Hugo de la nuit. Bertrand SANTINI - 2016 (Dès 12 ans)

Publié le 25 Mai 2016

Hugo de la nuit

Texte de Bertrand SANTINI

Illustrations de couverture de Julie ROUVIERE et Bertrand SANTINI

Éditions Grasset Jeunesse, 20 avril 2016

224 pages

Dès 12 ans

Thèmes abordés : Mort, fantômes, peurs, familles, contes.

Vous pensiez le monde de la mort d’un ennui éternel ?! détrompez-vous !

Bertrand Santini nous le décrit déjanté et rocambolesque avec des morts plus vivants que jamais dans un roman tragi-comique et caustique, écrit comme une pièce de théâtre en plusieurs actes. Une intrigue aux rebondissements multiples, dans laquelle rêve/cauchemar et réalité sont si entremêlés qu'on ne les distingue qu'à la toute fin.

Beaucoup de sa teneur se trouve sur sa magnifique couverture, toute en ombres et en dorures, dessinée à quatre mains par l’auteur et Julie Rouvière.

Sous une voûte cosmique étoilée, un faisceau de lampe électrique éclaire une rencontre improbable, à l’abri d’une arcade.

Un jeune garçon, portable dans la poche et écouteurs aux oreilles, s’arrête, se pétrifie. Devant lui, un jeune homme, distingué et en redingote. Ce dernier semble l’attendre et lui tend la main, pour l’emmener ou lui expliquer quelque chose ? Le garçon aurait-il peur ? A moins que ça ne soit cette main tendue jaillissant du sol qui le fasse reculer ?

Derrière lui, un chandelier à trois branches, faut-il aller vers cette lumière qui semble l’inviter ? Et au-delà vers un cimetière en apparence abandonné ?

-Oyez, oyez, visiteurs ! A en croire les épitaphes, les cimetières ne sont remplis que de personnages exemplaires ! « Mère modèle », « Père parfait », « Ami fidèle »… Que d’éloges gravés dans la pierre ! De toute évidence, la mort efface les petits travers ! L’honneur et la vertu comblent de gloire ceux qui ne sont plus !
Entrez donc dans ce monde parfait ! Et suivez-moi !
La visite va commencer…

Page 103

Faisons connaissance avec Cornille et sa belle Violette, Nicéphore et sa toute jeune mère Adelaïde, le gardien Poudevigne, Dame Betti, et la petite Gertrude.

Baroques et hauts en couleurs, ils sont les derniers fantômes vivant dans ce cimetière de Dorveille, qui connaît ces derniers temps un sursaut d’activité.

Du liquide noirâtre s’échappe des tombes alors qu’une plante déclarée disparue depuis 1902 renaît des ténèbres, suscitant convoitises et actes horribles.

-L’enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous, lâcha-t-il dans un souffle.
-Qu’est-ce que ça veut dire ?
-C’est du Shakespeare et cela signifie que les vivants sont plus à craindre que les morts.

Page 61

Un peu en contrebas de la propriété des Grimmons, dans la belle bastide provençale, Hugo, douze ans moins une nuit, s’endort. Il n’imagine pas combien ces quelques mots prononcés par son énigmatique oncle Oscar vont revêtir de réalité, l’emmenant aux confins de la vie, côtoyer spectres, doppelgänger, autres créatures mystérieuses ou peu recommandables de l’au-delà.

Tout comme Jonas le requin mécanique que j’avais adoré, Hugo de la nuit m’a littéralement happée. J’ai totalement plongé dans l’univers créé par Bertrand Santini qui sait puissamment ménager le suspense en mélangeant les genres et les clins d’œil.

Il en résulte un conte initiatique tour à tour drôle, grinçant, burlesque, effrayant, révélateur et qui interroge sur notre rapport à la Mort, à la Vie, aux Autres, aux secrets enfouis qui finissent toujours par refaire surface et à l’inconscient qui conditionne et enferme.

L’au-delà n’éclaircit pas tous les mystères ! sourit Dame Betti. Et c’est chose étrange d’attendre de la mort qu’elle ait réponse à tout !

Page 144

Une tombe abandonnée au Cimetière de Montmartre (Photographie personnelle)

C'est brillant, réussi, jubilatoire et on en redemande!

Je vous conseille même de le lire une seconde fois pour en dévoiler et apprécier tous ses petits aspects qui ont pu échapper à la première lecture.

Si besoin est de vous convaincre davantage, découvrez les avis de Pépita, Noukette, Jérôme, du 016/04/hugo-de-la-nuit.html">Cabas de Za, Bob et Jean-Michel ... Et même l'intégralité de la revue de presse ICI

Merci à Bertrand Santini et aux Editions Grasset Jeunesse pour m'avoir permis de lire et de vous présenter de roman!

Ce titre participe au Challenge “Petit Bac 2016” d’Enna, pour ma cinquième ligne, catégorie Prénom.

challenge 1gm

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter, Pinterest, Instagram, tumblr et Google+.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nathalie 14/06/2016 21:30

Je viens enfin de lire ton avis (j'ai écrit le mien hier soir !!), nous sommes bien d'accord, c'est un roman génial ! J'aime vraiment beaucoup l'écriture de cet auteur. Tu n'as toujours pas lu le Yark ?? Il va te plaire, c'est sûr !

Blandine 14/06/2016 21:36

Difficile de n'être pas sous le charme de sa plume!
euh non, j'avoue :-/ Mais c'est prévu (si si!)

Nancy 25/05/2016 13:16

Merci Blandine pour cette belle chronique et pour m'avoir permis de découvrir ce roman.
La plume saisissante de BS nous happe du début à la fin, même si j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire au tout début, contrairement à Jonas et surtout, au Yark (que je vous conseille vraiment !).
Belle après-midi à vous !

Blandine 25/05/2016 13:40

Merci beaucoup Nancy <3
Oui une plume envoûtante et vous avez totalement raison, il me faut découvrir le Yark (et l'étrange réveillon aussi!)
Belle journée à vous!

MyaRosa 25/05/2016 11:19

J'ai vraiment hâte de le lire ! J'adore ce genre d'histoires. J'ai aussi Jonas à découvrir. :)

Blandine 25/05/2016 11:59

Oui oui il faut que tu découvres les deux! Deux univers différents sur fond de deux contes, j'adore!