Les Groneuneux. Michaël ESCOFFIER et Julia WEBER - 2016 (Dès 5 ans)

Publié le 3 Janvier 2017

Les Groneuneux

Texte de Michaël ESCOFFIER

Illustrations de Julia WEBER.

Editions Frimousse, octobre 2016.

Dès 5 ans

Notions abordées : Ecologie, métaphore, humour.

 

Faisons connaissance avec les Groneuneux.

Ils ne sont peut-être pas TRES INTELLIGENTS mais ils ne sont pas non plus complètement FOUS !

Ils vivent en harmonie sur la planète Grobix, un parfait paradis de détritus dans lequel les enfants s'amusent, creusent des trous, se curent le nez ou vont à l’école pour devenir comme leurs parents.

Des parents qui vendent des boîtes vides au marché, les emmènent en vacances en croyant être tout seuls, mais en réalité dans les mêmes lieux que les autres.

Ou encore au zoo à la rencontre d’espèces étranges, mais heureusement, en voie de disparition.

Tous vivent dans la joie, la bonne humeur, la consommation à outrance et le plaisir immédiat, sans souci du lendemain, de leurs actes ou de leurs conséquences. Si ce n’est celle de se forger de super et solides souvenirs, tout en vénérant leur roi Gropif 1er.

Nous avons eu un coup de cœur immédiat pour cet album multi facettes, humoristique et satirique.

Le duo d'auteur/illustrateur dresse une métaphore à peine déguisée de nous-mêmes, jusqu’à nous réserver un sort avenir fort peu enviable (un dessin d’ailleurs quasi identique à celui de l’album Sans le A du même auteur et illustré par Kris di Giacomo).

Ils combinent des dessins à l’apparence fort brouillonne en parfait décalage avec des mots et un vocabulaire très apprécié des jeunes enfants (le fameux « pipi-caca » qui fait mouche !), pour, l’air de rien, aborder des thématiques/préoccupations très actuelles : l’écologie et le recyclage ou encore le développement durable, mais aussi la condition des enfants (je pense aux enfants des favelas brésiliennes – parallèle avec l’album Pablo trouve un trésor succinctement présenté LA), le respect des uns, des autres, et surtout des futurs autres, et l’éducation, essentielle, indispensable.

Un album pour amorcer une discussion.

La toute dernière illustration de l’album offre d’ailleurs un clin d’œil très … symbolique !

Merci aux Editions Frimousse.

Cet album participe au Challenges « Je Lis aussi des Albums 2017 » (1/100) (lien à venir) et « 1% Rentrée Littéraire 2016 » (27/18) de Sophie Hérisson, ainsi qu’au « Petit Bac 2017 » d’Enna, pour ma 1e ligne, catégorie Gros Mot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une petite vidéo qui ne peut que faire écho à cet album (ou inversement): Man par Steve Cutts.

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagram et Google+.

Repost 0
Commenter cet article

Bidib 03/01/2017 20:02

Je ne connaissais pas, ca m'intéresse

Blandine 04/01/2017 13:09

Oui, il pourrait t'intéresser!