Bibliographie - Ecologie, Développement durable, recyclage= Action !

Bibliographie - Ecologie, Développement durable, recyclage= Action !

Depuis le 19 août 2014, la Terre, donc nous, vit à crédit. Le saviez-vous ? Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

Nous avons atteint le « Jour du Dépassement ». En huit mois, l’humanité a consommé l’équivalent des ressources que la planète met un an à produire sans compromettre leur renouvellement et sa capacité à absorber nos déchets, dont notamment le CO2. De ce fait nous terminons l’année 2014 à crédit et condamnons nos années futures à l’être toujours plus.

Pour le reste de l'année, notre consommation résultera en un déficit écologique croissant qui puisera dans les stocks de ressources naturelles et augmentera l'accumulation du CO2 dans l'atmosphère", souligne l'ONG dont le siège est situé aux Etats-Unis.

Francetvinfo

Chaque année, l’ONG Global Footprint Network calcule l’empreinte écologique de l’Homme et de ses activités sur la Terre. Cette empreinte se traduit par ses besoins pour se nourrir (eau, agriculture, élevage, pêche), pour se déplacer, pour habiter et se chauffer, capacités industrielles et productives, pour ses loisirs… Pour ce faire, l’Homme puise dans les ressources de la planète, pollue toujours davantage dans une relation unilatérale : produire-jeter.

La Terre est devenue déficitaire au début des années 1970 avec le boom démographique mondial, entraînant des méthodes de production toujours plus industrielles et intensives, dans tous les domaines, et donc de consommation.

Je vous en ai parlé dans cet article intitulé Cuisiner, manger, se nourrir et écologie. (Bibliographie). Et un peu plus longuement dans celui sur les végéta*ismes.

Nul ne peut ni ne doit ignorer désormais les conditions de production agricole et d’élevage et les conséquences qu’elles entraînent sur la planète et donc sur nous-mêmes.

Depuis les années 1980, ce « Jour du Dépassement » n’a cessé de se rapprocher, et notre dette écologique d’être de plus en plus lourde : du 31 décembre en 1986, il s’est finalement révélé être le 19 août 2014.

Selon WW France, seulement cinq pays représentent à eux seuls 50% de l’empreinte écologique mondiale : la Chine, les États-Unis, l’Inde, le Brésil et la Russie. Si nous vivions comme un américain, il nous faudrait 5 planètes, mais à l’inverse, un Béninois, seulement une-demi… Quelle injustice !

Ce qu’une minorité use, fait, jette, disperse, une majorité en souffre, est en manque, le paie, …

Alors que nous pouvons avoir le luxe impardonnable de jeter de la nourriture, d’autres meurent de faim, et notamment les enfants. D'après la FAO un enfant meurt de faim toutes les 6 secondes dans le monde. Cela représente par an plus de 5 millions d'enfants. Le chiffre est d’environ 4721000 depuis le 1er janvier mais ne cesse de croître toutes les secondes, heures, journées…

Sans parler de l’eau potable, vitale à tout être vivant, utilisée sans compter qui deviendra un enjeu majeur dans les décennies à venir, objet de convoitises, et même guerres.

Aujourd'hui, 86% de la population mondiale vit dans des pays qui demandent plus à la nature que ce que leurs propres écosystèmes peuvent renouveler.

Diane Simiu, directrice des programmes de conservation de WWF France.

La demande est telle qu’il nous faudrait les ressources produites par une planète et demi pour satisfaire tous nos besoins actuels, sans que nous les changions. En 2030, il faudra deux planètes.

Pourtant, certains scientifiques remettent en cause ce constat, la notion d’empreinte écologique et ces calculs. Ils les jugent lacunaires et insuffisamment réalistes.

Le concept d'empreinte écologique a été utile en son temps, en nous alertant sur l’urgence à prendre en compte l'impact des activités humaines sur les écosystèmes naturels, reconnaît Peter Kareiva, mais désormais, les décideurs demandent des informations plus sophistiquées et plus réalistes.

Peter Kareiva

Un projet rival a été créé par Peter Kareiva (ancien chercheur de la National Oceanic and Atmospheric Administration) au sein de sa propre ONG, et avec le soutien, non moins controversé de Google, qui voit là une possibilité de rentabilité pour Google Earth.

Sous prétexte de fournir des données non utilisables par les politiques, n’est-ce pas là un moyen d’appliquer celle de l’autruche un peu plus longtemps ?

Voilà pourquoi il est nécessaire de changer nos méthodes de vie, de production et de déchet car tout n’est pas perdu !

Nous pouvons encore prendre des mesures audacieuses et construire un avenir fondé sur une utilisation durable des ressources, ajoute-t-elle. Des solutions existent qui permet de s’attaquer au problème : passer massivement aux énergies renouvelables, repenser l’urbanisation, la mobilité, la fiscalité, recycler davantage… Mais il faut agir dès maintenant. En tant que consommateur, on peut aussi manger moins de viande dont la production dégage 20 à 30 % de plus de gaz à effet de serre que celle de légumes, et sélectionner des produits en s’assurant qu’ils proviennent de sources gérées durablement.

Diane Simiu, directrice des programmes de conservation de WWF France.

Bibliographie - Ecologie, Développement durable, recyclage= Action !

Tout comme les petits ruisseaux forment ensemble les grands fleuves, il est possible en faisant chacun des petits gestes, combinés les uns aux autres, en triant, recyclant, en refusant aussi et en l’inculquant à nos enfants, d’entrevoir un avenir plus radieux qu’annoncé, pour nous, pour eux, pour leur avenir…

J’essaie d’agir à mon niveau en ne laissant pas l’eau couler lors des brossages de dents ou la vaisselle, douches plutôt que bains. J’éteins les veilles des télévisons, ordinateurs, débranche les chargeurs une fois leur action finie. Je fais partie d’une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), en étant végétarienne, en consommant bio et/ou local, de saison. Je donne à la Banque Alimentaire, achète CD ou DVD des Enfoirés et me suis procuré le livre 13 à table au bénéfice des Restos du Cœur.

Conseillère bénévole pour l’enseigne Oxybul Eveil et Jeux, cette dernière s’est associée avec Howtank qui permet de créer des relations étroites avec les sites dont vous êtes fans ainsi qu’avec leurs meilleurs membres. Howtank permet aussi de s’entraider en temps réel, et de partager sa connaissance et son expérience sur un site ou un sujet donné. Howtank collectera (auprès de ces sites) une somme qui servira à financer des missions humanitaires. Des missions en France ou à l’étranger, dans le domaine médical, culturel, éducatif… des missions d’urgence ou de développement.

Pour sa première mission, Howtank va travailler avec l’Association Electriciens sans frontières et financer le projet Ketou et qui a pour objectif d’électrifier une maternité au Bénin.

Voici donc tous mes articles traitant de l’écologie (petite sœur de l’économie qui régente le monde), de développement durable et de recyclage.

Les thèmes sont divers (Noël, alimentation, droits des enfants, des animaux, des êtres vivants, …), les supports également (albums, documentaires, films, romans, essai, émissions, applications-ebook)…

Lisez, découvrez, informez-vous, diffusez, changez !

Blandine.

Rédigé par Blandine

Publié dans #Ecologie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :