L'Aura Noire. Ruberto SANQUER – 2017 (Dès 13 ans)

Publié le 13 Avril 2017

L'Aura Noire

Ruberto SANQUER

Illustration de couverture de Daniele GASPARI

Editions Scrineo, janvier 2017

480 pages

Dès 13 ans

Thèmes : fantasy, magie/sorcellerie, fin d’un monde, Mal/Bien, soigner, adolescence, quête initiatique.

 

Je lis très peu de fantasy, et pourtant j’aime ce genre littéraire. Et même davantage !

Je suis fascinée par la faculté qu’ont les écrivains à créer tout un monde avec ses codes, ses règles, ses noms, sa langue, sa géographie, son histoire, son passé, ses traditions, ses multiples personnages…

Les descriptions, nombreuses, sont essentielles pour pouvoir s’immerger et s’imprégner de l’atmosphère propre à chacun, souvent d’inspiration moyenâgeuse.

De ce fait, il m’est parfois un peu long d’entrer dans un roman fantasy, mais une fois dedans, je me régale.

Sur la terre Arcane, la Deuxième Ere arrive à son terme.

Après avoir passé plusieurs siècles endormi suite à l’Apocalypse, un Démon majeur, assoiffé de colère et de vengeance, met en œuvre son plan de reconquête depuis les Abysses.

Son premier acte vise la cité d’Isafjur qui forme les Sorcières Ringsey.

Chaque année, de nouvelles fillettes sont recrutées de par le monde sylve pour entrer à l'Ecole de la Cité, dans l’espoir d’être Novices à 11 ans puis Aspirantes à 15, par promotions successives de 13.

Ces dernières, si elles réussissent l’Epreuve dans la Forêt Maudite, deviendront des Sorcières Ringsey et seront dotées de Ringtree, des bracelets, Anneaux de Vie, formés par des cosses vivantes et lumineuses issues de l’Arbre de Vie qui s’incrusteront à leurs poignets.

Les missions des Sorcières aux robes violettes sont nombreuses. La première étant de soigner, grâce au Pouvoir de la Lumière, que ce soit dans la Cité ou aux quatre coins du Royaume Sylve où leurs savoirs, leurs rôles politiques et diplomatiques, sont appréciés.

Mais il devient de plus en plus en plus difficile de recruter ces enfants, alors qu’auparavant, plusieurs promotions étaient présentées ensemble au Sabbat du Solstice d’Eté.

La pression est d’autant plus grande que l’échec d’une seule élève condamne l’entièreté de la promotion.

Quant aux garçons, ils suivent un enseignement parallèle afin de devenir des Révérés, avec pour objectif de protéger la Cité.

Nous sommes en juin 3157 et la 1847e Promotion de Novices Prakashsey s’apprête à assister au Sabbat.

Louyse est parmi elles.

Elle ne le sait pas encore mais c’est sur elle que le Démon a jeté son dévolu.

Il la coiffe d’une Aura Noire que chevauche la Mort, accomplissant son œuvre autour de la jeune fille. Le Sabbat est une catastrophe, la Doyenne de la Cité, la Maîtresse de Louyse, et sa seconde meurent dans de troublantes circonstances, aggravant les relations avec les Doctes, les habitants de la plaine. Les règles de la Cité sont bouleversées, la promotion de Louyse obtient de repasser le Sabbat en automne, mais est, de fait, privée de vacances.

Ses douze consœurs lui en veulent et la mettent à l’écart, mais leur formation, soumise aux aléas projetés par le Démon, continue.

Louyse est attachée à une autre Maîtresse, Dame Maurey, une très vieille Dame, centenaire, en fauteuil roulant qui restaure les Archives de la Cité dans le Dôme du Savoir.

Ses relations avec Dame Maurey évoluent. De conflictuelles, elles deviennent complices et complémentaires.

Car Louyse ne peut encore se douter du rôle central qu’elle s’apprête à jouer dans la lutte du Bien contre le Mal qui s’apprête à embraser son monde.

Dame Maurey sait, et elle sait aussi qu’elle a vécu jusqu’à maintenant pour former son élève à être une Sentinelle.

-Et nous voilà en présence de deux forces contraires que tout oppose, continue-t-elle. D’un côté, un Démon qui ne rêve que de destruction, de l’autre, la Sentinelle qui vielle à la préservation. Tu saisis ? Destruction – Préservation… Destruction – Préservation…
Et au milieu, des forces primales : les Larmes d’Ara. Une énergie puissante, ni positive ni négative… Mal utilisée, cette énergie peut tout détruire. Bien utilisée, elle peut apporter des bienfaits. Le mieux étant de laisser dormir ces énergies trop dangereuses pour être réveillées. Mais le monde étant ce qu’il est, il semble que le Démon se soit réveillé. Et toi aussi, Louyse, il faut e réveiller !
Tu es une Sentinelle, élue par l’Univers pour le protéger, Car c’est la terre qui engendre les éléments de sa propre survie.
Moi, je suis une Sentinelle trop vieille. Aujourd’hui, c’est à toi de pendre le relais. Car les Sentinelles veillent. Ce sont des sorcières à l’éclat d’or, à l’aura si lumineuse qu’elles peuvent toucher les Larmes d’Ara sans se calciner. Or toi, Louyse, tu es une Sentinelle neutralisée par une malédiction, voilà ce que tu es ! Aura Noire sur Aura d’Or : voilà notre gros problème ! Alors je t’invite à réfléchir à tout ce qui t’est arrivé es derniers temps. Et à méditer sur ta condition de Sentinelle à qui échoit une lourde responsabilité : veiller à préserver l’équilibre des forces en présence et éviter qu’une nouvelle apocalypse anéantisse la Terre sur laquelle tu vis.

Pages 159-160.

Plutôt rebelle et caractérielle, Louyse se sent à la fois coupable et stigmatisée.

Encore jeune, ces responsabilités, pas toujours identifiées mais qui l’isolent, lui pèsent lourd et la forcent parfois à s’infantiliser (ce qui alourdit le texte), à franchir les limites, à braver les interdits…

Ce qui, bien sûr, ne sera pas sans conséquences, et le prix, lourd à payer.

Mais cela lui ouvre aussi bien des portes et lui permet de mesurer la puissance de la Cité d’Isafjur et de ses Sorcières.

 

Pendant un an, nous suivons Louyse, et ses plus ou moins amies de promotion, jusqu’à leur présentation au Sabbat du Solstice d’Eté 3158 en tant qu’Aspirantes.

On voit Louyse grandir, mûrir, s’affermir. Au-delà de son rôle de Sentinelle, elle découvre une partie de ses origines, elle qui est orpheline.

 

Chaque chapitre ou presque est daté.

Seuls ceux faisant parler le Démon, manipulateur et gagnant en pouvoirs, ne le sont pas.

L'intrigue est bien construite et haletante, pleine de rebondissements, les descriptions sont minutieuses, les personnages, nombreux, et l’écriture fluide.

Il y a cependant un point sur lequel j'ai eu du mal. Autant le vocabulaire emploie parfois des termes un peu désuets (ex: bondieuseries - j'aime!)), autant le langage oral (surtout) me paraît quelquefois décalé, voire non advenu, car beaucoup trop "adolescent contemporain", surtout au vu du contexte "médiéval" de l'intrigue et du reste du récit.

 

Ce roman est le premier tome d’une trilogie dont il me tarde de connaître la suite et l’évolution de Louyse dans son monde en mutation.

 

Merci aux Éditions Scrineo.

Ce roman participe au « Petit Bac 2017 » d’Enna pour ma troisième ligne, catégorie Couleur.

Le début de ce roman m'a beaucoup fait pensé à celui des Royaumes de Nashira de Licia Troisi, dont le premier tome est sur le blog: CLIC

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+.

Repost 0
Commenter cet article