Le chat bonheur. Qu Lan - 2011 (Dès 5 ans)

Publié le 31 Janvier 2016

Le chat bonheur

Texte et illustrations de Qu Lan

Éditions Chan-Ok pour Flammarion, «collection Perles du Ciel», octobre 2011.

Dès 5 ans.

Notions abordées : Japon, légendes, traditions, symboles.

Vous avez certainement déjà vu dans des restaurants, boutiques, dessins animés, films ou livres asiatiques, des représentations de ce chat qui trône en couverture. Un chat jovial et qui lève une patte, la droite ou la gauche, voire les deux, plus rarement les quatre.

Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.
Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.
Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.
Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.
Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.
Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.
Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.
Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.
Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.

Il en existe vraiment de toutes couleurs, formes, styles... Faîtes défiler les images.

C’est un maneki-neko, qui littéralement veut dire « le chat qui invite ».

Venu du Japon, plusieurs légendes existent autour de lui, toutes semblables mais sensiblement différentes.

En effet, en fonction de sa couleur, de la patte levée ou de s’il porte quelque chose autour du cou, sa symbolique change.

La patte gauche levée est censée attiré les clients ou visiteurs, alors que la droite apporte de l’argent ou le bonheur.

Son pelage est le plus souvent blanc, parsemé de noir avec taches rouges, ce sont les couleurs les plus répandues et sont considérées comme étant un puissant porte-bonheur.

Et enfin ses attributs : écharpe ou foulard, avec un grelot et/ou une pièce dorée, le koban à la valeur extrêmement élevée.

L’album que je vous présente aujourd’hui regroupe plusieurs de ces légendes, et même une mise en abyme, pour nous offrir une très belle histoire à la fois triste, douce et optimiste.

Dans le lointain Japon féodal, lors de l’ère Edo, vivait Echigoya.

Héritier d’une riche famille qui a prospéré durant plusieurs générations dans la confection et le commerce de tissus, Echigoya était un jeune homme paresseux mais gâté, joueur compulsif et toujours perdant.

Oisif, il ne s’intéressait pas à son entreprise, mais dont il dilapidait l’œuvre et la fortune. Tant et si bien que tous partirent et qu’il ne resta auprès de lui qu’une vieille et fidèle gouvernante, et son chat, Tama.

Ah son chat, il l’aimait, le dorlotait, le câlinait, et lui parlait.

Mais cet amour, bien que réel, était double.

Issu d’un pays de légendes, Echigoya était persuadé que si les choses tournaient mal, son chat l’en délivrerait.

-Ainsi, tu ne connais pas la légende ? Pour remercier son maître attentif et aimant, une grue lui apporta un trésor venant de la montagne des dieux.
Tu vois combien je prends soin de Tama, et combien Tama est gentil ?
Si un jour je n’ai plus de sous, Tama m’apportera un trésor.
N’est-ce pas Tama ?

Et c’est ce qu’il se passa.

Et Tama partit et plus le chat revenait avec des pièces d’or et plus Echigoya jouait et perdait, malgré ses promesses et les conseils inutiles de la servante.

Et plus Echigoya condamnait Tama, car il ne se rendait pas compte du lent, mais ultime, sacrifice du félin.

Heureusement, sa disparition ne fut pas vaine Grâce aux trois dernières pièces, Echigoya se ressaisit, remonta l’entreprise familiale et rendit hommage à Tama.

Pour commémorer Tama, son sauveur,
Il fit ériger ans sa maison une statue du Chat Bonheur,
Un chat avec une patte levée
Pour accueillir la richesse et le bonheur.

Cette magnifique légende est superbement illustrée par des peintures et dessins à la fois doux et réalistes, dans des tons passés.

Elle n’est pas sans faire penser à certaines de nos histoires occidentales, dont notamment La Poule aux œufs d’or, fable de Jean de La Fontaine.

Voici une autre légende sur ce Chat Bonheur, dans laquelle le prénom est identique. Source.

Au Japon, durant la période d’Edo, au 17 ème siècle, vivait un prêtre très pauvre qui était le gardien d’un temple en périphérie de Tokyo. Ce prêtre, bon et généreux, partageait sa maigre nourriture avec son compagnon, un chat nommé Tama. Un jour, particulièrement froid et pluvieux, le prêtre voulut se préparer un thé pour se réchauffer, mais il tomba dans un profond désespoir lorsqu’il s’aperçut qu’il n’avait même plus de thé.

Accablé de douleur, le prêtre se mit à pleurer et demanda a son chat, en désespoir de cause, s’il pouvait l’aider lui et le temple, avant de s’endormir d’épuisement. Son chat, plutôt perplexe, partit s’asseoir près de la porte d’entrée du temple, et se mit à se nettoyer, comme le font les chats, en se léchant et en passant ses pattes contre sa tête.

Un homme très riche, perdu dans les tourments de la tempête, cherchait à se protéger sous un arbre, lorsqu’il aperçut le chat devant la porte du temple, qui en se nettoyant en passant sa patte sur le côté de sa figure, semblait l’inviter à venir s’abriter. Intrigué par ce signe de bienvenue, et peut être du destin, l’homme alla se mettre à l’abri dans le temple. Quelques instants plus tard, la foudre frappa l’arbre ou était l’homme, et celui-ci explosa sous l’impact.

L’homme riche considéra que le chat lui avait sauvé la vie, et voyant les conditions de vie du prêtre et l’état du temple, décida d’utiliser son argent et son influence pour restaurer le temple et améliorer la vie de ceux qui y vivaient. Ainsi grâce au chat, le temple japonais fut sauvé et le vieux prêtre vécut heureux et comblé. A la mort du chat, on lui édifia une statue qui le représentait la patte levée en souvenir de ce jour.

Les gens de la région, considérant que ce chat avait apporté richesse et bonne fortune à son propriétaire, commencèrent à placer des figurines de chat avec la patte levé dans leurs maisons et leurs magasins. Ainsi commença l’histoire et le développement du maneki neko au travers du Japon …

Pour découvrir d’autres légendes autour de ce Chat de la Fortune (dans les deux sens du terme), ses significations et symboles, je vous invite à aller voir ICI ou LA.

Cet album participe au thème mensuel du Challenge « Je Lis aussi des Albums 2016 » de Sophie Hérisson autour du chat !

logo challenge albums 2015

10/100

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter et Pinterest.

Repost 1
Commenter cet article

Sophie Hérisson 08/06/2016 16:15

Je vais l'acheter pour le club Japon / Manga, ça changera un peu !

Blandine 08/06/2016 23:00

Une très bonne idée ;-)

Lylou de Livres et merveilles 03/02/2016 09:12

Cet album est superbe ! Je le note. Merci Blandine
Ma fille a un maneki-neko dans sa chambre que ma sœur lui avait brodé pour sa naissance. Je l'adore.

Lylou de Livres et merveilles 03/02/2016 18:07

Il est blanc/gris avec des touches de violet et il lève la patte gauche !

Blandine 03/02/2016 10:36

Oui, superbe!
Quelle chance!
De quelle couleur est le sien? Quelle patte lève-t-il?

Laurette 31/01/2016 19:02

Jolie effectivement cette légende , que je ne connaissais pas, ainsi que ces illustrations très douces. Et toujours le sens du sacrifice dans cette culture ... merci pour cette découverte. Bises

Blandine 03/02/2016 10:35

;-)

Nancy 31/01/2016 18:34

Meri pour ce super article à propos du Maneki Neko *-*
Les dessins de l'album sont magnifiques...
Belle soirée à vous Blandine !

Blandine 31/01/2016 23:19

Merci beaucoup <3
Tout cet album est superbe et ses illustrations contrebalancent la tristesse de l'histoire.
Belle soirée à vous!.