Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier. Patrick MODIANO - 2014 - Prix Nobel de Littérature

Publié le 9 Janvier 2016

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier

Patrick MODIANO

Éditions Gallimard, 2014.

148 pages.

Thèmes abordés : Mémoire/souvenirs, enfance, histoire.

Le narrateur, Jean Daragane, la soixantaine, vient récupérer son vieux répertoire retrouvé par un certain Gilles Ottolini, qu’une jeune femme intrigante, Chantal Grippay, accompagne.

Le geste de ce dernier n’est pas désintéressé. Il ne lui rend son carnet que parce que le nom de Guy Torstel y figure.

Le malaise ressenti par Jean depuis le coup de fil ayant rompu sa solitude s’amplifie au fil des pages, mais son attrait pour Chantal aussi.

Mais pourquoi donc était-il entré dans l’intimité de gilles Ottolini et de cette Chantal Grippay ?
Autrefois, les nouvelles rencontres étaient souvent brutales et franches – deux personnes qui se heurtent dans la rue, comme les autotamponneuses de son enfance. Là, tout s’était passé en douceur, un carnet d’adresses perdu, des voix au téléphone, un rendez-vous dans un café… Oui, tout avait la légèreté d’un rêve. Et les pages du « dossier » lui avaient procuré une sensation étrange : à cause de certains noms, et surtout celui d’Annie Astrand, et de tous ces mots tassés les uns sur les autres sans double interligne, il se trouvait brusquement en présence de certains détails de sa vie, mais reflétés dans une glace déformante, de ces détails décousus qui vous poursuivent les nuit de fièvre.

Pages 58-59.

S’ensuivent alors toutes sortes d’émotions contraires, des rendez-vous, du stress, de l’anticipation, des mensonges et des révélations, des questionnements, un « dossier » et une plongée dans le puzzle houleux des souvenirs, qui le ramène à sa propre enfance, oubliée, enfouie.

Il ne pouvait détacher son regard de cette photo et il se demanda pourquoi il l’avait oubliée parmi les feuilles du « dossier ». Etait-ce quelque chose qui le gênait, une pièce à conviction selon le langage juridique, et que lui, Daragane, aurait voulu écarter de sa mémoire ? Il éprouva une sorte de vertige, un picotement à la racine des cheveux. Cet enfant, que des dizaines d’années tenaient à une si grande distance au point d’en faire un étranger, il était bien obligé de reconnaître que c’était lui.

Page 67

Réminiscences qui refont surface de plusieurs façons, qui s’entrechoquent.

Jusqu’à la fin, glaçante.

Mystère des origines, quête, construction et dissimulation de l’identité, méandres de la mémoire, oublis inconscient ou non, sont au cœur de ce roman, qui me laisse un peu perplexe. Je ne suis pas sûre d’avoir tout saisi de l’enfance du narrateur. Le récit mêle volontiers le présent à plusieurs moments de son passé, sans qu’il soit toujours facile de les dissocier. L’auteur entretient ce flou, pouvant le faire appartenir à plusieurs évènements du passé, bien qu’un épisode ayant réellement eu lieu soit mentionné. Au lecteur de se faire sa propre opinion, car dans un scénario comme dans l’autre, tout se tient.

Le rythme est lent, comme le narrateur, qui a quelques manies. Je l’ai bien souvent involontairement confondu/superposé avec l’auteur. Me donnant l’impression de l’entendre lire, lui qui a une élocution si particulière.

Les phrases s’enchevêtraient et d’autres phrases apparaissaient brusquement qui recouvraient les précédentes, et disparaissaient sans lui laisser le temps de les déchiffrer. Il était en présence d’un palimpseste dont toutes les écritures successives se mêlaient en surimpression et s’agitaient comme des bacilles vus au microscope.

Pages 108-109.

Je n'avais jamais lu de roman de Patrick Modiano auparavant. Et même si cette lecture me laisse dubitative, je suis tout de même curieuse d’en découvrir d’autres car les thèmes abordés, et qui font son œuvre, me sont chers.

Initialement prévu en lecture croisée avec Laurette, ce roman n’a pas su la convaincre. Comme elle, beaucoup ont été déroutés, pourtant bien dans le style de l’auteur, mais pas son meilleur, aux dires des uns et des autres.

Ce titre participe aux Challenges « Les Anciens sont de sortie » de Stephie et « Petit Bac 2016 » d’Enna, pour ma 1e ligne, catégorie lieu.

challenge 1gm

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook !

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Laurette 09/01/2016 14:25

tu as réussi l'exercice que je n'ai même pas tenté ... tellement déroutant, que je n'aurai pas su le résumer, et surtout en dire du bien, ... ni même réellement de mal je pense. Car ce n'est pas un mauvais bouquin mais le style ne m'a pas séduit, trop lent, trop vague, trop de chevauchements entre passé et présent... il m'a perdu ! Et pas de conclusion claire, je reste sur ma fin ! Bravo à toi en tout cas ... et tu me diras quand tu aura décidé d'en lire un autre ... bises

Blandine 09/01/2016 14:51

Merci!
Il a un petit quelque chose d'indicible qui me plaît bien, mais il est assez insaisissable aussi... La fin me questionne toujours.
Oui, je te dirai (mais ce n'est pas pour tout de suite, hein!)
Bises

Nathalie 09/01/2016 09:34

Commentaire juste pour toi : il y a une coquille dans ta dernière phrase "Aux dires des uns et des autres" tu as mis un "z" à "dire". Bisous

Blandine 09/01/2016 10:02

Merci ;-)