Le Loup de la 135e. Rébecca DAUTREMER. (Dès 5 ans)

Publié le 3 Octobre 2015

Nous voici déjà rendus au neuvième RDV du Challenge « Je Lis Aussi des Albums 2015 » de Sophie, et celui-ci se centre autour d’un personnage bien connu de la littérature jeunesse tant le nombre d’albums qui lui sont consacrés est grand. Que dis-je ?! C’est une star, une célébrité !

Peut-être avez-vous déjà deviné de qui il s’agit ?!

Eh oui, du Loup !

Et pour ce RDV, je m’associe à nouveau avec Laurette pour vous en parler, autour de notre conte favori, ici détourné pour notre plus grand plaisir, et le vôtre, je l’espère !

Le Loup de la 135e. Rébecca DAUTREMER. (Dès 5 ans)

Le Loup de la 135e

Texte de Rebecca DAUTREMER et illustrations d’Arthur LEBOEUF.

Editions Seuil Jeunesse, collection « Seuil’issime », mars 2014.

Dès 5 ans.

Notions abordées : conte et détournement, loup, mémoire, amitié, ville, Etats-Unis, New-York, vieillesse.
Le Loup de la 135e. Rébecca DAUTREMER. (Dès 5 ans)

Sur les marches d’un perron, deux petits vieux se retrouvent.

L’un est aussi grand, maigre et allongé que l’autre est petit et rond avec sa grande coupe afro.

Le premier observe, silencieux, les passants. A la vue d’un gamin tout de rouge vêtu, l’autre se remémore leur première rencontre en un long monologue.

C’était du temps où j’habitais là-haut, pas loin de chez toi, dans ce quartier pas trop rupin. Des dollars, y en avait pas trop, mais pas moins que chez vous autres. Moi, j’étais pas malheureux pour autant : rien dans les poches, mais rien dans la cervelle non plus ! J’avais pas de soucis, quoi. Je passais mes journées à rêver…
Ma mère, la pauvre, du temps pour rêver, elle en avait pas…

Page 10.

Le Loup de la 135e. Rébecca DAUTREMER. (Dès 5 ans)

Ainsi part dans la forêt rouge brique et gris béton du quartier noir de Harlem, l’enfant insouciant, gros paquet sous le bras, chez le vieux Johnson, à l’autre bout de la ville, au pont de Brooklyn.

New-York, ville de tous les possibles et de tous les hasards, est aussi foisonnante de multiples tentations. Surtout lorsqu’on est un petit black qui sort des quartiers miséreux.

Autour de la carte de collection de son joueur de base-ball favori, Babe Ruth, il fait une rencontre déterminante.

Ah ! mais je ne le regrette pas, tu sais ! Parce que si j’avais pas croisé ton chemin, peut-être bien que tu serais pas ici à m’écouter radoter aujourd’hui !
Enfin… à l’époque, tu avais su m’embrouiller avec tes belles paroles !

Page 17.

Le Loup de la 135e. Rébecca DAUTREMER. (Dès 5 ans)

Et le p’tit s’fait tellement embobiner par le filou qu’il lui donne l’adresse du vieux Johnson. La carte est à deux doigts d’être gagnée mais il faut encore faire la course contre lui, Chili Vince, célébrité locale.

Défi accepté ! L’un file sous terre tandis que l’autre profite des lumières, des couleurs et du monde. Belles voitures brillantes, chromes étincelants, Brodway moderne et attractive, le font traîner, admirer, rêver, et s’écarquiller ses yeux enfantins, loin d’un quotidien bien plus terne.

Mais à l’arrivée, nuit tombée et sans paquet, le garçonnet se fait sermonner.

Quoiqu’il ait pu se passer ce jour-là, le loup n’a pas volé (ou mangé).

Il a trouvé plus fort que lui, mais il ne ressort pas bredouille pour autant. Il a gagné la course, mais a surtout trouvé un compère, assurément plus bavard, mais de bonne compagnie ! Puisque des décennies plus tard, les voilà toujours tous deux marchant encore dans le noir.

Le Loup de la 135e. Rébecca DAUTREMER. (Dès 5 ans)

Quelle adaptation originale et attractive du Petit Chaperon Rouge, toute en miroir !

Les rôles sont ici inversés, point de fillette naïve ou de grand-mère malade, mais un jeune garçon flâneur, un grand-père vif. Cependant, certains éléments demeurent : une casquette de base-ball rouge pour chaperon, une ville dense telle un bois, recelant divers dangers, et tentations, un loup roublard, un enfant jeune et attiré par le beau (parleur, bel aspect des choses), un double parcours, un déguisement.

On peut d’ailleurs deviner le chemin emprunté par le petit grâce au plan de la ville dessiné au début et à la fin de l’album.

Le Loup de la 135e. Rébecca DAUTREMER. (Dès 5 ans)

Transposée dans la mégalopole américaine des années 50, l’histoire nous immerge dans une époque, à la fois dure mais emplie de rêves. Les illustrations pleine page et les grandes planches dénuées de textes, mais pas de mots (graffitis, enseignes, panneaux) rendent cette dualité très palpable, non sans petits détails comiques et éléments de culture populaire.

Portrait de la société d’alors, ville hétéroclite et bigarrée aux quartiers noirs ou blancs, pauvreté contre richesse, magouilles, larcins et insécurité contre modernité réconfortante et consommation active, une boisson et une carte de collection du joueur de base-ball George Herman, dit « Babe Ruth », comme un fil rouge et unificateur. Le rouge, couleur dominante de l’album dans toutes ses nuances, rend la balade agréable et même intrigante.

Et un jeu de regards de tous les personnages, même anodins, fait progresser le récit.

Le Loup de la 135e. Rébecca DAUTREMER. (Dès 5 ans)

Ce détournement délivre une fin heureuse, mais non dénuée de morale, comme un petit clin d’œil à Perrault qui aimait tant conclure ainsi.

Les loups sont toujours là, rôdant, changeant de formes, de méthodes et d’envies mais il faut apprendre à s’en méfier. Car l’issue aurait pu être bien plus mauvaise, voire triste pour l’enfant (et son grand-père) qui s’en laisse conter et miroiter, par un inconnu même s’il est réputé dans le quartier. In fine, ce loup, sournois a trouvé plus fort que lui (un vieux loup plus rusé ?) et ne semble pas si mauvais.

Le Loup de la 135e. Rébecca DAUTREMER. (Dès 5 ans)

Rebecca Dautremer qui nous surprend déjà en étant l’auteure et non l’illustratrice, introduit une autre particularité dans son histoire : le texte est écrit comme il est parlé. Son oralité est très forte et l’on s’imagine sans peine, le jeune devenu vieux se remémorer à voix haute ses souvenirs, bougeant les mains et les yeux pour accompagner ses propos. Son compagnon semble placide, presque absent. Les ravages de la vieillesse ?

Un détournement très réussi avec plusieurs degrés de lectures et de superbes illustrations auquel le grand format de l’album (que je n’ai pas !) doit contribuer.

Retrouvez l’article de Laurette ici !

Ce n’est pas la première fois que l’on trouve un petit enfant, portant chaperon ou pas, dans l’immensité de la ville :

 

Ce titre participe donc au challenge de Sophie, au « Challenge Halloween » de Lou & Hilde puisque les deux se rejoignent tout au long de ce mois d’octobre.

RDV tous les samedis en albums et d’autres jours autour de sorcières (surtout pour ma part), monstres, créatures diverses, mais aussi cuisine, déco et bricolages, musiques et films.

Et aussi à celui d’Enna pour son « Petit Bac 2015 » pour ma huitième ligne, catégorie Animal.

 

logo challenge albums 2015  

                 91/100 (110)

 

 

Belles lectures et découvertes !

Blandine.

Repost 0
Commenter cet article

FondantGrignote 04/10/2015 08:50

Très réussi ! Plein de finesse...

Laurette 04/10/2015 01:41

Une chronique croisée qui apporte encore une fois deux regards différents, des détails qui se complètent ... c'est amusant de voir à quel point un album peut être perçu différemment, les mêmes mots, les mêmes illustrations mais tant de façon de le lire ... même si, encore une fois on se rejoint sur le fond ... à très vite pour de nouvelles lectures halloweenesques peut-être ... bises

Blandine 04/10/2015 13:03

Tout à fait: nos articles se complètent à merveille!
Oh oui bien sûr ;-)
Bizzz

Hilde 03/10/2015 20:07

Les illustrations sont magnifiques, il me tente terriblement ce loup. J'ai découvert Rébecca Dautremer avec "L'Amoureux". Bon week-end.

Blandine 04/10/2015 13:01

Tu n'as plus qu'à venir croiser son chemin alors ;-)
Tant de livres illustrés par ses soins m'attirent... je pense faire une razzia à la bibliothèque prochainement!
Bon dimanche à toi!

Nancy 03/10/2015 15:48

J'aime beaucoup l'ambiance, les illustrations, le côté "détournement de conte" ...
Par contre je n'ai jamais eu l'occasion de prendre le temps de le lire, il le faudrait ^^
Beau week-end à vous Blandine !

Blandine 03/10/2015 17:14

Oui, je vous le confirme Nancy! J'ai aussi mis du temps à le lire, et me demande bien pourquoi (c'est souvent ainsi!)
Bon week-end pour vous aussi :-)

Nathalie 03/10/2015 14:31

Je ne l'ai toujours pas lu celui-là... Pourtant, il me fait de l’œil depuis longtemps...

Blandine 03/10/2015 17:13

Je connais ça... et j'ai aussi mis du temps avant de le lire! Et comme à (presque) chaque fois: "mais pourquoi ai-je mis autant de temps à le lire???"
J'espère que mon article t'a donné envie de le découvrir ;-)