La leçon. Michaël ESCOFFIER et Kris DI GIACOMO – 2017 (Dès 7 ans)

Publié le 11 Mars 2017

La leçon

Texte de Michaël ESCOFFIER

Illustrations de Kris DI GIACOMO.

Editions Frimousse, collection "La Question", janvier 2017.

Dès 7 ans

Notions : homme/animal, alimentation, vengeance, philosophie.

 

Avec cet album, les éditions Frimousse inaugurent une nouvelle collection: La Question.

Son but : favoriser dialogues et débats au-travers d’un récit à la fin ouverte.

Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, « juste » des observations, des échanges, des réflexions à partager.

 

Un homme habite au cœur d’une forêt.

Il est furieux, excédé. « La bête » a encore dévoré trois de ses poules la nuit passée.

Armé de son fusil, il part en chasse, décidé à lui donner une bonne leçon, une punition, à assouvir sa vengeance.

Après avoir questionné, sans succès mais non sans vérité, trois animaux sur la présence de « La Bête », il rentre bredouille…

Il dispose des pièges à loup partout autour de chez lui et attend, fusil à la main, l'animal.

Qui ne manque pas de venir à la nuit tombée, affamé.

L’Homme se précipite, tire trop vite, est pris à son propre piège.

Le fusil tombe à trop grande distance. Il ne reste qu'une cartouche dedans.

Le loup est là, qui l'observe.

Qui va faire quoi?

Cet album est assez déconcertant.

De par l’atmosphère générée par les couleurs passées ou sombres, des dessins, à la fois assez précis pour qu’on identifie sans peine les personnages, mais aussi diffus pour rendre universel et atemporel ce qu’il s’y passe.

La question de la cohabitation de l’Homme et de l’Animal sur un même territoire est brillamment exploitée au-travers du symbolisme des animaux choisis, et de la dualité bien connue de l’Homme et du Loup.

Questions d’appartenance, de possibilité, de l’alimentation. Et même plus encore : utilisation des noms (« bête »), écart entre les actes (finalité de la chasse), émotions rencontrées, nature de la leçon.

 

Cet album est tout indiqué dans nos réflexions actuelles quant à notre place à chacun dans ce monde, dans lequel nous sommes tous liés. Nous ne sommes qu’un parmi d’autres, qu’un avec les autres êtres vivants et non vivants.

Il invite les enfants à réfléchir, poser leurs réponses et à argumenter.

L’accueil de mes garçons à cet album a été riche, et ils ont adoré le principe.

Nous l’avons lu plusieurs fois, en espaçant chaque lecture pour observer et écouter l’évolution de leurs réflexions et points de vue, s’ils changent ou se confortent.

L'un émettait des hypothèses sur les intentions ou actions d'un des personnages que l'autre réfutait ou approfondissait. Ils s'écoutaient, se répondaient, ce qui est rare.

 

Une attention particulière a été apportée à l’objet-livre (de base, toujours beaux chez Frimousse) avec une reliure en tissu bleue sur la tranche, qui lui donne du cachet.

Merci aux Editions Frimousse.

Cet album participe au Challenge de Sophie Hérisson « Je Lis aussi des albums 2017 » (13/100).

Pour (re)découvrir tous les albums de Michaël Escoffier, dont plusieurs ont été illustrés par Kris Di Giacomo, CLIC

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+.

Repost 0
Commenter cet article

Nathalie 11/03/2017 17:50

Intéressant ! Je le note pour la bibli.

Blandine 13/03/2017 16:12

;-)