Gros chagrin. Rémi COURGEON (Dès 5 ans)

Publié le 19 Mars 2016

Gros chagrin. Rémi COURGEON (Dès 5 ans)

Gros chagrin

Texte et illustrations de Rémi COURGEON.

Editions Talents Hauts, avril 2014.

Dès 5 ans.

Notions abordées : métissage, respect, acceptation de soi, émotions, transmission, origines.

Un joli album qui aide les petits à accepter la différence t à vivre le métissage comme une richesse.
Un livre qui fait écho au travail que mène Amnesty International pour tous les droits humains.

Présentation par Amnesty International en page de titre.

Gros chagrin. Rémi COURGEON (Dès 5 ans)

Être métissé, c’est être d’une couleur ET d’une autre. C’est appartenir à une culture ET à une autre. C’est beau, riche, mais aussi difficile à porter car c’est un état en perpétuelle dualité, à cheval entre deux, c’est avoir le sentiment de n’être pas entier.

Et Noémie, la petite fille de notre histoire, n’arrive pas à se trouver entre un papa blanc et une maman noire.

Alors un jour, sans signe avant-coureur, sans raison apparente, elle éclate en sanglots.

Son père, triste de la trouver ainsi, abandonne sa vaisselle pour lui raconter une histoire.

Gros chagrin. Rémi COURGEON (Dès 5 ans)

Celle de la petite chatte Boulou.

Une petite chatte noire mais qui voudrait être blanche.

Blanche comme mes copains d’école, blanche comme mon papa.

Apparaît alors une fée qui exauce son souhait.

Mais contre toute attente, Boulou n’est pas plus heureuse ainsi.

Personne ne la reconnaît malgré sa voix : ni sa maman, ni ses amis, pas même sa grand-mère.

Que faire ?

La fée lui révèle alors un secret, le secret de son être, fruit de deux couleurs. Son cœur ne doit pas être ou résonner que pour une seule mais pour les deux.

Il n’y a pas de choix à faire, c’est dans cette dualité qu’elle est entière.

Gros chagrin. Rémi COURGEON (Dès 5 ans)

Pour que Noémie puisse s’identifier à Boulou, Rémi Courgeon a totalement inversé les protagonistes des deux histoires pour créer une mise en abyme, couverture comprise, dans laquelle les petits lecteurs reconnaîtront des éléments de l’une ou de l’autre : le doudou, les occupations des uns ou des autres, les sentiments…

Les dessins remplacent les mots ou les prolongent : le cœur brisé, l’ampoule, le désarroi…

Et pourtant, il manque un petit quelque chose, un je-ne-sais-quoi pour que cet album soit un coup de cœur. Peut-être parce que les choses sont plus suggérées qu’écrites.

Mes garçons ont bien saisi l’histoire et le dilemme de Noémie/Boulou qui ne se reconnaît pas dans le regard des autres.

Mais ont-ils bien appréhendé la question des origines et de la filiation, cette acceptation, cette ressemblance qui la ferait appartenir au groupe et qu’elle pense trouver dans une unique couleur de peau ?

Au-delà, on peut aussi se demander pourquoi la fillette désire être blanche comme son papa et non noire comme sa maman…

Cet album ne livre pas vraiment de réponse. En un sens, tant mieux, car il permet d’instaurer un dialogue, une réflexion.

Ce titre participe au Prix des Incorruptibles 2015-2016, sélection maternelle.

challenge 1gm

Ainsi qu’au Challenge « Je Lis aussi des Albums 2016 » de Sophie Hérisson.

logo challenge albums 2015

26/100

Retrouvez ICI mon article sur le racisme en général et LA ma bibliographie pour une ouverture au respect, quelque soit la nature de la différence.

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter et Pinterest.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lylou de Livres et merveilles 20/03/2016 11:30

Je le trouve pas mal. C'est un livre qui m'aurait été bien utile en maternelle pour ma fille. Maintenant elle est trop grande et elle a compris et accepté son métissage mais elle a eu une période difficile comme la petite Noémie.
Je pense qu'il n'y a de réponse universelle à donner mais des pistes à suggérer... donc il me paraît pas mal comme album ;-)

Blandine 20/03/2016 17:43

Merci Lylou pour tes mots.
En effet, il ne peut y avoir de réponse toute faite et dépend des sensibilités de chacun... C'est juste qu'à mon sens, il manque un petit truc, indéfinissable...