Kadogo. Ingrid CHABBERT et Joël ALESSANDRA – 2017 (Dès 8 ans)

Publié le 14 Avril 2017

Nous le savons bien et pourtant…

Toutes les enfances ne sont pas les mêmes de par le monde, selon leur lieu de naissance.

C’était vrai « hier », ça l’est toujours aujourd’hui.

Ingrid Chabbert nous le rappelle bien au-travers de cet album, dur, essentiel.

Une lecture indispensable, à accompagner.

Kadogo

Texte d'Ingrid CHABBERT

Illustrations de Joël ALESSANDRA

Editions Des Ronds dans l'O Jeunesse, en coopération avec Amnesty International, 15 mars 2017.

Dès 8 ans.

Notions abordées : Afrique, enfance, enfant-soldat, guerre, liberté.

C’est jour de fête au village : Gabriel a 11 ans !

La famille et les amis sont là. Entre chants et danses, Gabriel espère n’avoir pas encore cette année un ballon. Celui de l’an dernier n’a pas tenu le coup bien longtemps.

Alors que son oncle lui dit qu’il est un homme maintenant, ce que Gabriel n’est pas sûr de comprendre, sa tante semble tristement émue.

Enfin, vient le moment du cadeau, solennel.

Excité, l’enfant bataille avec le nœud trop serré et finit par découvrir son présent.

Comme les mots d’Ingrid Chabbert sont lourds de sens.

Car le présent de Gabriel est dorénavant intimement lié à cette arme.

Après avoir paradé et fait le fier avec son fusil, il est emporté par son oncle, sans ménagements, dans une camionnette parmi d’autres garçons de son âge.

Ils se retrouvent dans un camp parmi de nombreux autres enfants (hommes ?) et on le somme de tirer. Tirer malgré la fatigue, la peur, les questions, les pourquoi…

Le texte d’Ingrid Chabbert est direct, terrible.

Il dénonce la banalisation de la violence, des armes à feu (quelle fierté pour eux de posséder un fusil !) et l'embrigadement volontaire ou forcé dans des luttes et guerres auxquelles les enfants ne devraient pas prendre part. Leur enfance est bafouée, manipulée, abusée.

Gabriel peut-il s'en sortir alors que sa famille est complice de cet enrôlement? Ses jeunes frères seront-ils à l'abri « demain »?

Et où sont ses parents ? Aucune mention d’eux n’est faite. Sont-ils consentants, morts ?

Les illustrations de Joël Alessandra accompagnent parfaitement les mots. Tantôt très précises, elles se veulent parfois floues, sans formes distinctes, ou bien vidées de leurs couleurs. Leurs procédés sont aussi entremêlés que nos sentiments.

Kadogo en swahili veut littéralement dire « encore petit », voire même « insignifiant ».

Depuis 1996 et la guerre civile qui a ravagé le Congo (devenu République Démocratique du Congo – RDC), le terme désigne les « enfants-soldats ».

Amnesty International, qui s’associe à la maison engagée des Ronds dans l’O Jeunesse pour ce titre, signe la dernière page, explicative.

Elle ne dénombre pas moins de 250 000 enfants soldats de par le monde, essentiellement en Afrique et en Asie, enrôlés de force et utilisés pour toutes sortes de tâches et de combats.

Combattants, espions, porteurs de mines et de munitions, esclaves. Certains enfants sont drogués avant d’être envoyés au front quand des fillettes sont réduites en esclavage sexuel… Tous ces enfants sont victimes de très graves violations de leurs droits et soumis à la violence des adultes.

Heureusement, des actions sont entreprises : récupérer ces enfants et les soigner, poursuivre ceux qui les ont kidnappés et enrôlés, mais aussi s’investir contre les ventes d’armes, légales ou non. (CLIC pour la position de la France)

« Démilitariser un enfant, c’est facile, ce qui est difficile c’est de le réinsérer socialement. » Hervé Cheuzeville, auteur d’un livre publié aux éditions de L’Harmattan.

Une tâche rouge apparaît
Et grossit, grossit…
Gabriel a envie de pleurer.
La tâche rouge glisse jusqu’à ses pieds.

La lecture de cet album me renvoie à d’autres :

  • Roman : Petit Pays de Gaël Faye.
  • Roman : Courir sur la faille de Naomi Benaron.
  • Témoignage : Le chemin parcouru. Mémoires d’un enfant soldat d’Ishmael Beah.
  • Article de Laurette, qui propose de nombreux liens.
  • Nombreux sont les témoignages à lire sur internet.
  •  

Pour prolonger cette lecture, et en savoir plus sur les enfants soldats :

Merci aux Editions des Ronds dans l'O Jeunesse.

Cet album participe au Challenge « Je lis aussi des albums 2017 » de Sophie Hérisson (23/100).

Découvrez les articles de Noukette, Jérôme, « Madame », La licorne à lunettes.

Je vous ai présenté d’autres albums et BD d’Ingrid Chabbert sur le blog, de genres très variés : CLIC

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+.

Repost 0
Commenter cet article

Noukette 18/04/2017 22:32

Incontournable..!

Nathalie 15/04/2017 17:04

Je n'aime pas trop les illustrations, mais l'important n'est pas là... Un thème dur, pour les plus grands... Je vois que tu l'as indiqué dès 8 ans ?

Nathalie 15/04/2017 17:56

Ok, merci !

Blandine 15/04/2017 17:37

Non, en effet!
J'ai suivi l'avis de l'éditrice quant à l'âge et je la rejoins, vers le CM1.