Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Publié le 13 Décembre 2014

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Voici quatre albums, et une application, que je souhaite vous présenter et qui nous parlent de pollution et de solutions !

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Pollution ? Pas de problème !

David MORICHON.

Editions Mijade, février 2010. (Édition revue) (Première publication sous le titre No Problem, en 1998)

Dès 5 ans.

Notions abordées : Pollution, solution.

Albert est inventeur et demande à son ami Henri de l’aider à construire sa dernière trouvaille !

Une machine géniale, capable de TOUT faire, fabriquer, transformer ! Des choses les plus petites aux plus grandes, des plus utiles aux plus futiles !

Un dernier boulon et… mais oh! un liquide violet s’écoule de la machine.

De la pollution ?
Pas de problème !
Je peux arranger ça.

Pollution ? Pas de problème !

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Dès lors, Albert va chercher et construire plusieurs solutions, non pas pour endiguer la fuite, mais pour cacher ce liquide.

Dans la terre, dans la mer ou dans l’espace ! Cachons cette pollution que nous ne saurions voir !

Mais elle revient, encore, sous des formes insidieuses, faisant fuir ou dépérir faune et flore… Transformant les paysages et les conditions climatiques…

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)
Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Albert se réveille ! Ce n’était qu’un cauchemar… vraiment ?

Il abandonne sa super machine à tout faire dans la forêt et la nature, peu à peu, reprend ses droits !

Cet album nous décrit bien la grande ingéniosité de l’Homme ! De ce qu’il est capable de faire : inventer mais aussi se voiler la face. J’aime que les illustrations, plus que le texte, représentent l’incohérence, et finalement l’absurdité, des solutions trouvées par Albert (le choix de ce prénom n’est certainement pas du au hasard !). Ceci est davantage compréhensible par les plus jeunes.

Ceci donne cela...Ceci donne cela...

Ceci donne cela...

vieux moulin du XVIème siècle de la vallée des Moulins de Sorrento, en Italie.
vieux moulin du XVIème siècle de la vallée des Moulins de Sorrento, en Italie.

La fin m’interroge.

Laisser la machine en pleine forêt, et bien que la nature y reprenne ses droits, n’est-ce pas une forme de pollution quand même ?

Cependant, son pouvoir est étonnant, et nous assistons à ce même processus à Tchernobyl, bien que le niveau de radioactivité l’ait profondément affectée et transformée...

"Photo de Matthias Bruggmann prise dans la ville de Tchernobyl en 2006. La nature a été directement atteinte par un contagion radioactive mais elle a su assimiler et s’adapter pour à nouveau proliférer. C’est une forme exceptionnelle de résilience." http://nopanic.fr/resilience-cest-quoi/

"Photo de Matthias Bruggmann prise dans la ville de Tchernobyl en 2006. La nature a été directement atteinte par un contagion radioactive mais elle a su assimiler et s’adapter pour à nouveau proliférer. C’est une forme exceptionnelle de résilience." http://nopanic.fr/resilience-cest-quoi/

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3283_cutures_Tchernobyl.php - Sur le diaporama dans lequel se trouve cette 2e photo, découvrez de nombreuses autres photos, troublantes... http://www.20minutes.fr/monde/diaporama-1541-photo-664399-pripyat-ville-fantome-apres-tchernobylhttp://www.notre-planete.info/actualites/actu_3283_cutures_Tchernobyl.php - Sur le diaporama dans lequel se trouve cette 2e photo, découvrez de nombreuses autres photos, troublantes... http://www.20minutes.fr/monde/diaporama-1541-photo-664399-pripyat-ville-fantome-apres-tchernobyl

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3283_cutures_Tchernobyl.php - Sur le diaporama dans lequel se trouve cette 2e photo, découvrez de nombreuses autres photos, troublantes... http://www.20minutes.fr/monde/diaporama-1541-photo-664399-pripyat-ville-fantome-apres-tchernobyl

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Voici un autre petit album qui nous parle des pollutions et des solutions possibles.

Superhéros.

Texte de Céline CLAIRE et illustrations de Gwenaëlle DOUMONT.

Editions Vertpomme, février 2013.

Dès 4 ans.

Notions abordées : Pollutions, entraide, partage.

Ceci est l’histoire d’une ville.

Une ville comme beaucoup d’autres sur notre belle planète bleue. Enfin bleue…, pas tant que ça ! Elle l’est à peine vue de l’espace, et à notre niveau, enfants comme adultes, elle est plutôt noire, sale et puante.

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Mais pourquoi donc ? A cause de la pollution ! Ou plutôt des pollutions : visuelle, sonore, olfactive et va toujours plus loin dans la surenchère. On rajoute du bruit au bruit, jamais la pluie ne lave la ville, les trottoirs sont toujours sales et encombrés…

Et puis un super-héros est arrivé avec sa cape qui le faisait voler.
Il s’appelait Superhéros.

Superhéros

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Génial, Superhéros nettoie tout, aspire tout grâce à ses multiples appareils : on est sauvé !!! On n’a rien à faire, on continue comme avant !

A nouveau le soleil brille, le ciel est bleu et la nature verte ! Mais c’est trop beau pour durer. Un banal accident et Superhéros est hors-jeu. La pollution envahit à nouveau la ville. Superhéros n’était pas LA solution.

Avec leurs yeux d’enfant et à leur échelle, Milo, Lili, Hamid et Matéo cherchent des idées pour que petit à petit, lentement mais sûrement, les choses et comportements, changent : covoiturage, et vélos, poubelles pour trier et jolies fleurs amènent de la couleur, de la vie et de la gaîté.

Ça donnerait envie aux gens de faire des efforts ?

Superhéros

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Tous, petits et grands, devenons les superhéros de nos villes et campagnes : regroupons, trions, recyclons, plantons ! Solutions simples et concrètes, placées sous le signe de l’entraide, du partage et du tous ensembles, les petites BD de Vertpomme sont gaies et optimistes !

Les illustrations de cet album sont volontairement brouillonnes mais terriblement parlantes ! Ma fille adore le trait de Gwenaëlle DOUMONT et me le répète à chaque lecture !

Petite, elle dessinait très peu. Je lui demande un jour de me faire un dessin avec des couleurs, car elle ne les utilisait quasi pas, et voici le dessin qu’elle m’a fait !

J’avoue que je ne m’attendais pas à cela, mais ma demande de couleurs était satisfaite !

Dessin de ma fille - 6 ans

Dessin de ma fille - 6 ans

Comme pour les autres albums, quatre pages d’informations et d’ateliers ferment le livre ! Qu’est-ce que le recyclage et comment l’appliquer ? Les règles de tri et le compost ? Des municipalités proposent des ateliers de sensibilisation et de découvertes à l’écologie : visites de stations d’épurations pour les écoliers, dons de composteurs, création de jardins partagés, renseignez-vous auprès de la vôtre !

Une histoire pour comprendre que chacun est acteur de la survie de son environnement.

Quatrième de couverture - Superhéros

Chaque petit geste combiné à un autre petit geste à un autre petit geste et ainsi de suite forme une chaîne qui permettra de changer les choses ! Il n’est pas trop tard comme nous le dit Diane Simiu (Directrice des programmes de conservations de WWFrance).

Nous pouvons encore prendre des mesures audacieuses et construire un avenir fondé sur une utilisation durable des ressources, ajoute-t-elle. Des solutions existent qui permet de s’attaquer au problème : passer massivement aux énergies renouvelables, repenser l’urbanisation, la mobilité, la fiscalité, recycler davantage… Mais il faut agir dès maintenant. En tant que consommateur, on peut aussi manger moins de viande dont la production dégage 20 à 30 % de plus de gaz à effet de serre que celle de légumes, et sélectionner des produits en s’assurant qu’ils proviennent de sources gérées durablement.

Citée dans mon article Ecologie, Développement durable, recyclage= Action !

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Je vous ai déjà présenté plusieurs albums de Vertpomme, cette petite maison d’éditions écolo que j’aime beaucoup ! Tous présentés suivant le même concept, ils abordent l’écologie et le développement durable sous différents angles, pour nous inciter en douceur à réfléchir sur nos manières d’être et d’avoir, nos façons de consommer et de jeter, et à leur conséquences. Mais toujours dans un esprit d’entraide, de partage, de découvertes.

Tous les albums sont éco-conçus et imprimés sous le label Imprim’vert.

Découvrez-les :

Il est primordial de revoir notre façon de consommer et de jeter. Les filières de tri, recyclage et récupération sont à privilégier et à développer pour de meilleure répartition.

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Voici à présent un petit héros que j’adore : Pocoyo !

Pocoyo est espagnol. C’est un petit garçon d’environ 4 ans, espiègle, malin et volontaire, son meilleur ami est un canard qui s’appelle Pato. Il est entouré d’une éléphante, Elly, d’une chienne, Loula, d’une chenille, Valentina, d’un poulpe, Pulpo, d’une baleine, Ballena, d’un oiseau, Pajaroto.

Leur univers, sur fond blanc, se crée en fonction de leurs aventures, sur terre, sous la mer, dans les airs ou même l’espace.

Pocoyo décrit les joies et turpitudes de l’enfance, comme nos petits héros à nous, mais abordent aussi les thèmes de la différence, rencontre, respect.

Pocoyo est le héros d’une petite série télévisée du même nom, diffusée en Espagne, puis France et Royaume-Uni (peut-être ailleurs encore).

Un univers très coloré tout en rondeurs, mignon, qui mêle l’humour au sérieux !

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Las aventuras de Pocoyo. !

Que divertido es reciclar !

Texte adapté par Ana MATA BUIL Editions Planeta, collection « Timunmas », avril 2010. (Espagne) (Diffusé à la télévision en 2005)

Dès 4 ans.

Cet album nous décrit le cercle vicieux des objets, poubelles, indésirables dont nous nous débarrassons, et si possible, d’une façon invisible à nos yeux.

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Un objet abandonné, auquel Pocoyo ajout un réveil cassé, Pajaroto le contenu de son nid…

Chacun des personnages s’en va agrandir le tas mais surtout le refiler à l’autre qui s’empresse de s’en délester.

Et c’est ainsi que Pato, dérangé devant sa belle part de pastèque, s’en va l’expédier au fond de la mer.

Madre mia, Pato ha tirado la basura al mar. Desde luego… Es que no sabe que en el mar viven peces y otros animales acuaticos ?
Parece que no le importa, porque vuelve a casa tan tranquilo moentras el monton de basura se va hundiendo en el agua hasta llegar al fondo del mar.
Pobres peces…

Oh Pato a envoyé la poubelle dans la mer.
Ne sait-il pas que dans la mer vivent des poissons et autres animaux aquatiques ?
Cela ne semble pas l’embêter car il s’en retourne tranquillement chez lui, tandis que la montagne de déchets s’enfonce toujours plus dans la mer.
Pauvres poissons.

Las aventuras de Pocoyo. ! Que divertido es reciclar !

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Alors que Pulpo se mitonne un bon petit plat, une montagne d’ordures arrive juste sur sa cuisinière. Avec son amie Baleine, il trouve une solution et cette dernière souffle fort pour expulser hors des eaux l’indésirable qui atterrit dans le nid de Pajaroto qui le pousse par terre, juste sur le jeu de Pocoyo et Ely, qui le repoussent sur la maison de Valentina qui l’apporte à Pato qui l’envoie à nouveau dans la mer… Et ainsi de suite…

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Ce jeu qui n’en est pas un pourrait durer encore longtemps ! D’autant que tous s’agacent.

Ha encontrado la solucion perfecta : para no generar tanta basura tienen que reutilizar las cosas viejas !

[Pocoyo] a trouvé la solution ! Au lieu de jeter ce qui ne nous sert plus, réutilisons les vieilles choses !

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Chacun trouve son bonheur dans ce que l’autre souhaitait jeter. De nouveaux jeux apparaissent dans l’univers de Pocoyo et tous sont heureux d’avoir trouvé la solution, de partager et de s’entraider !

Le livre se clôt sur quelques mots de vocabulaire et explications sur le recyclage, comment bien le faire et les nouvelles choses créées. En Espagne aussi il y a des poubelles de tri, avec des couleurs associées : bleu pour le papier et carton ; jaune pour le métal et plastique ; vert pour le verre.

Ce titre participe au Challenge Petit Bac 2014 d’Enna, pour ma troisième ligne jeunesse, catégorie Verbe.

Comme on a pu le lire/voir, la mer et l’espace sont des poubelles bien commodes car on ne les voit pas, pourtant les conséquences sur la terre, les climats et les phénomènes météorologiques sont indéniables.

Marées vertes, marées noires, oiseaux, poissons, mammifères marins empoisonnés avant d’être emprisonnés, plages polluées, le bilan est bien triste.

Y a-t-il un moyen de s’en sortir ? Les possibles semblent ne pouvoir venir que des enfants, sensibilisés à ces causes par nous, poignées d’adultes et de parents, convaincus et pleins d’espoir.

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Voyage à Poubelle-Plage.

Elisabeth BRAMI et Bernard Jeunet.

Éditions Seuil Jeunesse, avril 2006.

Dès 6 ans.

Notions abordées : pollutions, nettoyage, volonté, écologie.

Avec un texte de rimes en -age, / Elisabeth Brami nous emmène en voyage. / A la découverte d’une plage.

Tout à la fois unique et semblable / A tant d’autres, qui subit ravages / Et dommages. / Voici Poubelle-Plage !

Ici, pour trouver un coquillage, / Ou faire le lézard, / Faut d’abord faire le ménage !

Au lieu de bavardages, / Regardez ces images, / Observez ce que les vagues /Incessamment ramènent sur la plage / Des objets cassés et sans âge

Preuves de l’odieux carnage / Que les hommes font au paysage, / S’enfermant eux-mêmes dans une cage, / Dont les seuls sésames / Sont le nettoyage et le recyclage !

Un album pour heurter, pour sensibiliser et fédérer, petits et grands, autour de cette cause pour la vie et même la survie de la Terre et donc de nous-mêmes !

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Qu’enfin se termine le saccage !
Que cesse tout ce sabotage
Avant que survienne le naufrage
De la planète et qu’on dégage,
Nous tous, pauvres humains sans bagages.

Voyage à Poubelle-Plage.

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Les illustrations sont à la fois magnifiques, terrifiantes et même un peu dérangeantes. Elles sont réalisées à partir d’objets, que l’on imagine sortis des eaux, verres cassés, filets de pêche, poupées démembrées, cannettes rouillées, vieux papiers…

Les installations et papiers sculptés de Bernard Jeunet sont saisissants de réalisme.

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)
Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Ce titre participe au Challenge Petit Bac 2014 d’Enna, pour ma troisième ligne jeunesse, catégorie Lieu.

J’ai déjà chroniqué un album de ce duo sur un thème très différent mais néanmoins difficile : l’occupation, la traque des Juifs et la cache des enfants juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Sauve-toi Elie !

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Sensibiliser les enfants c’est leur parler d’avenir, de leur avenir, car comme je l’ai cité dans un autre article, et en reprenant une phrase de Pierre Rabhi, si nous nous demandons souvent quelle planète nous allons laisser à nos enfants, il est bon aussi de se demander quels enfants nous laisseront à cette terre.

En disant cela, il fait référence à la légende amérindienne du colibri.

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt.
Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.
Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !"

Et le colibri lui répondit :"Je le sais, mais je fais ma part."

Pierre Rabhi

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Si nous adultes, parents, sommes convaincus des actions qui sont les nôtres, nous leur transmettons, nos valeurs et espoirs et eux perpétueront nos gestes.

Pour autant, il est parfois légitime de se demander s’il est encore possible d’inverser la tendance ? La destruction ne serait-elle pas le signe d’un renouveau ?

Tel est le postulat de l’application que je vous présente maintenant :

Ipollute.

Découverte grâce à Déclickids (une fois de plus ;-) ), sur qui j'ai pris les captures d'écran.

Elle est éditée par Bulkypix et se destine à des enfants dès 7 ans.

Ensemble, les petits ruisseaux forment les grands fleuves (4 albums+ book-app)

Une vallée verdoyante, un point d’eau scintillant sous le soleil, aucune trace de la main de l’Homme.

Et voilà que nous arrivons et que nous devons polluer ce petit paradis en actionnant diverses icônes successivement.

Usine, déforestation, pollution chimique, de l’air et des eaux se succèdent. Mais pas dans n’importe quel ordre ! A nous de trouver lequel.

L'idéal!
L'idéal!

Le but : retracer l’action polluante de l’Homme sur les paysages, sur la planète (terre, air et mer), comprendre ce mécanisme pour pouvoir inverser la tendance pour désormais agir pour et avec la nature : retraitement, recyclage, déchet propre.

Si cela a l’air simple ainsi, comme sur le guide de l’application, lorsque c’est à nous d’agir, ce n’est plus si évident. Le jeu est très ouvert et offre plein de possibles, mais c’est ce qui le rend aussi, paradoxalement, très déconcertant.

Game over
Game over

Nos actions en entraînent d’autres, réactions en chaîne qui peuvent se révéler catastrophiques !

Cela m’est arrivé une fois. Pluies acides sur la belle vallée, Game Over.

On ne comprend pas forcément malgré les indices, mais on recommence. Les paysages se transforment, dépérissent, mais semblent renaître.

Faut-il tout détruire pour reconstruire ?

Les images en pâte à modeler, comme Wallace et Gromit, font leur effet ! Elles sont belles et non dépourvues d’humour grâce aux bruitages. Rien que pour elles, on persévère ! Même mes deux garçons (3 et 5 ans) y jouent et ma fille a relevé le défi une fois.

Téléchargeable sur Google Play (0,89€) ou l’Apple Store (2,69€)

Ce jeu est en rapport avec la nature et l’influence qu’ont les hommes sur elle.

Le jeu commence dans une vallée calme et paisible.
Toutes les icônes sur lesquelles on peut appuyer vont générer de la pollution. Le but est de renverser la situation pour savoir la gérer et produire propre.
Le décor est très joli et le jeu est sympa.

L’avis d’Ambre, 10 ans.

Il y aurait encore tant à dire…

D’autres articles sur ce thème suivront.

Belles lectures.

Blandine.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 15/12/2014 09:58

C'est un plaisir de vous lire et de découvrir vos articles à chaque fois, j'apprends toujours quelque chose.
Merci pour ce bel article sur un sujet tellement sensible et important <3

Blandine 15/12/2014 10:26

Merci beaucoup Nancy pour votre gentil commentaire!
C'est très encourageant!