Le secret le plus fort du monde. Gaël AYMON et Pauline COMIS (Dès 6 ans)

Publié le 27 Janvier 2016

Le secret le plus fort du monde. Gaël AYMON et Pauline COMIS (Dès 6 ans)

Le secret le plus fort du monde.

Texte de Gaël AYMON et illustrations de Pauline COMIS.

Editions du Ricochet, mars 2014.

Dès 6 ans.

Notions abordées : secret, nature, écologie, cycles, équilibre/fragilité.

Il existe quelque chose sans qui les vagues de l’océan et ses tempêtes, les nuages et ses orages, les arbres, les fleurs et leurs mille couleurs ne seraient pas. Quelque chose à la fois puissant et fragile, à l’origine de la vie et gardien de son équilibre.

Mais c’est un secret !

Un secret si fort, mais si petit, qu’il tient dans le creux des mains d’une Reine.

Mais comme toute chose cachée, il suscite envies et convoitises de la part de ceux qui ne souhaitent que le pouvoir et la maîtrise de tout. C’est ainsi que Bao-le-Terrible, sombre guerrier attiré par les trésors et mu par la vanité, arrive par les mers dans le royaume de cette Reine.

-Je suis l’homme le plus fort du monde !
Là où je passe, il ne reste que des carcasses et des cendres. Tu seras ma femme et ton palais sera mien !

Le secret le plus fort du monde. Gaël AYMON et Pauline COMIS (Dès 6 ans)

Celle-ci lui répond avec sagesse qu’il existe plus fort que lui.

S'ensuit alors pour Bao une course effrénée et insensée pour découvrir, et terrasser, cet être.

Aveugle à la beauté de la nature et sourd à l’interdépendance de tous les êtres entre eux, et de lui avec, il cherche à combattre tour à tour l’océan, le ruisseau, le nuage, l’arbre, sans écouter leurs dires.

Jusqu’à ce qu’il croise le secret, sans le reconnaître, et le détruise.

Très vite, la nature se fane, se meurt, l’équilibre est rompu, la disparition guette.

Alors, Bao dut partir avec tous ses soldats pour sauver sa vie.
Il était très fâché d’être vaincu
Mais finalement, il n’était qu’un homme !

Le secret le plus fort du monde. Gaël AYMON et Pauline COMIS (Dès 6 ans)

Heureusement, la Reine a gardé son double secret, qu’elle libère. Vous les révéler, c’est, peut-être enlever du mystère à l’album, mais c’est aussi donner conscience de la menace qui pèse sur eux.

Dans ses mains, la Reine a soigneusement caché deux fleurs et deux petites abeilles, grâce à qui la nature renaît, lentement, sûrement.

Magnifiquement illustrée par les différents jeux de découpes et de collage de Pauline Comis dans des tons essentiellement rouges et verts, les mots de Gaël Aymon nous narrent une fable écologique et philosophique, d’actualité.

Outre la description des cycles de l’eau et de la nature, ses mots nous invitent à redécouvrir notre monde, notre manière de vivre et de vouloir les choses, toutes les choses, et la conception de ce qui importe réellement.

«Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre » aurait dit Einstein (au conditionnel, car il apparait peu vraisemblable qu’il ait formulé cette phrase, plus de renseignements ici, ou ).

Ce que l’album suggère par le départ, précipité, de Bao pour sauver sa vie, puisque la nature n'a plus rien à offrir dans ce Royaume.

C’est aussi le principe de l’effet papillon, métaphore des prémices de la théorie du chaos et formulée comme suit en 1972 :

« Le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? »

L’effet papillon ne secoue pas que le domaine de la météo. Cette « révolution conceptuelle » remet en cause l’approche déterministe héritée de Newton. Non, le monde n’est pas une mécanique maîtrisable, mais un système subtil d’interconnexions et d’interactions, un vaste champ de possibilités où rien n’est figé, où les choses n’existent que par jeux inattendus de rencontres et de causes à effets. « Dans la vie quotidienne, la théorie du chaos limite notre capacité à prévoir et prédire les choses. Elle donne de la liberté à la nature et lui permet d’exercer sa créativité pour générer la beauté et la complexité du monde », commente Trinh Xuan Thuan.

Pour le bouddhisme, ce n’est pas une nouveauté : depuis 2600 ans, l’impermanence et l’interdépendance sont au cœur de ses enseignements. « L’expérience du quotidien nous induit à croire que les choses ont une réalité objective autonome, observe Trinh Xuan Thuan, mais ce mode d’appréhension des phénomènes n’est qu’une construction de l’esprit. Le bouddhisme soutient que c’est uniquement en relation et en dépendance avec d’autres facteurs qu’un événement peut survenir. » Tout bouge, tout évolue, tout est en transformation potentielle au gré des circonstances…

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-effet-papillon-l-etrange-pouvoir-des-petits-riens-120582753.html

Le secret le plus fort du monde. Gaël AYMON et Pauline COMIS (Dès 6 ans)

Tous les êtres vivants sont liés, du plus petit au plus grand, et nous faisons partie d’un tout, en perpétuel changement. C’est le fondement du bouddhisme.

D’ailleurs, les quelques personnages que l’on aperçoit dans l’album semblent être asiatiques : chapeaux coniques et jonques.

Dès lors, quelques questions demeurent :

  • Bao a-t-il compris que sa lutte était vaine, bien qu’il n’ait pas connu le secret ?
  • Dans sa fuite, là où il passera, ne laissera-t-il que vide et désolation ?
  • D’autres Bao viendront-ils ?

Cet album, et ses illustrations, nous a tellement plu avec mon 6 ans, qu’il nous a donné envie d’en faire de même.

Faire défiler les images.
Faire défiler les images.
Faire défiler les images.
Faire défiler les images.

Faire défiler les images.

Je vous ai déjà présenté un roman ado de Gaël Aymon: Oublier Camille.

 

Ce titre participe au Prix des Incorruptibles 2015-2016, sélection CE1.

challenge 1gm

 

Ainsi qu’au Challenge « Je Lis aussi des Albums 2016 » de Sophie Hérisson.

logo challenge albums 2015

8/100

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter et Pinterest.

Photographie personnelle - Abeille à Luri, Corse (Août 2015)

Photographie personnelle - Abeille à Luri, Corse (Août 2015)

Repost 1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 27/01/2016 22:11

Quelle belle philosophie de vie ...
Vive les abeilles ;-)
Bravo pour ces collages en duo mère-fils *-* et belle soirée à vous !

Blandine 28/01/2016 10:11

Merci beaucoup :-)
Bonne journée à vous!

Laurette 27/01/2016 20:06

Ben voilà, ça se confirme, ... je sens déjà que je vais l'aimer cet album tant par ses illustrations que son propos ... j'aime beaucoup cette vision de la vie qui nous oblige à à prendre conscience de ce qui nous entoure, à rester humble, à faire preuve de responsabilité sur les conséquences de nos actes. J'aime aussi l'idée que rien n'est tracé d'avance, déterminé ...cela donne beaucoup de sens à la vie, de manière générale, et aux rencontres en particulier.
Merci pour cette belle lecture. Bises

Blandine 27/01/2016 21:44

C'est certain même^^ ;-)
Bises