Creed : l’héritage de Rocky Balboa (Film)

Publié le 19 Janvier 2016

J’ai découvert la saga Rocky pendant mon premier congé maternité, et depuis, je me regarde les films plusieurs fois par an. J’adore. Tout. Le personnage bien sûr, la boxe, mais aussi le portrait de la ville et de la société, qui évoluent.

Je vous ai déjà présenté le beau-livre que j’ai sur le héros créé et incarné par Sylvester Stallone : Rocky Balboa.

(La deuxième photo de Rocky appartient au film n°3)

(La deuxième photo de Rocky appartient au film n°3)

Après six films au succès confirmé bien qu’inégaux (1976 – 1979- 1982 – 1985 – 1990 – 2006), ce septième opus est un nouveau challenge.

Je n’ai voulu ni rien voir ni rien lire sur le film avant d’aller au cinéma, exceptée la bande-annonce (enfin une des bande-annonce). Les photos proviennent essentiellement d'Allo ciné.

Creed : l’héritage de Rocky Balboa (Film)

Sortie américaine : 25 novembre 2015.

Sortie française : 13 janvier 2016

Durée : 2h 14mn.

Réalisé par : Ryan Coogler

Produit par : Kevin King Templeton

Avec : Michael B. Jordan (Adonis Creed), Sylvester Stallone (Rocky Balboa), Tessa Thompson (Bianca), Tony Bellew (Rocky “Pretty” Conlan), Wood Harris (Tony “Little Duke” Burton), Graham McTavish (Tommy Holiday)…

Genre : Drame

Dans Rocky Balboa (le 6e), nous retrouvions le champion à la retraite, propriétaire d’un petit restaurant de cuisine italienne, Adrian's, veuf depuis trois ans, éloigné de son fils Robert Jr et du monde de la boxe.

Installé dans son quotidien, il vit surtout dans le passé. Mais un programme télévisuel sportif opposant des boxeurs actuels et du passé, imagine un combat entre l’actuel tenant du titre, Mason « The Line » Dixon, à Rocky Balboa.

Chatouillé, Rocky obtient sa licence et combat contre Mason lors d’un match d’exhibition. Il se retrouve, se rapproche de son fils. Au-delà, le film nous dévoile Philadelphie en passé/présent, les magouilles des manageurs sportifs, un autre visage de la boxe, la vieillesse et le retour sur savie, la condition des seniors...

Creed : l’héritage de Rocky Balboa (Film)

Ce septième opus baptisé Creed : l’héritage de Rocky Balboa nous entraîne à la découverte d’un nouveau personnage.

Adonis Johnson est le fils illégitime d’Apollo Creed, ancien champion de boxe, adversaire puis ami de Rocky Balboa, mort dans le quatrième film après avoir aidé et entraîné Rocky dans L’œil du Tigre (le troisième volet).

Mary Anne Creed, la femme d’Apollo, a recueilli l’enfant après l’avoir retrouvé dans un centre pénitentiaire pour mineur, dans lequel il se bagarrait tout le temps.

Des années plus tard, Adonis quitte un boulot confortable pour se consacrer exclusivement à la boxe. Puisqu’à Los Angeles, le fils de Duke, l’entraîneur de son père puis de Rocky, ne veut pas de lui, il bouge à Philadelphie, retrouve Rocky, lui dévoile son identité et son désir de se faire une place sans l’aide du nom de son père.

L’ancien double champion du monde poids lourd n’est pas réticent très longtemps et l’emmène non pas dans la salle de Mickey mais dans un coin malfamé de la ville, un peu comme Creed l’avait fait avec lui-même à L.A. dans le troisième film.

Dès lors, une grande complicité s’installe entre les deux hommes qui ont, chacun, un combat à mener, d’abord personnel, contre eux-mêmes.

Creed : l’héritage de Rocky Balboa (Film)
Creed : l’héritage de Rocky Balboa (Film)
Creed : l’héritage de Rocky Balboa (Film)

Ce film est dans la continuité des précédents, de par sa trame, il suit le même cheminement et se termine de la même manière : par un match. Avec, « bien sûr », une histoire d’amour (pas nécessaire à mon sens, et en rien comparable avec celle de Rocky et Adrian).

Creed : l’héritage de Rocky Balboa (Film)

Le film valorise les mêmes sentiments, valeurs, de fraternité, d’entraide et de franchise.

Il faut savoir provoquer sa chance, se donner les moyens d'accomplir et réaliser ses rêves.

Sylvester Stallone est très émouvant dans son rôle de boxeur vieillissant, plus sage, passerelle entre deux générations de boxeurs et de savoir-faire.

En cela, ce film est plus qu’un héritage, il est à la fois une confrontation et une passation. Ainsi, le film est parsemé de clins d’œil, références ou effets miroirs d’avec les précédents volets, voire même des hommages (à son fils Sage, qui a joué dans le 5e et décédé en 2012). Entrainements en parallèle, mise en scène de l’entrée lors du match, joggings dans Philadelphie et montée des marches, couleurs des vêtements, déroulements et issues des matches…

La bande originale en est toute empreinte aussi.

Très rythmée et punchy, elle laisse une large part au rap, avec des rappeurs « d’hier » (2Pac, DMX) et d’aujourd’hui avec Lupe Fiasco et Future, et le titre Last Breath, ou une version actualisée de Eye of the Tiger.

Creed : l’héritage de Rocky Balboa (Film)
clip: https://www.youtube.com/watch?v=4zdIpXJlM8A

clip: https://www.youtube.com/watch?v=4zdIpXJlM8A

D’un point de vue personnel, j’aurais aimé revoir Paulie [Burt Young], « décédé » entre-temps. Mais son personnage n’était pas en adéquation avec le but du film.

Et qu’est-il advenu des deux autres enfants, légitimes, qu’Apollo Creed a eu avec Mary Anne ?

J’ai aussi trouvé que les plans étaient souvent trop serrés lors des combats où les jeux de jambes ne sont quasiment pas montrés. Mais à l’inverse, il y a aussi de très beaux effets visuels, avec des ralentis, notamment lors d’un mini-match dans lequel Adonis, trop présomptueux, est mis KO et tombe lentement, très lentement… lorsqu’il court dans Philadelphie pour finalement accélérer, ou lors du combat final.

Le film montre plus de sang aussi.

Désormais, les matches de boxe se déroulent en 12 rounds, et non plus 15, comme dans les six premiers volets de la série.

Et enfin, comme beaucoup d’autres désormais, le film est une vitrine pour marques, de sport surtout. Alors que le premier et les derniers prônaient la simplicité (Rocky n’avait pas ou plus d’argent), celui-ci est assez bling-bling en comparaison.

Vous l’aurez compris, j’ai énormément aimé ce film.

Ce spin-off a récolté de nombreuses critiques élogieuses ici, mais aussi aux USA, à tel point qu’une suite n’est pas exclue, voire même deux, et peut-être sans Sylvester Stallone. Ce qui me fait tiquer mais qui serait dans la logique du film…qui ne doit pas être appelé Rocky 7, selon ses dires.

Et vous, aimez-vous Rocky ? Êtes-vous allé voir le film, irez-vous ?

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter et Pinterest.

Creed : l’héritage de Rocky Balboa (Film)
Repost 0
Commenter cet article

Nancy 19/01/2016 18:08

J'avoue que j'avais de gros préjugés sur cette série, mais votre chronique m'a fait voir les choses autrement ;-)
Belle soirée à vous Blandine !

Blandine 19/01/2016 20:16

j'en suis heureuse!
Ce soir, c'est Rocky 2 au programme \(*o*)/
Belle soirée à vous!

Nathalie 19/01/2016 11:34

J'ai vu le premier c'est sûr et sans doute un autre ? Mais je ne suis pas du tout fan de boxe...

Blandine 19/01/2016 13:48

:-)
Certes, c'est un film de boxe, mais pas que ;-)
Je me suis re...regardé le premier ce matin et ai retrouvé tout plein de détails entrevus dans Creed! J'adore!