Les Hauts de Hurlevent (Abismos de pasión) (1954) - Luis Buñuel (Film)

Publié le 20 Octobre 2015

La Randonnée d’Halloween de Lou & Hilde est presque finie, voici mon étape 4….

 

 

La fin de cette randonnée vous a entrainés vers un cimetière de campagne, isolé, à des kilomètres du prochain village.

Au détour d’une allée, vous vous penchez pour lire une inscription. « Ci-gît »…

A vous de décider qui est censé résider à cet endroit : une célébrité locale chez les créatures, un auteur qui vous hante depuis des années…

 

Après avoir erré dans la lande brumeuse, des poèmes en tête, après avoir repris quelques forces et affronté mes peurs, me voici dans un cimetière qui semble abandonné.

Cimetière marin - Bonifacio (Août 2014)
Cimetière marin - Bonifacio (Août 2014)

Un calme étrange règne ici.

Seul le vent trace son chemin.

Le soleil n’illumine plus que les rares feuilles des arbres décharnés, les fleurs fanées ne dégagent plus que l’odeur de l’oubli…

J’erre dans les allées, observe les pierres tombales, mon regard accroche des dates, des noms. Tous glissent en moi, mais l’un d’eux me fige et me fixe…

Ci-gît… xxx Brontë…

Et de me souvenir d’autres lieux, d’autres temps…

Cimetière marin - Bonifacio (Août 2014)

Cimetière marin - Bonifacio (Août 2014)

Les Hauts de Hurlevent (Abismos de pasión) (1954) - Luis Buñuel (Film)
  • Titre : Les Hauts de Hurlevent (Abismos de pasión).
  • Réalisation : Luis Buñuel.
  • Scénario : Luis Buñuel, Arduino Maiuri et Julio Alejandro d'après le roman Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë.
  • Pays d'origine : Mexique
  • Genre : Drame romantique
  • Durée : 90 minutes
  • Sortie : Mexique : 30 juin 1954 / France : 12 juin 1963
  • Langue : Espagnol, sous-titré français.

Je n’avais encore jamais regardé d’adaptations cinématographiques d’une des œuvres des Brontë, bien que j’aie le film Jane Eyre (roman écrit par Charlotte) avec Timothy Dalton en DVD...

Les Hauts de Hurlevent (Abismos de pasión) (1954) - Luis Buñuel (Film)

Dans cette version, Luis Buñuel transpose le récit d’Emily Brontë au Mexique. Point de Catherine ou de Heathcliff, mais Catalina et Alejandro.

Le film commence par un sombre soir d’orage, la pluie est torrentielle et le vent hurle.

Alejandro est de retour et exige de voir Catalina, qui a, pendant son absence, épousé Eduardo.

Amoureux tout deux l’un de l’autre, ils ne pouvaient se marier. Elle, issue de la hacienda. Lui, orphelin adopté par son père, mais réduit à être employé de ferme, humilié, maltraité durant toute son enfance par Ricardo, le frère de Catalina.

Un ressentiment grandissant, un mariage de raison, une vengeance, un amour impossible, non terrestre et qui ne peut se réunir que dans une autre temporalité.

Le film se termine avec la mort de Catalina (qui respecte celle de Cathy dans le roman), et celle d’Alejandro, tué…

Cet arrangement final fait bien sûr penser à la mort, en miroir, de Roméo et Juliette de Shakespeare, amenant, à défaut de réconciliation, la paix entre les deux familles par leurs deux seules morts. Drame heureux que l’on retrouve dans Les Amants papillons et joliment rééxploité par Malika Ferdjoukh dans son roman jeunesse La fiancée du fantôme.

Les Hauts de Hurlevent (Abismos de pasión) (1954) - Luis Buñuel (Film)

J’aime ces vieux films, en noir et blanc, à la musique très trop forte, aux moments suspendus, figés, au jeu plus abrupt que fluide, parfois forcé aussi.

Quelques clichés aussi sur la force ou la faiblesse de la femme.

Il faudra que je voie d’autres adaptations !

L’avez-vous vue et aimée ?

Blandine.

https://soeursbronte.wordpress.com/page/2/

https://soeursbronte.wordpress.com/page/2/

Rédigé par Blandine

Publié dans #DVD-Films, #Challenge Halloween 2015, #Classiques

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nathalie 26/10/2015 15:41

J'ai re-lu les "Hauts de Hurlevent" il y a peu, suite à la lecture d'une adaption moderne (et beaucoup plus courte) écrite par Camille Brissot (voir ici : http://delivrer-des-livres.fr/le-vent-te-prendra/) et j'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire... J'ai également revu un des films il n'y a pas longtemps (en noir et blanc aussi, mais pas la même version que toi Blandine, moi ce doit être la version de 1939, celle de William Wyler) Savez-vous d'ailleurs combien de version il existe de cette histoire ? Pas moins de 13 films (de 1939 à... 2015 !) + 2 opéras, 2 ballets, 2 bds... Impressionnant, non ?
Pour celles et ceux qui préféreraient écouter plutôt que lire, une version audio gratuite par ici : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/bronte-emily-les-hauts-de-hurlevent.html
Et comme on en apprend tous les jours, je découvre que cette chanson de Kate Bush que j'écoutais beaucoup il y a... Heu ? 30 ans déjà ? Cette chanson donc a été inspirée à Kate Bush par la lecture des hauts de hurlevent : https://youtu.be/-1pMMIe4hb4

Blandine 26/10/2015 16:52

oui la production autour de ce roman est impressionnante!
Et je savais pour Kate Bush (totalement délurée d'ailleurs) mais je préfère version Hayley Westenra ;-)

Nancy 21/10/2015 11:02

Laurette a raison, très beau medley de vos passions ! Bravo Blandine !
Je n'ai ni lu ni vu les Hauts de Hurlevent, il faut vraiment que je rattrape ce retard, mais cela m'intéresserait plus de le lire que de le voir je pense ;-)
Bonne semaine à vous !

Blandine 23/10/2015 22:06

Merci beaucoup :-)
Comme pour Laurette, il vous faut y remédier ;-)
Bon week-end à vous!

Laurette 21/10/2015 00:21

La Blandine est une petite futée ;-) Bon mélange entre tes passions, littérature, Emily Brontë, et la Corse bien sûr ... savant mélange pour cette balade au pays des morts !!! Je n'ai pas vu/lu les Hauts de Hurlevent, et j’avoue que j'ai beaucoup de mal avec les films en noir et blanc, ... très (peut-être trop) contemporaine dans mes goûts en général.

Blandine 23/10/2015 21:16

Hé hé merci merci^^
La Corse s'y prête pas mal, tous ses paysages sont érigés de crois et de mausolées familiaux, et aussi parce que j'ai visité beaucoup de cimetières là-bas. C'est bien sûr un peu triste, mais beaucoup sont blancs, bien entretenus et les caveaux rivalisent les uns les autres...
Pour les Hauts de Hurlevent, va falloir y remédier, hein?!
Et la production contemporaine est assez hétéroclite pour pouvoir aisément trouver toutes sortes de bonheurs cinématographiques :-)