La légende du papier découpé de Yangzhou. Corinne BOUTRY et Isaly (Dès 6 ans)

Publié le 21 Mai 2016

La légende du papier découpé de Yangzhou. Corinne BOUTRY et Isaly (Dès 6 ans)

La légende du papier découpé de Yangzhou.

D'après un vieux conte Han adapté par Corinne BOUTRY et illustrations d’Isaly.

Editions Mazurka, avril 2014.

Dès 6 ans.

Notions abordées : Chine, Art, pauvreté, transmission, magie, confiance en soi.

C’est avec beaucoup de délicatesse qu’Isaly a illustré une vieille légende han dans laquelle la Fée he xiangu vient en aide à une jeune orpheline pour l’aider à acquérir confiance en elle et maturité dans la maîtrise d’un Art fragile : le découpage de papier.

La légende du papier découpé de Yangzhou. Corinne BOUTRY et Isaly (Dès 6 ans)

Dans la ville de Yangzhou, une jeune orpheline tentait de vendre ses fleurs en papier découpé, mais sans grand succès.

Un beau jour, elle se faufila parmi une foule qui s’extasiait devant l’habileté d’une vielle dame.

Des découpages magnifiques s’étalaient à ses pieds.
Ses ciseaux semblaient voler sur le papier, aussi légers et rapides que des papillons, créant des motifs extraordinaires.

La légende du papier découpé de Yangzhou. Corinne BOUTRY et Isaly (Dès 6 ans)

Déterminée à apprendre cet art, elle demanda à la vieille femme de le lui enseigner. Ce qu’elle accepta.

Résidant chez elle, la jeune fille entretenait patiemment le jardin, apprenait à connaître chaque fleur, chaque particularité et besoin, à observer les petits changements, le passage du temps, la mort d’une fleur pour la naissance d’une autre…

Pendant un an, chaque fleur lui délivra son secret, et elle connaissait désormais le dessin et la beauté de chacune.

Mais la jeune fille ne voyait pas le lien avec le découpage.

-Ne sois pas impatiente. Il faut laisser le temps au temps.
Pour bien découper le papier, il faut de bons outils.
Va aiguiser cette paire de ciseaux.

La légende du papier découpé de Yangzhou. Corinne BOUTRY et Isaly (Dès 6 ans)

Consciencieuse, la jeune fille entreprit de les polir auprès d’un cours d’eau et s’endormit.

A son réveil, tout était différent, le jardin et la maison semblaient n’avoir jamais existé mais en son cœur, un savoir avait fait son chemin.

L’art du découpage du papier, très technique, remonterait au VIe siècle et était, dans les campagnes, une activité traditionnellement féminine et constituaient un argument en faveur du mariage. Alors qu’aujourd’hui, il est surtout exercé par des hommes.

Ses motifs sont très divers, et sont un élément incontournable de la vie sociale des Chinois, quelque soit leur province d’origine ou d’habitation. Ils servent à exprimer des principes moraux ou philosophiques, à orner comme à célébrer.

Après avoir été délaissé, cet Art connaît un puissant regain d’intérêt.

La ville de Yangzhou se trouve au centre de la province du Jiangsu et est située à environ 70 km de Nankin. Autrefois ville commerçante et prospère, elle est aujourd’hui très connue pour ses trois jardins : Le parc du lac mince de l'ouest, Ge Yuan et He Yuan, et que viennent visiter nombre de Chinois.

La légende du papier découpé de Yangzhou. Corinne BOUTRY et Isaly (Dès 6 ans)La légende du papier découpé de Yangzhou. Corinne BOUTRY et Isaly (Dès 6 ans)
La légende du papier découpé de Yangzhou. Corinne BOUTRY et Isaly (Dès 6 ans)La légende du papier découpé de Yangzhou. Corinne BOUTRY et Isaly (Dès 6 ans)

Cette histoire me rappelle celle d’une nouvelle lue il y a plusieurs années, lorsque la population chinoise se détournait de cet art traditionnel, vouant au chômage et à la précarité ses artistes. Mais son nom m’échappe.

Ce titre participe au Prix des Incorruptibles 2015-2016, sélection CE1 ainsi qu’au Challenge « Je Lis aussi des Albums 2016 » de Sophie Hérisson.

challenge 1gm              logo challenge albums 2015

                                                 54/100

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter, Pinterest, Instagram et Google+.

Repost 0
Commenter cet article