Le renard Tokela. POG et Marianne ALEXANDRE - 2016 (Dès 5 ans)

Publié le 15 Décembre 2016

Le renard Tokela

Texte de Pog

Illustrations de Marianne ALEXANDRE.

Editions des Ronds dans l'O Jeunesse, octobre 2016.

Dès 5 ans

Notions abordées : Indiens, traditions, Mort, animaux, respect, Transmission.

Par le biais d’une histoire chez les Amérindiens magnifiquement illustrée, Pog nous livre une réflexion sur les traditions, les coutumes et leurs évolutions possibles.

Lorsque les caribous sont tous partis, une tradition immuable régit la petite tribu de la grande tribu des Oceti sakowin oyate, le peuple des sept feux.

Les jeunes doivent choisir et trouver un animal totem pour le tuer et ainsi s’assurer de leur protection en revêtant leur peau.

Mais Winona se pose des questions. Elle ne comprend pas ce rituel, cette nécessité si évidente et facile pour les autres.

S’emparer d’une peau pour s’en parer ?

Ne sachant pas comment y déroger, elle part, contrainte, en chasse.

Mais ce n’est pas n’importe quel animal qui se présente devant elle.

C’est le renard Tokela.

Epargné, il offre à Winona tout son amour, et, grâce à sa ruse, permet à la jeune fille de rentrer au village la tête haute.

Mais le grand chef-qui-sait-tout se doute d’un subterfuge. Il est heureusement arrêté à temps par le shaman qui voit dans la désobéissance de Winona, non pas une honte, mais un exploit.

 

Les traditions sont faites pour être dépassées.

Désormais la petite tribu porte un nom à elle : les Dakotas. Cela signifie les alliés.

 

A la maison, nous avons tous été conquis par cette histoire, dont le texte tout en rimes, la fait osciller entre le conte et la légende. D’autant plus que Pog lui mêle des éléments existant réellement, telle l’origine des Dakotas. (CLIC)

Cela lui confère un statut atemporel, et véhiculant un profond message de paix, de tolérance et de respect.

Elle entre en résonnance avec les thématiques actuelles quant à la transmission, à l’héritage des cultures, des traditions et des valeurs de nos familles et ancêtres.

Vouloir les changer, les faire évoluer, est-ce les et se renier ? Est-ce les et se remettre en cause et être voué à l’exclusion ?

Question d’importance dans une société changeante, multiforme, aux préoccupations et à la vie forcément différentes « d’avant ».

J’apprécie particulièrement le lien qui est fait avec l’animal, et à la question d’éthique qui est liée à sa mort, dite nécessaire pour protéger l’humain. (et par extrapolation pour nourrir l’humain – et dans les deux cas, en faisant fi de sa souffrance).

Le titre porte son attention sur l’animal et non sur Winona, pourtant au premier plan et sur laquelle le renard pose une patte protectrice dans la vie, et non dans la mort.

Leur posture me fait penser à cette citation d’Antoine de Saint-Exupéry :

L’album est magnifiquement porté par les illustrations, multiples, de Marianne Alexandre. Elles usent du numérique, de dessins, peinture, crayons et sont saisissantes. Les dessins sont tantôt très réalistes, voire même tactiles, ou un brin naïf.

Merci aux Editions des Ronds dans l'O Jeunesse.

Cet album participe aux Challenges « Je Lis Aussi des Albums 2016 » (103/100) et « 1% Rentrée Littéraire 2016 » (22/18) de Sophie Hérisson.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous ai déjà présenté d'autres albums écrits par POG:

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+.

Repost 0
Commenter cet article

Nancy 15/12/2016 22:35

Je me doutais que cette histoire et ses valeurs de respect du monde animal vous plairaient énormément...quant à moi j'ai pu découvrir l'album à Montreuil ;-)
J'aime beaucoup les illustrations poétiques de Marianne !
Belle soirée Blandine !

Blandine 16/12/2016 00:29

Vous me connaissez bien <3
Belle soirée Nancy!