Tim et le Sans-Nom Nancy GUILBERT et Grégoire VALLANCIEN d'après Paul Klee - 2015 + Interview (Dès 7 ans)

Publié le 31 Mai 2015

Tim et le Sans-Nom

Texte de Nancy GUILBERT et illustrations de Grégoire VALLANCIEN d'après les œuvres de Paul KLEE

Éditions Léon Art&Stories, collection « Art-fiction », avril 2015

Dès 7 ans

Notions abordées : Peur, préjugés, différences, rumeurs, rejet, respect.

Je vous ai déjà présenté plusieurs albums issus de cette maison d’éditions qui a pour vocation la découverte de l’Art pour les plus jeunes.

Le concept de la collection « Art-Fiction », qui me plaît énormément, est d’aborder une partie de l’œuvre d’un artiste par le biais d’une histoire. Et celle-ci nous emmène dans l’univers de Paul Klee, avec le texte onirique de Nancy Guilbert sur un sujet sensible.

Paul Klee, dont je ne connaissais pas vraiment l’œuvre, et encore moins la vie, et que ma fille a étudié cette année en CM2.

Tim habite dans un village triste et terne. Plus de couleurs, plus d'oiseaux, plus de rires. Mais des rumeurs, sombres et accusatrices, à l'encontre d'un magicien, rejeté il y a longtemps par les habitants en raison de son aspect physique.

L’homme aurait plongé le village dans le brouillard, capturé tous les oiseaux et volé des enfants.
Les villageois le craignent et le détestent à la fois.

Les habitants l’ont appelé le Sans-Nom… et Tim, depuis toujours, entend parler de cet homme que l’on ne voit jamais et qui aurait engendré tant de malheurs. Il décide de le capturer grâce aux cliquetis mystérieux de ses oiseaux de métal de la machine à gazouiller qu’il a créée.

Mais c’est un chat, au phrasé mystérieux, et un brin moqueur, qui fait son apparition. Curieux, Tim décide de le suivre et après avoir escaladé un mur, il se retrouve au cœur d’un jardin magnifique et luxuriant où se prélassent des milliers d’oiseaux.

Tim ne comprend pas qu’un être décrit comme si malfaisant puisse célébrer avec tant de beauté la nature et ses mille couleurs. Intrigué, il saura apprendre de l’Inconnu, son histoire, ses sentiments, ses peines… et faire comprendre aux villageois qu’il n’est pas l’être mauvais qu’ils s’étaient imaginés.

Servi par les très belles illustrations de Grégoire Vallancien, qui s’inspire des peintures de Paul Klee, le texte de Nancy Guilbert nous sensibilise sur la dangerosité/l’empoisonnement/les conséquences des préjugés et des rumeurs.

Il nous invite à aller au-delà des apparences et nous rappelle combien il est important de ne pas juger un être sur son physique, sa différence, et qu’il ne faut pas en avoir peur, ni la craindre… Car cela ne génère que malheurs, rumeurs, violences…

Un sujet bien trop d’actualité…

Le choix de Paul Klee n’est certes pas anodin, car comme nous apprennent les petites cases consacrées à l’artiste, l’auteur a fait un parallèle entre la vie de Klee et du Sans-Nom : ils ont tous deux subi les conséquences de préjugés injustifiés. Klee a même peint un tableau en 1939 intitulé : « Oh, les rumeurs ! »

Oh, les rumeurs. 1939. http://www.go-puzzle.com/grafika-paul-klee-oh-les-rumeurs-1939-puzzle-1000-pieces.p45630.html

Oh, les rumeurs. 1939. http://www.go-puzzle.com/grafika-paul-klee-oh-les-rumeurs-1939-puzzle-1000-pieces.p45630.html

On y apprend qui était Paul Klee, ses influences et inspirations, sa vie. Ses peintures sont aussi reproduites dans leur entier afin que les enfants les connaissent.

L’album est en lui-même un très bel objet, comme les autres, de par son format, une très belle couverture et des pages douces et brillantes.

Cet album a eu un double écho en moi, d’abord en miroir, avec le magicien qui aurait enlevé les couleurs, donc la vie, au village. Il m’a immédiatement fait penser à l’album d’Arnold Lobel, Le Magicien des Couleurs, même si c’est la situation inverse qui se passe. Et qu’il n’y a aucune corrélation entre les deux histoires…

Et ce magicien, qui n’a pas de nom puisque les habitants n’ont pas pris le temps de le connaître, trop préoccupés par son apparence, m’a renvoyé à celui qu’on ne peut nommer dans Harry Potter.

Je tiens à remercier chaleureusement les Editions Léon Art&Stories ainsi que Nancy Guilbert d’avoir gentiment accepté de répondre aux questions de ma fille, Ambre, 10 ans.

« Comment se passe la construction d’un album et est-ce vous qui choisissez les œuvres de l’artiste, ou l’éditrice, ou encore d’autres personnes ? »

  • Je propose à l'éditrice de travailler sur un peintre qui m'inspire et lorsqu'elle est d'accord, j'écris une histoire en m'inspirant des différents tableaux.
  • Je propose l'histoire à l'éditrice avec, pour chaque double-page, une suggestion des tableaux qui pourraient illustrer le morceau d'histoire.
  • Le graphiste et l'éditrice examinent mon histoire, me font des remarques pour que je la retravaille éventuellement, comme pour mes propositions de tableaux.
  • Quand l'histoire est validée, le graphiste et l'éditrice font des recherches auprès des musées pour savoir si les œuvres sont disponibles et surtout, si elles sont de bonne qualité pour qu'ils puissent zoomer dessus.
  • En fonction de cela, ils me proposent de remplacer certaines œœuvres (introuvables, trop petites ou de trop mauvaise qualité) par d'autres, et nous refaisons un choix ensemble.
  • Puis l'illustrateur vient dessiner aux endroits demandés par l'éditrice.
  • Ensuite, il y a plusieurs maquettes qui voient le jour avec un grand nombre de modifications ! Je dois beaucoup adapter le texte aux contraintes techniques de l'album.
  • C'est donc un travail extrêmement long et minutieux, qui prend environ 6 mois.

« Les paroles du caméléon Léon au sein de l’album et le texte dans les cases à la fin pour présenter l’artiste sont-ils de vous? »

Oui, tous les textes sont de moi, y compris les petits mots de Léon ;-)

Sauf le texte de la 4ème de couverture.

Ces pages d'informations me donnent du fil à retordre, elles sont compliquées à écrire car il faut trouver un fil directeur en rapport avec l'histoire pour chacune des questions mais aussi simplifier à l'extrême.

L'éditrice me donne son point de vue et m'aide aussi à reformuler et à réagencer ces petits textes.

Outre Azulie dans la nuit (cité plus haut), je vous ai déjà présenté plusieurs de ses titres :

Belles lectures et découvertes, Blandine.

Cet album participe au Challenge « Je Lis Aussi des Albums 2015 » de Sophie Hérisson.

logo challenge albums 2015

66/100 (110)

Repost 0
Commenter cet article

cornet paule 07/06/2016 14:37

bonjour,

pendant mon enfance, j’ai vu un dessin tout simple avec la légende « sans éducation artistique, je suis un infirme » le tout signé Paul Klee, est-ce que par hasard, vous sauriez d’où vient cette phrase et ce dessin ? c'était une tête à laquelle il manquait une partie du crâne;
merci d'avance !

Laurette 31/05/2015 23:44

Très chouette découverte, je ne connais pas ces petits albums malins, bien pensés pour l'éducation artistique de nos bambins...comment as-tu procédé pour l’interview ? C'est amusant, Ambre a du adorer ? Elle a vraiment une maman d'enfer ! Mais je suis sûre qu'elle le sait ;-)

Blandine 02/06/2015 21:33

Merci beaucoup Laurette ;-)

Nancy 31/05/2015 20:52

Merci Blandine pour cette chronique sur un album qui m'est particulièrement cher..ainsi que pour l'interview ☆
J'espère que vous avez passé une belle fête des mamans ♡
Belle soirée à vous !

Blandine 31/05/2015 21:50

Merci à vous Nancy!

J'espère que vous avez passé un bon week-end, que j'imagine rempli d'émotions!
Passez une belle soirée :-)

Nath56 31/05/2015 13:57

Une belle collection ! Ce que j'aime chez Klee, ce sont ses couleurs chaudes, jaune, orange et rouge... Elles sont lumineuses, pleine de soleil ! Et j'aime cette accumulation de formes géométriques dont on ne sait pas toujours bien ce qu'elles représentent (champs, maisons, villages...)
Bonne fête à toi, heureuse Maman de 3 enfants !
Nath

Blandine 31/05/2015 21:46

Merci beaucoup Nath :-)
J'espère que toi aussi tu as passé une bonne fête :-D

Oui cette collection est vraiment belle, à tous points de vue!