C'est lundi, que lisez-vous? #144

Publié le 10 Avril 2017

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

Grâce au MOOC "Il était une fois la littérature jeunesse", j'ai découvert nombre d'albums, de romans, d'essais. C'est très intéressant, attractif et donne envie de tous les lire.

J'ai décidé de suivre le parcours pro, qui nécessite de lire, ou tout du moins de feuilleter, nombre d'entre eux. J'en ai quelques-uns à la maison, mais je suis heureuse d'en avoir trouvé à la bibliothèque municipale.

Des petits bijoux!

La porte. Texte et illustrations de Michel van ZEVEREN. Editions Pastel - L'Ecole des Loisirs, janvier 2008.

Ce petit album, au format à l'italienne, est sans texte. Enfin presque. On n'y trouve qu'une seule interjection, éponyme au titre, et qui lui donne tout son sens.

Expression de ras-le-bol, d'assez, mais aussi une manière de se faire rappeler d'une petite cochonne au sein de sa famille, nombreuse, et qui donc, ne fait pas attention à l'individualité et encore moins à l'intimité.

Cette porte, c'est celle de la salle de bains. Elle s'ouvre de manière intempestive, sans qu'aucun ne s'excuse d'y entrer alors qu'il pourrait gêner.. D'ailleurs personne ne semble remarquer la présence de la petite dans cette pièce de la maison si particulière.

Un album drôle en apparence mais qui pose des questions, profondes, sur nos identités, agissements, et la place qu'on accorde à chacun et à sa pudeur.

La rédaction. Texte d'Antonio SKARMETA et illustrations d'Alfonso RUANO. Editions Syros Jeunesse, septembre 2003.

Cet album confronte le regard et l'innocence de l'enfance au monde des adultes, et notamment de la politique dans sa forme la plus coercitive et perverse: la dictature et le contrôle des individus par l'utilisation des enfants.

La rédaction, c'est le devoir qui est demandé par "un militaire" dans la classe de Pedro, alors en CE2. Chaque enfant doit écrire sur l'activité de ses parents, une fois qu'ils sont rentrés du travail...

Des mots d'enfant utilisés comme un acte de dénonciation, de délation, gratuit. Cette pression, Pedro la ressent bien. Que doit-il, que peut-il écrire qui ne serait pas condamnable, interprété?

Cet album donne des frissons. D'un côté les jeux d'enfant avec le foot notamment, l'école, et de l'autre, les discussions et mots qui parviennent, les arrestations et manifestations publiques.

L'illustrateur, espagnol, a souhaité "faire les images d'un reportage" pour cet album écrit par un auteur chilien, dont on connaît le passé politique de son pays.

L'Indien de la Tour Eiffel. Texte de Fred BERNARD et illustrations de François ROCA. Editions Albin Michel Jeunesse, 

Cet album très grand format commence par la fin, par une coupure du journal Le Petit Parisien du 5 avril 1889 qui titre en gros "Un Indien assassine sauvagement  trois Parisiens et neuf policiers." Suivent le rapport du commissaire de police, qui classe l'Affaire et quatre fiches d'identité. 

Puis vient le récit, rédigé en "tu", instaurant d'emblée une proximité, voire même une empathie, avec l'"Indien", Billy Powona. Profondément épris d'Alice, dite La Garenne, chanteuse et comédienne. Ils s'aiment passionnément et décident de partir de Paris, mais cela ne se passe pas comme prévu.

Le texte est très fort, nous renvoie par petites touches au passé de Billy et à ce qu'il a dû fuir.

Quant aux illustrations, réalisées telles des tableaux et peintes à la peinture à l'huile, elles se dressent sur une page, nous immergeant dans la scène.

Là où vont nos pères. Dessins de Shaun TAN. Editions Dargaud, collection "Long courrier", mars 2007

C'est chez Sophie Hérisson que j'ai découvert cet album (CLIC), et qui m'a de suite donné envie de le découvrir. Mais ce n'est qu'avec le MOOC que j'ai réalisé cette envie, l'ayant (enfin) trouvé à la bibliothèque.

Cet album sans texte, aux dessins en Noir et Blanc, parfois sépia, et couleurs jaunies du passé, nous parle de départ, de migration, lorsqu'un père de famille se voit contraint de partir au loin pour subvenir aux besoins de sa famille.

Commence alors un long périple vers cet inconnu. Empli de doutes, d'incompréhension, parfois d'hostilité, plus souvent d'empathie, le père commence à comprendre le mode de fonctionnement de cet ailleurs, ses codes, sa culture. Il fait des rencontres, d'autres pesonnes, venus d'autres ailleurs, aux parcours tout aussi difficiles.

Et puis un jour, sa famille peut le rejoindre, enfin!

Shaun Tan a créé un monde, fantastique, avec ses codes, ses moyens de transports, son art, ses animaux, sa nourriture mais qui nous en rappelle d'autres. 

Je suis soufflée par la force des dessins qui nous transportent dans ce Nouveau Monde, cet endroit rêvé, fantasmé, craint, difficile, puis finalement accueillant. Des dessins aux allures de photographies qui ont traversé les décennies, abîmées, cornées; ou bien de documents officiels.

Des cases, rigoureusement alignées, des pleines pages qui regorgent de détails et d'allusions.

Il a fallu quatre années de travail à l'auteur pour collecter des témoignages (à commencer par celui de son père), compiler des documents et s'imprégner de chaque histoire, comme le révèle la dernière page. Pour ma part, cela m'a permis de découvrir une autre histoire d'immigration et de pays accueillant (eh non, il ne s'agit pas des USA!).

ALBUMS

Loup Gris et la mouche. Texte de Gilles BIZOUERNE et illustrations de Ronan BADEL. Editions Didier Jeunesse, 12 avril 2017.

Après La bonne humeur de Loup Gris et  Le jour où Loup Gris est devenu bleu, voici la 3e (més)aventure de ce Loup bien malchanceux. Il faut dire qu'il les attire les ennuis.

Ici, ce qui lui arrive est de l'ordre du loufoque pur.

Imaginez! il gobe une mouche qui l'embête à lui tourner autour en bzzz, et le voilà qui se met à zozoter. Chassé de la meute car, non, un hurlement en Bzzz-Ahouuu, ça ne le fait pas! Il trouve ensuite une araignée, et il se dit qu'elle pourrait certainement manger la mouche dans son estomac, donc, plus de problèmes! Que nenni! Et le voilà avec un look très spécial... et des moqueries en sus... Et ce n'est pas fini...

Je me suis demandée quel traitement Gilles Bizouerne pouvait bien réserver à son héros, surtout après avoir été conseillé par le renard! J'avoue avoir été un peu déçue, mais mes garçons se sont esclaffés! Et c'est bien là le principal!

ROMANS JEUNESSE

Ma liberté tout en couleurs. Texte de Nancy GUILBERT et Sylvie BAUSSIER. Illustrations de Bruno LIANCE.Oskar Editeur, collection "Ottokar", novembre 2016.

Le texte s'articule en deux parties, deux points de vue pour deux personnages, avec pour chacune l'emploi du "je". Il nous emmène en Géorgie, un état du sud des Etats-Unis, esclavagiste. Dans les champs de coton, les esclaves travaillent dur sous le soleil, redoutant les coups de fouet, pendant que leurs maîtres profitent de leurs richesses, enchaînant les réceptions et les manifestations de richesse.

Nancy Guilbert fait parler Cassie, une jeune esclave de 12 ans, achetée un mois auparavant par M. Lankaster, un riche propriétaire terrien. N'ayant pas confiance en elle, il la fait travailler dans les champs de coton. Mais elle n'est ni habile ni rapide. Heureusement, le vieille Mama veille sur elle, d'autant qu'elle a tendance à rêvasser. 

C'est ainsi qu'elle remarque un homme blanc, qui l'observe. Elle ne sait si elle doit être confiante ou apeurée.

Sylvie Baussier fait parler, Robin, un peintre mandaté par M. Lankaster pour lui faire le portrait pour qu'il soit apposé auprès des autres de sa famille, comme il se doit. Arriviste, arrogant, persuadé de la suprématie du Blanc sur le Noir, qu'il méprise, Lankaster essaie de convaincre Robin le Nordiste, du bien-fondé de son mode de vie.

Dans les champs de coton, Robin aperçoit Cassie et décide de la peindre, de lui offrir un espace de liberté, un espoir.

Les illustrations de Bruno Liance me plaisent beaucoup. En noir et blanc, elles ont un aspect cotonneux qui sied à merveille à l'histoire, et sont accompagnées de textes dans une bulle qui présentent davantage le locuteur. 

Mon papy voit la vie en jaune. Texte de Sandrine BEAU et illustrations de Stéphanie RUBINI. Editions Belin jeunesse, collection "Premiers romans", avril 2015.

Adrien se réjouit de passer ses vacances avec son papy. Avec lui c'est découvertes et rigolages, que du bon temps en perspective.

Il est tellement heureux de le retrouver qu'il lui parle sans discontinuer de la gare à chez lui. Du coup, quand il arrive chez son papy, grande, et mauvaise, est la surprise de trouver une mémé dans le salon. Une grand-mère qui va lui gâcher ses vacances, c'est certain! Qui va lui piquer son papy et tous leurs moments à deux. Et si cette personne n'était pas quelqu'un de bien? Adrien mène l'enquête. 

Un court roman sur la relation, spéciale, entre les grands-parents et les petits-enfants, mais aussi sur le bonheur de nos aînés et le parcours, pas toujours simple, de chacun. Un roman de tolérance et d'amour!

ROMAN

Ni d'Eve ni d'Adam. Amélie NOTHOMB. Editions Albin Michel, 13 août 2007.

Dans le cadre du Challenge "Un mois au Japon" d'Hilde et Lou, et du Challenge "Amélie Nothomb" de Pauline, je vais RElire ce roman, en Lecture Commune avec Nathalie. Un beau programme en perspective!

Je me suis régalée d'un bout à l'autre! J'ai été ravie de retrouver la plume d'Amélie Nothomb, particulièrement celle de ses romans autobiographiques. Il faut dire qu'elle fait preuve d'une grande autodérision, ne manque pas de verve, et a un style très fluide et drôle.

Mon article est ICI.

THRILLER

La maison où je suis mort autrefois. Keigo HIGASHINO. Editions Babel noir, novembre 2011.

Ce thriller psychologique sonde les méandres de la mémoire et les origines de la maltraitance au sein d'un huis-clos, angoissant  et empli de suspense.

Je vous en parle davantage demain.

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Traquées! Sandrine BEAU. Alice Editions, collection  "Deuzio", février 2017.

Présentation de l'éditeur:

Maman avait tout préparé, le sac de voyage, l'itinéraire... Au cas où elle ne reviendrait plus, m'avait-elle dit. J'ai toujours pensé que cela n'arriverait pas. Jusqu'à aujourd'hui. Me voilà seule avec ma petite soeur, toutes les deux sur la route pour retrouver maman, avec un tueur à nos trousses...

Je le commence ce jour!

MAGAZINE

America. Numéro 1. Magazine trimestriel dirigé par François BUSNEL, en collaboration avec La Grande Librairie et le 1.

Cet épais magazine trimestriel est très intéressant et attractif de par son postulat: la littérature comme rempart. Sa nécessité s'est imposée aux auteurs en regard de ce qui se passe aux Etats-Unis depuis l'élection de Donald Trump.

Retour sur les mandats Obama, l'histoire des Etats-Unis (immigration, ségrégation, esclavagisme), entretien avec des écrivains, dont Toni Morrisson,  magnifique.

3/ Que vais-je lire ensuite ?

Phobie. Fanny VANDERMEERSCH. Editions Le Muscadier, collection "Rester vivant", février 2017.

Présentation de l'éditeur:

Sophia est une élève brillante. Arrivée au collège, tout change. Ses notes baissent, ses amies l’abandonnent, l’angoisse la ronge. Jusqu’à ce jour où elle ne se sentira plus capable de passer la grille de l’école.

Avec l’aide de ses parents et de ce qu’il reste de ses amies, elle finira par poser des mots sur ses maux : elle souffre de phobie scolaire.

Un roman qui démystifie, invite au partage et à l’échange, sur un sujet qui touche de nombreux ados aujourd’hui.

J'ai découvert ce roman, au sujet difficile et peu connu/reconnu, grâce aux articles conjoints de Noukette et Jérôme. Et j'ai eu la chance de le recevoir en SP. J'ai vraiment hâte de le lire malgré son sujet qui fait peur tant il semble insaisissable.

Enquête sur le Nil. Texte de Renée HOLLER. Illustrations de Daniel SOHR. Editions Hatier Jeunesse, collection "Histoire et Mystères", avril 2017.

Présentation de l'éditeur:

Sénenmout est le conseiller du pharaon au ministère des Finances. Ses trois enfants, persuadés qu'il est en danger, enquêtent et découvrent qu'il n'est peut-être pas le seul.

Et sinon?

Pour la semaine 14 du Challenge photo de Sophie Hérisson sur Instagram #52livres2017, le thème est "Lettres". Voici mon choix:

"Paroles de Poilus. Lettres et carnets du Front. 1914-1918"  J'ai lu , dès sa parution en Librio en 1998, le premier livre (au milieu) puis l'on m'a offert le beau-livre avant que je m'offre la BD, feuilletée mais pas encore lue (il y a un 2e tome que je n'ai pas). Je trouve ces trois supports intéressants, tant dans leur complémentarité que dans leur prolongement.

Pour finir, je vous mets les liens publiés la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost 0
Commenter cet article

Saxaoul 12/04/2017 19:01

Je participe aussi à ce Mooc mais j'ai décidé de ne pas faire les "devoirs". La certification ne m'apporterait rien du point de vue professionnel et je n'aime pas le procédé de "correctIon" par les pairs. Par contre, le contenu est très intéressant.

Blandine 12/04/2017 21:37

C'est juste pour moi que j'ai choisi de faire le parcours pro, pour voir si j'en étais capable. il y a quelques points négatifs dans les quiz ou "corrections" mais j'apprends tout de même de nombreuses choses. Et cela m'offre de belles lectures et découvertes ;-)

billetsdefanny 12/04/2017 13:44

Bonne lecture de Phobie ! :)

Blandine 12/04/2017 21:40

Merci beaucoup Fanny! Je l'ai lu d'une traite et ai été saisie. Il a eu pas mal de résonances, mais j'en parlerai dans mon article la semaine prochaine ;-)