immigration et de culture italiennes en France (1860-1960)

Exposition temporaire du 28 mars au 10 septembre 2017

 

Musée National de l’historie de l’immigration – Palais de la Porte Dorée

293, avenue Daumesnil

75012 Paris

01 53 59 58 60

Semaine : 10h-17h30 // week-end : 10h-19h

Pour ma part, je souhaitais aller voir cette exposition pour deux raisons, convergentes : car je suis d’origine italienne (stop, je n’en sais pas plus - défaut de transmissions) et parce que tout simplement, le sujet m’intéresse.

C’est donc avec une grande curiosité et une petite attente que j’en ai franchi le seuil.

Belle entrée en matière non ?!

 

Aujourd’hui, qui nous imaginerait sans café, sans pizza, sans les chansons d’Yves Montant, les films de Lino Ventura ou la douce évocation de la dolce Vita ?

Retour sur leur venue en France !

 

L’immigration italienne en France est la plus importante de toutes.

Elle a commencé dès le Moyen-âge et la Renaissance (Mazarin, Léonard de Vinci par exemple) mais n’a pris de proportions massives qu’à partir du milieu du XIXe siècle.

L’exposition se centre sur un siècle : 1860-1960 et s’attache à nous dévoiler tous les tenants et aboutissants de ces arrivées.

Angelo Tommasi, Gli emigranti, 1896 - Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna e Contemporanea.

L’exposition suit un parcours thématique, qui remonte la chronologie de cette immigration, d’abord rejetée, victime de xénophobie puis intégrée.

Géographique d’abord, avec les régions dans lesquelles les Italiens s’installèrent, remontant toujours plus au nord de la France au fil des décennies.

Puis les métiers exercés (avec les enfants), le sport (et notamment la boxe et le cyclisme), la religion, l’éducation, les arts et la culture (presse, cinéma, cirque, chansons), la gastronomie, l’industrie (et surtout automobile), et également politique (notamment durant le fascisme), elle nous dévoile nombre de portraits, anonymes, mais surtout célèbres : Yves Montant, Lino Ventura, les Ponticelli (Lazare, l’un des trois frères, fut le dernier Poilu, décédé en 2008) ou Fratelli, la famille Bugatti, Primo Carnera…

Au-travers des contradictions qui caractérisent toute immigration, l’exposition met en lumière l’apport des Italiens à la société et à la culture françaises.

La langue française s'est appropriée une partie du lexique italien.
La gastronomie st appréciée: café, glaces, pasta, pizza sont connus de tous et désormais à tous les menus. Ces produits révèlent dans leur conception l'habilité des artisans italiens.

L'élégance mais aussi les capacités créatives des Italiens suscitent l'admiration.
(...)
L'image répandue d'un archaïsme transalpin s'estompe progressivement.
Mais des stéréotypes demeurent, véhiculés notamment par le cinéma et les guides touristiques. "Si tout le monde n'est pas artiste, tout le monde s'occupe d'art", peut-on lire dans les années 1960 à propos de l'Italie.

Près de 400 pièces sont exposées : cartes, dessins, photographies, objets d’époques, maquettes, films, costumes, chaussures, livrets, affiches…

En voici quelques-unes.

La famille Ponticelli et notamment les trois frères qui ont créé une société de montage et d'entretien de cheminées industrielles. CLIC

Une famille napolitaine

En haut à gauche: Opium d'Alberto MARTINI, 1928. 

Les chaussures du boxeur Primo Carnera

Les Bugatti

Mythologies: Une cafetière, une "cinquecento", Pinocchio...

Buste de Benito Mussolini abîmé.

Antifascisti (2016-2017) par Giulia ANDREANI, née à Venise en 1985. 

Portraits de (à voir en colonnes): Filippo Turati; Sandro Pertini; Giuseppe Saragat; Pietro Nenni; Emilio Lussu; Carlo Rosselli; Luigo Campolonghi; Silvio Trentin; Francesco Saverio  Nitti; Luigi Longo.

FASCISME:
"L’Italie ne fournira plus d'émigrants vers le monde.
Il s'agit désormais d'envoyer le génie glorieux de sa race à travers le monde." Pour Mussolini, il convient à la fois de réguler les flux, de faire de l'émigration un aspect d'une politique étrangère impérialiste et de l’insérer dans le dispositif d'encadrement totalitaire du régime.
(...)
Les manifestations patriotiques, au centre de la propagande, rassemblent les Italiens plus largement. Mais c'est surtout par l'action sociale et culturelle à destination notamment des plus jeunes que les fascistes touchent une part non négligeable des migrants.

ANTIFASCISME:
Depuis le XIXe siècle, l'exil politique est une composante de l'immigration italienne en France. L'arrivée au pouvoir de Mussolini en 1922, et plus encore le tournant totalitaire du régime en 1925, contraignent les opposants, dirigeants de premier plan ou militants, à fuir l'Italie.
Très surveillés par la police française, parfois menacés d’expulsion, les Fuoriusciti poursuivent leur engagement en France au sein d'un mouvement antifasciste très divisé.

Cette exposition, même si j’aurais aimé qu’elle soit plus longue, est très riche, intéressante et instructive, et même un brin nostalgique.

Nul doute qu’elle vous enchantera !

Et pour nous, un musée dans lequel nous reviendrons, pour visiter les collections permanentes.

Pour enrichir la visite, il y a ce dossier thématique : Les italiens en France : jalons d’une migration.

Plusieurs manifestations sont prévues en parallèle de l’exposition, le détail ICI.

Et j'ajoute quelques références bibliographiques (pour l'Italie, mais pas seulement car il y a des éléments communs à toute immigration):

  • Romans jeunesse: Tous Français d'ailleurs. Valentine GOBY. Editions Gallimard Jeunesse, 2016 (collection auparavant publiée chez Autrement Jeunesse) - et pour l'Italie en particulier: Le secret d'Angelica. De l'Italie aux fermes du sud-ouest. (2008)
  • Essai Jeunesse: Eux, c'est nous. Collectif d'auteurs, d'illustrateurs, d'éditeurs, 2015.
  • Album jeunesse: Koko au pays des Toutous. Jean-Benoît MEYBECK. Editions Des Ronds dans l'O Jeunesse, 2016.
  • Album jeunesse: La robe rouge de Nonna. Michel PiQUEMAL et Justine BRAX. 2013 (Italie - France)
  • BD: Là où vont nos pères. Shaun TAN. Editions Dargaud, 2007. (vers l'Australie)
  • Roman: Certaines n'avaient jamais vu la mer. Julie OTSUKA. 2014. (Japon - USA)

 

Cet article participe au Challenge « Il viaggio 2017 » de Martine.

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter, Pinterest, Instagramtumblr et Google+.

Rédigé par Blandine

Publié dans #Expositions, #Italie, #France, #Immigration, #Il viaggio 2017, #2017

Repost 0
Commenter cet article

Martine 06/06/2017 17:04

Quel superbe article, Blandine!!!! MERCI beaucoup beaucoup beaucoup! J'avais très envie de découvrir cette expo et je n'ai pas pu me rendre à Paris! Merci de m la faire visiter et de si belle manière!

Blandine 06/06/2017 21:05

:-) Merci à toi Martine pour ton si bel enthousiasme <3
Peut-être sera-t-elle toujours là quand tu reviendras à Paris...

Nancy 05/06/2017 10:59

Quel bel article Blandine et quelle chouette expo !
Le savoir-faire et les coutumes italiennes sont riches et ont tant apporté à beaucoup de niveaux.
Vous devez être fière que l'Italie coule dans vos veines malgré cette part d'ombre dans la transmission.
Belle journée à vous.

Blandine 05/06/2017 14:38

Merci Nancy <3
Oui tout à fait!
Belle journée à vous aussi!

Nathalie 04/06/2017 09:42

Effectivement, le lieu a l'air magnifique ! Et l'expo intéressante, mais ça fait un peu loin pour moi... ;)

Blandine 05/06/2017 14:37

En effet! Heureusement, internet comble un peu ;-)