Histoires de moufles – 3 albums dès 3 ans

Publié le 19 Décembre 2015

Dans le cadre de son challenge de Noël, Mya nous propose de nous retrouver autour de lectures communes. J’ai immédiatement pensé à La Moufle, cette histoire d’accumulation hivernale à la chute plus ou moins inattendue.

Je ne connaissais pas l’origine de ce conte avant de lire l’incipit du deuxième album que je vous présente :

La randonnée (conte énumératif) où des animaux, de plus en plus gros, se serrent dans un même abri (crâne de cheval, cruche, moufle, etc.) qui finit par éclater, est un conte de tradition orale russe dont il existe de nombreuses versions (y compris sous la forme d’un jeu de doigts).

La Moufle de Florence Desnouveaux

Je vous propose de découvrir deux versions de ce conte, suivi d’un détournement.

La Moufle

Texte de Diane BARBARA et illustrations de Frédéric MANSOT

Editions Actes Sud Junior, collection « Les Contes à plusieurs voix », 1996

Dès 3 ans

Notions abordées : conte, histoire d’accumulation, hiver, froid, animaux, humour, ordres de grandeur.

C’est l’hiver, il fait froid, la neige a tout recouvert et un gros monsieur lourdement chargé se presse. Il ne s’aperçoit pas que l’une de ses moufles est tombée sur le chemin…

Une aubaine pour la petite souris frigorifiée qui décide de s’y faufiler, bientôt rejointe par une grenouille. Toutes deux se réchauffent jusqu’à ce qu’une chouette demande d’entrer. Ce qui n’est pas pour les rassurer, mais elles acceptent tout de même, comme avec le lièvre, puis le renard.

C’est alors qu’une couture crrr…aque.
Un méchant courant d’air se met à siffloter.
La souris, la grenouille, la chouette, le lièvre et le renard n’osent plus du tout bouger.
Mais l’histoire n’est pas terminée.

Non, elle n’est pas terminée, car d’autres animaux, toujours plus gros souffrent aussi du froid et veulent aussi se réchauffer.

Et la moufle grossit, et la moufle enfle, crrrraaaaaque.

Stop ! Ils sont sept, c’est complet ! Il n’y a plus de place, pas la moindre, même pour le petit animal, riquiqui qui doucement se faufile, incognito…

Très mauvaise idée, car la moufle implose, dispersant les huit dans la neige glacée.

Trouver une idée pour tous les réchauffer ne sera pas chose aisée…

Cette histoire est devenue un classique !

La tournure répétitive qui augure de la chute, n’empêche cependant pas la surprise finale… et l’on comprend la colère des sept animaux à l’encontre du huitième qui a tout fait rater !

Les illustrations suivent parfaitement le texte. Elles cumulent les différentes empreintes de pas qui se dirigent tour à tour et de plus en plus grosses vers la moufle que l’on voit se tendre, se disloquer petit à petit.

L’album se termine par un jeu de piste reprenant les animaux rencontrés dans l’histoire et dont le but est d’atteindre la moufle en premier !

Voici à présent ce même conte, qui reprend le même cheminement, ou presque…

La Moufle

Texte de Florence DESNOUVEAUX et illustrations de Cécile HUDRISIER

Éditions Didier Jeunesse, décembre 2010

Dès 3 ans

Notions abordées : conte, histoire d’accumulation, hiver, froid, animaux, humour, ordres de grandeur.

En pensant à La Moufle, c’était cet album que je me représentais particulièrement, car mon deuxième l’a étudié en classe en MS et m’en parlait beaucoup.

Cet album reprend presque les mêmes personnages : Souris, Lièvre, Renard, Sanglier, Ours et un petit dernier, qui permet à l’histoire de se prolonger, mais que je ne vous dévoilerai pas !

Des animaux toujours plus gros, qui se faufilent, qui se tiennent chaud, et comble du comble, trop chaud même ! Jusqu’à ce qu’Ours Potelé, aux énormes bruits de pas et à l’énorme voix demande à entrer… Accès refusé mais il insiste, se dandine et…

Ours Potelé pousse son ventre rebondi dans la moufle : crrrrr

Ours Potelé pousse tout son corps dans la moufle : crrrrrr

Mais quand il veut faire entrer le bout de sa queue…

CrrRRRRRRRRRAAC !

Cette version introduit des dialogues dans le texte, avec pour chaque animal, une couleur. Cela lui confère un rythme, une intonation, prolongée dans les illustrations par des onomatopées, des ponctuations ou lettres découpées dans du journal, différentes grosseurs et graphies. On distingue, outre les dessins (peinture, crayon, pastel), des matières, du papier déchiré, du carton, des motifs, du collage.

Un album très chouette avec une autre chute, permettant une continuité de l’histoire que l’enfant est appelé à imaginer !

Le Musée de la Moufle

Texte et illustrations de Noémie MARSILY

Éditions Sarbacane, 2014

Dès 4 ans

Notions abordées : conte de randonnée, humour absurde, Saison, le temps qui passe, chien, ville.

En cherchant à la bibliothèque un autre album sur le thème de La Moufle, j’ai trouvé celui-ci. Et même si son cheminement est en miroir des précédents, il les prolonge un peu aussi.

L’hiver est passé, les températures sont plus clémentes, les oiseaux chantent, les arbres bourgeonnent, le printemps est LA !

Tous sont ravis, sauf Mina qui ne veut pas se séparer de son bonnet, de son écharpe et de ses moufles, tous rouges mais qu’elle enlève pour pouvoir dévorer sa pomme verte dans le parc. Au moment de repartir, plus de moufles, mais un fil rouge, long et qu’elle se met à suivre.

Grâce à ce fil, on découvre la ville, ses arbres, ses rues, ses embouteillages, ses égouts drôlement habités, l’intérieur des appartements et leurs étranges propriétaires aux occupations farfelues, jusqu’à arriver au coupable : un chien !

« Rends-moi mes moufles, gros gourmand ! Allez… ! Quoi ? Tu ne veux pas ?
Bon, je vais faire un tour dans cette drôle de grotte…
Continue ta sieste, mon toutou ! »

Et la voilà entrée dans la gueule du chien…

Et alors là, surprise ! Son corps recèle un véritable Musée dédié à la Moufle, sous toutes ses formes : végétations, vêtements, sculptures, animaux et où il y a même des gens et un gardien. Un gardien qui prend son métier très à cœur et qui poursuit la petite Mina qui a repris ses moufles.

Une course improbable s’entame alors, qui va de gueule de chien en gueule de chien, de musée en musée jusqu’à ce que le vaniteux gardien trouve une place toute désignée pour lui !

Mina a eu si chaud qu’elle accepte enfin d’enlever bonnet, écharpe et moufle, qu’elle offre avant de se réjouir d’être au printemps !

« Vive le temps, vive le temps, le temps du PRINTEMPS ! »

Quelle folle aventure !

Un conte de randonnée improbable aux illustrations vitaminées pleines de peps, en quatre couleurs, pour accepter de laisser derrière soi des objets que l’on aime, mais qui ne sont plus appropriés.

Un album qui ne me plaît pas plus que ça, tant pour l'histoire que les illustrations.

Laurette a également choisi de parler de la Moufle pour ce RDV mutuel, peut-être en aurons-nous en commun ? Car il existe tant de versions!

Et quels seront les choix des autres participants au Challenge ? La réponse ICI !

Quant à moi, j’aimerai également vous présenter le conte de La Reine des Neiges, dont la version Disney est bien éloignée du conte original ! Dans un prochain article !

Ces trois albums participent aussi au Challenge de Sophie Hérisson, « Je Lis Aussi des Albums 2015 ».

logo challenge albums 2015

132, 133 et 134/100 (110)

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MyaRosa 21/12/2015 12:11

J'aime beaucoup ce conte. Nous avons la version publiée aux éditions Didier Jeunesse mais je ne connaissais pas les deux autres.

Blandine 21/12/2015 13:12

Oui celle-ci est devenue incontournable ;-)

Laurette 20/12/2015 15:56

Et bien voilà, j'ai fini par terminé mon article et je découvre avec plaisir tes albums, et les 2 que je découvre me plaisent bien, le premier pour ses illustrations et cette petite fin en forme de jeu de piste et le dernier, que tu semble ne pas avoir trop aimé, pour ce petit musée un peu loufoque à l'intérieur du chien. Je vois que nous avons eu le même plaisir en tout cas à la lecture du Didier Jeunesse :-) Bises

Blandine 20/12/2015 22:06

Oh oui, c'est en effet le coup de cœur de la sélection, à l'inverse du dernier. L'humour par l'absurde ne me parle pas toujours. je n'y suis pas très sensible.
Ce qui est amusant c'est d'avoir trouvé des albums avec le même cheminement!
Bises.