Le voleur de sandwichs. Patrick DOYON et André MAROIS (Dès 8 ans)

Publié le 3 Juin 2016

Le voleur de sandwichs. Patrick DOYON et André MAROIS (Dès 8 ans)

Le voleur de sandwichs

Texte de Patrick DOYON et illustrations d'André MAROIS.

Editions La Pastèque, février 2015.

168 pages

Dès 8 ans.

Thèmes abordés : vol, nourriture, école, enquête, Canada.

Autant vous le dire de suite, si une amie ne m’avait pas prêté ce roman illustré et/ou s’il n’avait pas fait partie du 28e Prix des Incorruptibles 2016-2017, sélection CE2/CM1, je ne pense pas que j’aurais lu ce titre.

Ici, bien que la couleur orange de la couverture accroche le regard, son design me rebute plus qu’il ne m’attire. Et c’est la même chose à l’intérieur. Le dessin n'est pas beau, ne permet pas toujours de distinguer les personnages ou objets décrits dans les pages et garde ce code couleur un peu criard. Pourtant, l’histoire est plutôt sympathique.

Et c'est en cela que je remercie les Incos de nous amener à lire des livres qui dépassent nos premières impressions ou qui nous font découvrir des choses, des réalités (je pense notamment aux bacha posh), des auteurs et des illustrateurs.

Le voleur de sandwichs. Patrick DOYON et André MAROIS (Dès 8 ans)

Chaque jour dans sa boîte à lunch, Marin trouve un sandwich différent, concocté avec amour par sa maman, et un petit mot signé par son papa.

Mais ce lundi midi, l’absence de son sandwich préféré au jambon-cheddar-laitue et au pain à la farine d’épeautre signe le début d’une longue semaine d’enquête pour trouver qui vole chaque jour son sandwich, et le laissant affamé, sans allant, en colère ou déprimé.

Il émet des hypothèses, cherche des preuves, dresse des profils, se plaint au directeur qui promet mollement de s’en occuper.

M. Garence m’a tendu une tortilla molle et humide, qu’il avait dû acheter au dépanneur du coin.
Vraiment pas appétissante.
Si mes parents l’avaient vu, ils l’auraient accusé d’incitation à la malbouffe, avec procès à la clé.
J’ai essayé de lui rendre sa crêpe mexicaine.

Le voleur de sandwichs. Patrick DOYON et André MAROIS (Dès 8 ans)

Avec le vendredi viendra le fin mot de l’histoire et le voleur pris la main dans le sac ou plutôt le sandwich dans la bouche… et qui risque de s’en souvenir longtemps !

Pour autant, au-delà de cette enquête gustative, deux aspects m’ont plu dans ce roman.

Le cadre tout d’abord.

Même s’il n’est pas nommé, il se déroule dans une école canadienne (La Pastèque est un éditeur canadien). D’où quelques termes « rigolos » : crêpe mexicaine pour tortilla (je dirais plutôt espagnole) ou barre tendre.

Ce qui peut amener une discussion sur les différences ou similitudes entre les élèves des deux pays, mais aussi les deux systèmes scolaires, avec la présence de cours de français, et périscolaires, avec l’absence de cantine. Les enfants doivent donc amener leur « lunch » : sandwich, salade ou autre…

Le voleur de sandwichs. Patrick DOYON et André MAROIS (Dès 8 ans)

Et c’est ce qui m’amène au second point que j’apprécie (et auquel ma fille n'a pas été particulièrement sensible).

Ce lunch peut être industriel, ce qui est le cas de la plupart des enfants qui mangent avec Marin, ou concocté avec attention par les parents.

Car au-delà du vol du sandwich, ce roman célèbre le fait maison et l’inventivité de ceux de notre petit héros en matière de sandwich et de garniture : thon-mayonnaise maison et tomates séchées ; tartinade de tofu-luzerne-tomates et crevettes ; œufs-mayo maison–parmesan-oignon rouge ; poulet-mayo maison-avocat-concombre.

Ce qui peut donner des envies de découvertes !

Ce roman participe donc au Prix des Incorruptibles 2016-2017, sélection CE2/CM1.

Belles lectures,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter, Pinterest et Instagram.

Repost 0
Commenter cet article

Nancy 03/06/2016 17:27

C'est vrai, la couverture peut parfois repousser son lecteur potentiel, c'est très mystérieux cette interaction d'ailleurs.
Les sandwiches donnent l'eau à la bouche, c'est vrai ;-)
Belle soirée à vous Blandine !

Blandine 04/06/2016 20:47

Oui j'en ai fait l'expérience plusieurs fois cette année et essaie de ne plus me "fier" à cet aspect premier. Mais je pense aussi que cela s'apprend et que les enfants ou jeunes ont peut-être plus de mal à aller au-delà, ou au contraire, ne sont pas "dérangés" par les mêmes aspects... Et tout ceci est intéressant!
Belle soirée à vous!