L'amour me fuit. Thomas GORNET. (+ interview) (Dès 9 ans)

Publié le 20 Avril 2015

L'amour me fuit. Thomas GORNET. (+ interview) (Dès 9 ans)

L'amour me fuit.

Thomas GORNET.

Ecole des Loisirs, collection "Neuf", 2010.

139 pages.

Dès 9 ans.

Thèmes abordés : l’amour, l’école, la famille, l’homosexualité, les différences, l’amitié, l’école.

Zouz est un garçon sensible qui fait sa rentrée en 6e…

Chaque élève ressemble à un poisson hors de l’eau. On est tous là à se demander ce qu’on fait à trente dans une salle de classe au parquet de bois verni, face à une dame qui nous font la trouille alors que deux mois avant, on était dix de moins, tranquilles dans une petite salle de primaire (…).

Page 20.

On fait grand cas de cette rentrée, de ce passage, de ce changement, mais pour lui, on n’est pas « grand » parce qu’on rentre au collège… Non, c’est autre chose, de plus délicat, et donc de plus difficile qui fait grandir : le chagrin.

Il nous le raconte et remonte le temps qui oscille entre trois années scolaires.

Zouz vit seul avec son frère Kaï, de neuf ans son aîné, et son copain, Vincent. Plus de mère depuis le CE2, le 22 mars, pffuit envolée, pas de recherches, plus de nouvelles, mais toujours un espoir… Plus de père non plus, qui est constamment en voyage d’affaires et qui revient de loin en loin. Ces absences et fuites sont paradoxalement constructives, renforcent le lien fraternel et font grandir plus vite…

Cette même année, Zouz rencontre Josie à la cantine et tombe de suite amoureux… C’est le début d’une grande histoire d’amour, trop douce, trop silencieuse, trop sensible qui coule doucement… jusqu’à submerger…

Anecdotes d’école, de copains, de piscine, danse et dessin parsèment ce roman comme autant d’indices révélateurs sur le délitement des choses et des sentiments, le temps qui passe, qui construit ou efface, entre pourquoi, comment, c’est comme ça…entre réflexions matures et regards d’enfant, de « petit ».

Alors je prends sur moi et je décide de rentrer à la maison. Et je réalise, en me levant, que je viens juste de comprendre cette expression : « prendre sur soi ». j’ai effectivement l’impression que toutes mes pensées sombres et mes idées lourdes me retombent dessus, que je les charge sur mes épaules avant de revenir à la vie réelle.

Page 49.

Ce roman est intérieur, fait de sensations et de non-dits, qui donne parfois envie de « secouer » Zouz qui semble n’être que le spectateur de sa propre vie… Ce dont il prend conscience parfois.

Zouz est peu prolixe mais il réfléchit beaucoup, il parle peu ou trop peu et ressent plus qu’il ne sait. Il a grandit un peu trop vite et porte un regard sincère et emprunt de tolérance sur ce qui l’entoure : sa vie familiale qu’il aime ainsi mais dont la « normalité » lui manque un peu, l’homosexualité de son frère (Moi, je ne les voyais qu’heureux. Mais c’était à la maison, loin de tout et surtout de tous. Je n’avais jamais réalisé ce qu’ils pouvaient vivre à l’extérieur. Page 60), les différentes sortes d’amour, filial, amical, fraternel, l’acceptation de soi, des autres, des différences et du changement…

Cependant, à l’inverse du titre, je ne trouve pas que l’Amour fuie Zouz… Bien au contraire… Il fait l’expérience de plusieurs sortes d’amours, familial, fraternel, amical, amoureux… qui font du bien, qui font mal, qui font avancer, se transforment, et dont certains perdurent…

J’aime le dessin d’Alan Mets avec sa Grande Vague (référence à celle d’Hokusai?!) et qui image bien le chagrin d’amour, la sensation d’être transporté, emporté mais le garçon va dans le sens de la vague, pas contre… Un clin d’œil optimiste !

Ce livre est malheureusement voué à être emporté, lui…

Son auteur, Thomas Gornet, a écrit un émouvant hommage à son livre sur son blog...

Belles lectures et découvertes !

Blandine.

L'amour me fuit. Thomas GORNET. (+ interview) (Dès 9 ans)
Thomas Gornet a accepté de répondre à quelques-unes de mes questions et je l'en remercie :-)
1/De par les quelques descriptions géographiques du roman, il me semble avoir reconnu la ville de Boulogne-Billancourt (une ville chère à mon cœur)…

Vous avez effectivement reconnu Boulogne ;-)

J'avais en tête quelques endroits familiers pour moi et ils m'ont aidé à reconvoquer certains moments de l'enfance. C'est étrange car c'est la seule fois où j'ai situé "clairement" un de mes livres. D'habitude, je me fais plus évasif.

2/J’ai aimé l'histoire et le mode narratif mais le titre m'interroge... Je ne trouve pas, au contraire, que l'Amour (sous toutes ses formes) fuie Zouz.

Si on peut considérer que l'amour ne fuit pas Zouz, Zouz, lui, considère que l'amour le fuit. Puisqu'au présent, date à laquelle il raconte son histoire, Josie ne l'aime plus.

3/ J'aime beaucoup la couverture et sa "Grande Vague", comment son choix s'est-il fait avec Alan Mets?

Je n'ai absolument pas travaillé avec Alan. Et j'ai découvert le résultat peu de temps avant la sortie du livre. Alan est un ami (il avait déjà fait la couverture du précédent "Je n'ai plus dix ans") et j'aime aussi beaucoup son travail et cette couverture.

Mais force est de constater (d'après les retours que j'ai eus de lecteurs et surtout de libraires) que cette couverture a plutôt fait fuir les lecteurs, ainsi que le titre du livre, d'ailleurs. Un côté trop déprimant, peut-être? Dans une société où on a plus envie de légèreté que de sombre.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nathalie 26/04/2015 12:09

J'avoue effectivement que la couverture ne m'aurait pas attirée... La vague oui, mais le gamin superposé dessus, non. Dommage parce qu'effectivement l'histoire a l'air de mériter qu'on ne s'arrête pas à ça ! Mais nous sommes dans une société de l'image et si l'image en question ne nous parle pas...

Blandine 26/04/2015 13:06

Tout à fait...

Nancy 21/04/2015 21:34

Très bel article sur un roman doux et sensible qui très certainement, aurait dû continuer à vivre <3
Et un hommage très émouvant aussi !
Belle soirée à vous Blandine.

Blandine 22/04/2015 19:12

Merci beaucoup Nancy!
En effet, c'est fort dommage...
Belle soirée pour vous également!