Les cousins Karlsson. Tome 1 Espions et fantômes. Katarina MAZETTI - 2013 (Dès 9 ans)

Publié le 10 Juin 2015

Les cousins Karlsson. Tome 1 Espions et fantômes.

Katarina MAZETTI

Editions Thierry Magnier/Gaïa Editions, mai 2013. (Suède, 2012)

Dès 9 ans.

Thèmes abordés : Famille, vacances, Suède, voyage, aventure, enquête, traditions.

C’est avec son [premier] roman, Le mec de la tombe d’à côté, que j’ai connu Katarina Mazetti, sans savoir qu’elle était en premier lieu, une auteure pour la jeunesse. J’avais aimé ce livre, mais je crois que je suis un peu passée à côté, il faudrait que je le relise…

C’est donc avec étonnement et envie que j’ai abordé ce roman jeunesse, bien après ma fille qui a déjà dévoré (le mot est presque juste !) les cinq tomes de la série !

Quatre cousins qui ne se connaissent pas, d'horizons aussi variés que possible, se retrouvent pour les vacances d'été chez leur tante Frida, une artiste qui vit seule sur l'Île aux Grèbes au large d’Östhamn. Une île sans eau courante, ni télé, et encore moins d’ordinateur, mais où, heureusement, les téléphones portables fonctionnent !

L’idée n’a rien de séduisant pour l'aînée d'Ulla, Julia, 12 ans, à l’inverse de sa sœur Daniella, dite Bourdon, 9 ans, qui emmène son chat Chatpardeur, le bien nommé ! Elles retrouvent leurs cousins de 12 ans, quasi inconnus, George, le fils de Molly l'actrice, et Alex, le « petit cuistot » d'Ellen et de père français, tout deux chefs cuisiniers.

Dès le début, Frida donne le ton, et achète ce qui leur plaît dans le magasin avant d’embarquer sur l’île et c’est pour nous l’occasion de voir leur caractère, leurs goûts, en matière alimentaire et de loisirs.

A partir de maintenant, vous êtes en vacances et vous êtes libres comme l’air ! Il y a plein de choses à faire sur l’île. Vous pouvez vous baigner, jouer à des jeux de société, grimper dans les arbres, faire la sieste, bronzer, vous promener en barque, vous lancer dans des constructions, partir à la chasse aux trésors… Mais vous avez sans doute compris que je n’ai pas vraiment la fibre maternelle et que je ne suis pas du genre à vous organiser les choses, ni à vous préparer des petits plats. Non, il ne faut pas compter sur moi pour ça !"
Tous se mettent à faire des projets. Qu’est-ce qu’ils ont envie de faire? C’est assez inhabituel de ne pas avoir de contraintes. Généralement, ce sont les parents, les profs ou d’autres adultes qui prennent les décisions pour eux.

Pages 42-43

Le rêve ! Chacun vaque à ses occupations, d’abord dans le secret, tout en dégustant les bons p’tits plats d’Alex ! Mais bien vite, ils se rendent compte que des choses étranges se passent sur l’île. Les uns ou les autres semblent avoir des agissements et attitudes bizarres (une collection de boîtes de conserve ?!), des aliments disparaissent, de la fumée s’élève du bout de l’île dans la forêt, puis une chaussure d’enfant est retrouvée sur la plage et une moitié de mot griffonnée en français, un fantôme vu dans le jardin…

En parallèle, Frida doit faire face à un plagieur, vendant ses imitations, très réussies, de tôle et de ficelle, à toutes les galeries. Son gagne-pain est menacé, elle s’en va sur le continent régler la question en laissant les quatre cousins, seuls mais débrouillards et très autonomes, sur l’île.

-Où est passé son « C’est vos vacances, chacun fait ce qu’il veut » ? demande George. Ce n’est peut-être pas très bon pour Frida d’être entourée d’enfants. Elle commence à croire que c’est elle qui doit tout diriger ! Est-ce qu’on devient obligatoirement comme ça au bout d’un moment ?

Page 100.

Les enfants décident d’enquêter sur l’inquiétante présence sur l’île, espions ou fantômes, que Bourdon appelle Les Terrifiants en oubliant qu’elle se vantait de n’avoir peur de rien à part des contrôles de maths et des gastros. Il existerait donc des choses encore pires… (Page 85.)

Leurs hypothèses sont à hauteur d’enfants mais le quatuor est dégourdi et sait raisonner, déduire, recouper les informations. L’union fait la force !

Chaque enfant exprime ses qualités et prend confiance en lui au contact des autres.

L’intrigue est très bien menée, jalonnée de suspenses, clins d’œil ou clichés : allusion notamment à la fête de la sainte Lucie en décembre ou aux Français qui mangent des grenouilles.

Un roman qui nous promet de l’évasion, du rire, des thèmes légers, sensibles, et de la réflexion autour de sujets sérieux, voire graves.

-Comment ça du porc ? dit Bourdon. On ne va pas manger du porc ! Juste un peu de jambon ! Julia soupire en levant les yeux au ciel. -C’est le même animal ! lui explique Alex en riant. Bourdon s’apprête à lui demander « un animal ? » mais elle s’arrête et devient écarlate. Quand elle s’est régalée avec les exquises galettes au jambon d’Alex, elle n’a jamais pensé que ça venait d’un animal. L’idée lui est très désagréable. Mieux vaut se rabattre sur la crème au chocolat. Ça au moins, ça ne vient pas d’un être vivant… Page 195.

Une lecture dans la lignée du Club des Cinq d’Enid Blyton, (dont je n’ai lu qu’un ou deux livres petite), que je ne saurai trop vous recommander et que j’ai hâte de poursuivre avec le tome 2, qui promet de nouvelles aventures bien rocambolesques avec la nouvelle passion et activité de Frida : les wombats.

Ce titre participe au Challenge « Petit Bac 2015 » d’Enna pour ma troisième ligne, catégorie Mort.

Belles lectures et découvertes!

Blandine.

Repost 0
Commenter cet article

Nancy 10/06/2015 21:35

Ce petit roman dont vous aviez déjà parlé a vraiment l'air très sympathique !!
Je vais essayer de le trouver.
Belle soirée Blandine :)

Blandine 10/06/2015 21:50

Oh oui il l'est! et Ambre m'a assurée que la suite me plairait davantage encore ^^

Belle soirée à vous :-D