26 avril 1937. Guernica/Picasso. Deux albums dès 6 ans.

Publié le 26 Avril 2015

26 avril 1937. Guernica/Picasso. Deux albums dès 6 ans.

Depuis le 18 juillet 1936, l’Espagne est en proie à une guerre civile. Elle oppose les nationalistes, conduits par le général Franco, aux Républicains, qui regroupe socialistes, communistes, anarchistes.

L’Exposition universelle qui célèbre les formidables et fulgurants progrès de la technologie, doit se tenir en 1937, à Paris. La République espagnole demande à Pablo Picasso, artiste aux multiples facettes, espagnol mais qui vit en France, une grande œuvre, pour stigmatiser les horreurs de la guerre, afin d’orner son pavillon. L’inauguration est prévue pour le 1er mai. Picasso pense représenter son atelier des Grands-Augustins à Paris. Mais les évènements vont en décider autrement…

Destruction de Guernica. Album Guernica.

26 avril 1937, c’est jour de marché dans la petite ville basque espagnole.

Le ciel s’assombrit.

Des avions allemands de la légion Condor et italiens déchargent leurs tonnes de bombes explosives et incendiaires.

Plus de trois heures durant.

La ville est livrée aux flammes, aux cris, au sang, à la mort…

Environ 1600 personnes périssent, des milliers de blessés, de traumatisés…

Une indignation internationale sans conséquences malgré un immense rassemblement d’un million de personnes à Paris le 1er mai 1937…

http://www.herodote.net/26_avril_1937-evenement-19370426.php

http://www.herodote.net/26_avril_1937-evenement-19370426.php

http://www.la-guerre-d-espagne.net/guernica.htm

http://www.la-guerre-d-espagne.net/guernica.htm

Réchappés de la destruction, deux symboles :

Une grande maison commune porte la mémoire du peuple basque, c’est la Casa de Juntas.

Et son chêne sacré, Guernikako arbola, sous le feuillage duquel les rois d’Espagne se sont rassemblés jadis pour sceller l’indépendance basque.

http://www.spain.info/fr/que-quieres/arte/monumentos/vizcaya/casa_de_juntas_de_gernika.html

http://www.spain.info/fr/que-quieres/arte/monumentos/vizcaya/casa_de_juntas_de_gernika.html

Chambre des députés de Guernica - Photographie personnelle juin 2011.

Chambre des députés de Guernica - Photographie personnelle juin 2011.

Un coup d’essai pour Hitler et Mussolini, un coup déterminant pour Franco, un tournant dans la vision de la guerre.

Le bombardement aérien de Guernica marque l’histoire des hommes : il est le premier qui vise, non pas une cible militaire, mais une population aux mains nues.

Page 20. Et Picasso peint Guernica.

Et Picasso peint Guernica.

Le chef-d’œuvre raconté aux enfants par Alain Serres.

Editions Rue du Monde, avril 2007.

Dès 6 ans.

Notions abordées : guerre, Espagne, art, peinture, Picasso, engagement.

Tout ce qui va fondre sur le monde en 1939 est en germe : bombardement des villes, raids sur les civils, milices, tortures.

Page 40. Guernica.

Guernica.

Texte de Héliane BERNARD et dessins d’Olivier CHARPENTIER.

Editions Michalon, collection « Tatou Art », février 2007.

Dès 6 ans.

Notions abordées : guerre, Espagne, art, peinture, Picasso, engagement.

Ces deux albums relatent ces évènements et leur impact sur Pablo Picasso, alors en France, à Mougins en Provence. Spectateur lointain mais pas impuissant des évènements espagnols.

J’en profite pour glisser quelques extraits du roman de Nicole Avril Moi, Dora Maar, que je vous présenterai à part.

La guerre est là et le feu de répand de proche en proche. Dès le début de l’année 37, Picasso commence à graver une sorte de bande-dessinée inspirée par les bombardements de Madrid. Il l’intitule : Songe et Mensonge de Franco.

(…)

Picasso vendit Songe et Mensonge de Franco au profit des sinistrés espagnols et il l’accompagna d’un poème : « Cris d’enfants cris de femmes cris d’oiseaux cris de charpentes cris de briques cris de meubles de lits de chaises de rideaux de pots de chats de papiers cris d’odeurs qui s’agrippent l’un l’autre cris de fumée piquant l’épaule des cris qui mijotent dans le chaudron et de la pluie d’oiseaux qui inonde la mer qui ronge l’os et casse ses dents en mordant le fil d’ouate que le soleil éponge dans l’assiette que la bourse et la poche cachent dans l’empreinte que le pied laisse sur le rocher. » (Page 48.)

Statue de Pablo picasso sur la Place Merced, Malaga et sa maison natale, sise à la Place. (Photographies personnelles)Statue de Pablo picasso sur la Place Merced, Malaga et sa maison natale, sise à la Place. (Photographies personnelles)

Statue de Pablo picasso sur la Place Merced, Malaga et sa maison natale, sise à la Place. (Photographies personnelles)

Suivant un déroulé en miroir, ces deux albums nous présentent qui fut Pablo Ruiz Picasso, né à Malaga en 1881 et mort à Mougins en France, en 1973.

Son art, ses influences, ses périodes, et en filigrane, sa vie. Avant, pendant et après Guernica…

Quand l’art se fait politique, engagé, révolté, enragé, dénonciateur, dérangeant voire violent, à la fois intime et universel, actuel et futur…

C’est tout cela que l’on retrouve dans l’immense peinture que Picasso a peinte suite à la destruction de la petite ville basque. Une œuvre monumentale, mondialement connue, un symbole, modestement et tragiquement appelée, Guernica.

http://www.pablopicasso.org/guernica.jsp

http://www.pablopicasso.org/guernica.jsp

On découvre l’avancement du tableau, les doutes et certitudes de l’artiste, les couleurs ou non, la composition, le choix des personnages, de leur agencement, pose, correction, leur symbole…

Choqué, bouleversé, Picasso veut jeter ses émotions sur le papier, la toile, crier son horreur, sa colère, son effroi…

Il se consacre corps et âme à ce projet, immense, mis en photographie par sa compagne d’alors, Dora Maar. (Photographies que l’on peut admirer au Musée Picasso à Paris, Hôtel Salé).

Picasso m’a demandé de photographier l’œuvre dans ses différentes phases, on pour en fixer les étapes, mais pour en montrer les métamorphoses.
Tu entres dans ma tête dit-il. Tu montres comment le rêve, plutôt le cauchemaar, s’incarne dans la réalité de la création. Il s’en tient à ce genre de commentaire, persuadé que la réalité de Guernica n’a rien à voir avec les mots. Seule l’image photographique peut aider à raconter l’histoire de son tableau. Il me confie seulement avoir changé de point de vue depuis Songe et Mensonge de Franco. Dans sa bande dessinée, Franco était le mal, tout le mal. Aussi en avait-il fait un personnage grotesque. Dans Guernica, le mal n’a plus de visage et plus de forme. Ce n’est ni le taureau, ni le cheval, ni le soldat. Dans les guerres à venir, ajoute-t-il, on ne saura pas à quoi ressemble l’agresseur. Il n’y aura que des victimes.

Pages 54-55 – Moi, Dora Maar.

Alain Serres nous propose une présentation chronologique avec comme point d’orgue Guernica. La destruction de la ville comme la peinture. Il détaille, analyse et décrypte l’œuvre, nous dévoile les différentes étapes, les dessins préparatoires, nous explique et nous interroge sur la composition du tableau. Il utilise des symboles religieux, espagnols et universels.

Comment faire pour qu’une image soit plus forte que le souffle de 50 tonnes de bombes ? Pour qu’elle vive longtemps après que les poussières et les éclats ne soient retombés ?
Longtemps dans les yeux des hommes, même quand ils les ferment.

Page 23 - Et Picasso peint Guernica.

Page 29 - Album "Et picasso peint Guernica".

Page 29 - Album "Et picasso peint Guernica".

Album "Guernica"

Le tableau est installé en face du portrait de Federico Garcia Lorca, poète fusillé l’année précédente par les franquistes.

Cris, désordre, mort, chaos, insécurité, souffrances, misère et silences parsèment cette peinture, monumentale, gigantesque, troublante, devenue un symbole, encore brandi aujourd’hui…

Après l’Exposition Universelle, Picasso a envoyé son œuvre au Musée d’art moderne de New-York, en 1939.

Il y séjournera pendant 42 ans. Picasso exigera en effet que le tableau ne puisse être installé en Espagne que lorsque celle-ci aura été débarrassée de Franco, et sera redevenue libre et démocratique. Pour les mêmes raisons, Picasso ne posera plus jamais le pied sur le sol espagnol. Page 36. (Album Et Picasso peint Guernica)

Dans l’album sobrement titré Guernica, Olivier Charpentier a préféré utiliser le dessin, souvent monochrome, parfois tricolore.

Trois couleurs rythment les pages : le noir et le rouge de la guerre civile, de la mort et du sang, de la douleur aussi, qui vont pénétrer progressivement l’univers bleu du peintre Picasso. (4e de couverture.)

Des dessins blocs, denses, bourrus, sombres malgré tout le blanc qui les entourent. Un texte concis, précis, direct.

Dès le lendemain, il se met au travail. Les premières photos de Guernica arrivent avec la presse du jour. Il les regarde, halluciné. Il retient l’horreur et le noir et blanc. Le monde est noir. La couleur ne trouvera pas sa place dans Guernica. Il essaie pourtant de l’introduire par le biais des collages.
(…)
La couleur ne sera plus tolérée dans Guernica.
Quant aux larmes, elles n’auront plus de raison d’être. Ce sont les yeux des femmes qui prendront la forme des larmes.

Page 52. "Moi, Dora Maar", Nicole AVRIL.

"Guernica" au Musée Reina Spfia à Madrid. Photographie personnelle.

"Guernica" au Musée Reina Spfia à Madrid. Photographie personnelle.

Album "Et picasso peint Guernica".

1949, pour le Congrès mondial des partisans de la Paix à Paris, Picasso peint une colombe… Ni la première, ni la dernière…

http://www.galerie125.fr/picasso-pablo-lithographie-colombe-de-l-avenir-56x76cm.html#.VTwhGvAcTbYhttp://www.galerie125.fr/picasso-pablo-lithographie-colombe-de-l-avenir-56x76cm.html#.VTwhGvAcTbY
http://www.galerie125.fr/picasso-pablo-lithographie-colombe-de-l-avenir-56x76cm.html#.VTwhGvAcTbY

http://www.galerie125.fr/picasso-pablo-lithographie-colombe-de-l-avenir-56x76cm.html#.VTwhGvAcTbY

Main Colombe à Malaga - Photogrpahies personnelles, août 2010.Main Colombe à Malaga - Photogrpahies personnelles, août 2010.
Main Colombe à Malaga - Photogrpahies personnelles, août 2010.

Main Colombe à Malaga - Photogrpahies personnelles, août 2010.

Laurette a fait la présentation d’un autre album sur Guernica, publié aux Editions Palette en 2008. Voyage dans un tableau de Picasso de Claire D'HARCOURT. (CLIC)

Picasso aimait à le dire, "Un tableau ne vit que par celui qui le regarde". J'aime assez cette citation et toute la liberté qu'elle permet mais je trouve important de pouvoir regarder une œuvre avec un minimum d'éclairage. Rien ne nous impose d'aimer ce que l'on voit, n'en déplaise à l'intelligentsia, mais apprendre à entrainer son regard et tenter de comprendre, fait partie intégrante de la démarche du spectateur. Mais ce n'est que mon avis bien sûr...

C’est au collège, en 4e ou 3e (il me semble), que j’ai découvert cette œuvre, en cours d’Arts Plastiques. Un uppercut émotionnel, historique, magistral. Depuis, elle est en moi. Une grande affiche la représentant attend le moment d’être accrochée dans mon salon.

Cela s’est passé il y a 78 ans, et c’est toujours criant d’actualité…

Il y a trente-six ans que Guernica a été peint et il reste au cœur du débat. Tant de catastrophes l’ont suivi et surpassé. Tant de massacres. Sans Picasso, se souviendrait-on des morts de Guernica, après Auschwitz, Birkenau, Buchenwald, Oradour ou Katyn ? Il fallait qu’à la fulgurance de l’horreur s’ajoutât celle du génie.

Page 46. "Moi, Dora Maar". Nicole AVRIL.

http://www.helenefm.com/?p=1928

http://www.helenefm.com/?p=1928

Guernica n’a pas à s’expliquer. C’est un tremblement tellurique. Ce sont les grandes plaques européennes qui frottent les unes contres les autres. Elles engloutissent dans leur faille les vivants. Ce n’est qu’un début, un premier coup de trompette. Il y aura sans doute pire que Guernica. Picasso le prévoit.

Page 52. "Moi, Dora Maar". Nicole AVRIL.

Deux albums qui se répondent et se complètent.

Le premier est plus d’ordre documentaire. Il utilise de nombreuses photographies et extraits de l’œuvre. Il décrypte et analyse.

Le second est tout aussi percutant, plus dans le ressenti de par ses illustrations. Il se termine par quatre pages didactiques sur le contexte historique, Guernica et l’artiste.

Ces deux albums participent au Challenge « Petit Bac 2015 » d’Enna, pour ma deuxième ligne Titre en un seul mot, et Lieu. Ainsi que pour le Challenge « Je Lis Aussi des Albums 2015 » de Sophie.

Des albums accessibles, malheureusement nécessaires, indispensables, pour savoir, comprendre, connaître, transmettre…

Pour conclure quelques photographies et citations de Picasso.

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

logo challenge albums 2015

47 et 48/100 (110)

"Guernica" dans la ville de Guernica. Photographie personnelle.

"Guernica" dans la ville de Guernica. Photographie personnelle.

http://faberfort.over-blog.com/2015/04/guernica-fiche-HDA-citation-de-picasso-la-visee-de-la-peinture-engagee.html

http://faberfort.over-blog.com/2015/04/guernica-fiche-HDA-citation-de-picasso-la-visee-de-la-peinture-engagee.html

http://qqcitations.com/citation/173728

http://qqcitations.com/citation/173728

http://sophaille.canalblog.com/archives/2009/09/17/15200728.html

http://sophaille.canalblog.com/archives/2009/09/17/15200728.html

http://www.out-the-box.fr/10-citations-inspirantes-sur-la-creativite/

http://www.out-the-box.fr/10-citations-inspirantes-sur-la-creativite/

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 26/04/2015 22:19

Triste et sombre épisode que cette guerre civile, il fait partie des évènements de l'histoire qu'on a du mal à comprendre ! Ma fille l'a étudiée cette année en cours d'espagnol, à partir du film "La langue des papillons" réalisé par Jose Luis, le connaissez-vous ?
Quant à Guernica, je me souviens également de l'analyse qu'avait faite la prof de seconde...tout comme vous, ce tableau m'avait profondément émue et bouleversée.
Je suis fan de ce peintre ...
Belle soirée Blandine !

Blandine 27/04/2015 12:52

Merci beaucoup :-)

Non je ne connais pas ce film mais je le note!
Le hic, c'est que les leçons ne semblent pas avoir été tirées, bien au contraire...

Belle journée à vous!