Végéta*ismes

Publié le 1 Février 2015

Végéta*ismes

VEGETA*ISMES

MAIS QU’EST-CE QUE C’EST QUE çA ???

J’ai écrit ce mot ainsi pour parler tant des végétaRiens que des végétaLiens !

Tout d’abord, un peu de mon histoire, dans les grandes lignes…

Comme vous le savez peut-être, car mentionné dans quelques articles sur le blog, je suis végétarienne. J’aime à dire depuis toujours, c’est presque vrai.

Comme vous, je suis née végétarienne. Sauf qu’au moment de la diversification alimentaire, ma Maman ne m’a pas donné de viande. Elle n’en mangeait pas elle-même, mais les raisons de son végétarisme étaient différentes du mien.

Mon Papa, par contre, mangeait de la viande, mais il était peu présent au moment des repas, mais là les week-ends. Ma mère nous autorisait, mes sœurs et moi, à grappiller un bout de jambon (ou charcuterie) dans son assiette, mais pas avant mes 5-6 ans.

Vers 8-9 ans, j’ai commencé à aller à la cantine, centres de loisirs ou encore colonies de vacances. Ce n’était pas vraiment génial au début et ai du subir nombre de moqueries, remarques et comportements, au minimum désagréables. Je me souviens d’un animateur, à la cantine, qui m’a enfourné une fourchetée de viande jusqu’à la glotte, sous le prétexte que l'« on mange de la viande ».

Pour être « comme les autres », j’ai demandé à ma mère de pouvoir en manger. Cela ne m’a pas franchement réussi, et ai fait marche arrière vers mes 15 ans. Ma raison, alors, était le goût, que je n’aimais pas. Depuis, je n’en ai plus consommé !

Je me suis rendue compte aussi que nous sommes tous différents, c'est parfois très visible, d'aitres fois caché, plus intime ou insidieux. Etre "comme tout le monde" ne veut rien dire, car personne n'est pareil ni n'agit de la même façon.

Gâteau salé aux épinards
Gâteau salé aux épinards

De plus, le fait de manger de la chair, et donc un cadavre, me déplaisait et même me dérangeait. Aujourd’hui, avec le recul et les différentes connaissances acquises, s’ajoutent les notions de tolérance et d’écologie.

Surtout lorsqu’on sait ce que la production de viande, véritable industrie concentrationnaire, consomme comme énergies, et la manière dont « naissent », vivent » et « meurent » les animaux.

Je pense aussi que l’Homme n’est pas fait pour manger de la viande et nombre d’anthropologues abondent en ce sens, suite à des études sur l’anatomie humaine (force de la mâchoire pour disséquer la chair et positionnement des dents pour la mastiquer, ongles (et non griffes), longueur du tube digestif et acidité de la salive, des sucs gastriques, etc).

Quelques articles, ici, , ou encore ou (Commentaires intéressants)! Avis divers et partagés.

Si tous les articles ne sont pas d'accord sur la nature de l'Homme (frugivore, omnivore, carnivore), en revanche, tous disent et répètent que l'Homme consomme beaucoup trop de viande et que sa production a des impacts certains en termes d'écologie et de santé.

Savez-vous qu'il faut produire 12kg de protéines végétales pour n'en avoir qu'1 seul kg d'animal? Sans compter la consommation d'eau, 1500L pour un steak... Cette denrée si vitale qui se raréfie.

Savez-vous que pour produire toujours plus de viande (production, oui!), les animaux sont parqués dans des entrepôts où ils ne peuvent pas voir la lumière du jour, que pour pouvoir grossir, on leur donne à engloutir des céréales (soja et maïs, pour la plupart OGM) alors qu'ils ne sont pas faits pour en consommer?

Savez-vous que pour qu'ils "vivent" ensemble, grossissent ainsi, on leur administre tout un cocktail de médicaments (antibiotiques, antidépresseurs, hormones de croissance...) qui ont un impact certain sur la qualité de nos terres, cours d'eau (seuls 7% des cours d'eau français ne sont pas pollués) et donc sur notre santé? Pourquoi y a-t-il de plus en plus d'intolérances voire allergies?

Savez-vous que même si l'animal a "gambadé" dans l'herbe, il sera envoyé dans un abattoir traditionnel où règne l'horreur, le massacre, l'ignoble, dans des conditions déplorables?

Végéta*ismes

Vous pourriez me rétorquer que l’Homme a depuis « toujours » mangé de la viande ! Comme vous pourrez peut-être le lire dans les articles ci-dessus, cette affirmation est erronée ! De plus, aucune légitimité ne peut être donnée à une pratique sous le prétexte qu’elle est ancienne ! Nombre de traditions se voient ainsi jugées et/ou interdites telles la corrida ou l’esclavage …

(Personnellement, je trouve indécent et hypocrite d'être contre la corrida et de consommer de la viande! Mais c'est parce que cette torture est visible, contrairement à celle des abattoirs!)

Fauxmage de noix de cajou par Antigone XXI
Fauxmage de noix de cajou par Antigone XXI

Depuis deux ans, je ne mange plus de poisson non plus. Et oui, c’est de la chair ! Et je me suis davantage tournée vers le végétalisme.

Kesako ?

Il existe différents types de végéta*ismes :

  • Les flexitariens qui ne mangent pas de viande de manière régulière et hebdomadaire, sans que cela ne leur pose aucun souci. Ils sont sensibles à la souffrance animale et à l’écologie.
  • Les pesco-végétariens, qui consomment poissons, œufs, produits laitiers, mais ni volailles, ni viandes. Beaucoup de végétariens estiment que ceux qui mangent du poisson ne le sont pas.
  • Les ovo-lacto-végétariens, qui consomment œufs et produits laitiers (pas de poissons, volailles ou viandes).
  • Les lacto-végétariens. Comme ceux du dessus, mais sans les œufs.
  • Les végétaliens. Ils ne consomment aucun produit ou sous-produit animal.
  • Les vegans. Les personnes véganes sont des végétaliens qui ne consomment aucun produit animal de quelque façon que ce soit ! Dans la nourriture bien sûr, mais aussi pour l’habillement, la décoration, cosmétiques, accessoires divers…

Cela vous paraît peut-être radical, mais on « utilise de l’animal » pour tout et partout, et il serait bon (à tous points de vue) de savoir ce qui se cache réellement dans tous nos produits de consommation et dont la présence est loin d’être indispensable et surtout juste économique.

Végéta*ismes
Gâteau à la pomme et à la poire.
Gâteau à la pomme et à la poire.

Mais alors, tu manges quoi ?

C’est une question que j’entends tout le temps, bien trop souvent ! Et vous que mangez-vous ? Uniquement de la viande, matin, midi et soir ? Non, bien sûr !

Comme on enlève une catégorie (ou deux, avec les sous-produits animaux), les gens ont tendance à penser que l’on réduit. Or, c’est tout l’inverse qui se produit ! On ouvre le champ des possibles ! Ce n’est pas un aliment miracle (et fourre-tout) que l’on utilise mais « mille ».

En Occident, et donc en France, il existe une "culture" carnivore.

Le fait de manger de la viande, et surtout les "beaux morceaux" était réservé aux riches, à ceux qui avaient de l'argent. Les pauvres, les paysans n'en consommaient que peu, des bouts flottants dans le potage... Avoir de la bonne viande à sa table, c'était avoir un statut social!

Peu à peu, et surtout depuis le début des années 1970, il est devenu plus aisé d'en acheter. Prix plus abordables et consommation toujours plus accrue, la tendance s'est inversée, et ce qui n'était, et qui ne "doit" être, qu'un accompagnement, est devenu une part proéminente dans les assiettes, au détriment des légumes/céréales.

Dans les esprits, ne plus manger de viande, c'est avoir une assiette triste et terne, sans saveurs ni couleurs, et vide.

Or, si la viande est blanche, rouge/rose ou encore marron, les fruits et légumes bénéficient d'un panel de couleurs qui égayent les papilles et les plats.

Mijoté de lentilles de Marie Laforêt.
Mijoté de lentilles de Marie Laforêt.

Je mange des fruits, des légumes (comme vous, hein ?), des céréales (blé, avoine, épeautre, orge, sarrasin, différents riz, sous formes de flocons, farines, ...), des légumineuses (lentilles et pois de toutes sortes, haricots de toutes couleurs, …), quinoa (plante herbacée de la même famille que les épinards mais ayant les qualités d’une céréale), du tofu (oui le carton, mais il n’y a pas que celui-là !), des graines (non, ce n’est pas que pour les oiseaux ! courge, tournesol, chia, lin, sésame ...), des oléagineux et les purées qui en sont issus (noix de toutes sortes, amandes, noisettes, cacahuètes,…), des fruits secs (dattes, raisins, figues, abricots, baies de goji…), des épices (cumin, cannelle, muscade, piments, paprika, cardamome, curcuma, poivres, baies roses, ...), différentes huiles (olive (de Corse), noix, sésame, lin, tournesol, colza, ...)

Ma recette de pâte à crêpes!
Ma recette de pâte à crêpes!

Tu manges des œufs, quand même ?

Pourquoi quand même ?

Oui, j’en mange parce qu’il ne m’est pas encore aisé de les remplacer. Je n’aime pas trop le terme de substitution, car cela induit que le deuxième aliment n’est qu’une « pâle copie ». Comme si la viande, ou produits animaux, ne pouvaient être égalés. Non, ils ne sont pas égalés, mais surpassés !

J’avoue avoir été plus qu’agréablement surprise par toutes mes réalisations de gâteaux végétaliens.

Sauf ceux au chocolat. Non pas qu’ils n’étaient pas bons, mais pas comme ceux réalisés avec des œufs. Pas la même légèreté ni aéré…

En même temps, qui dit ingrédients différents, dit résultat différent!

Gâteau végétaLien kiwi et kiwi curd à la façon du gâteau au citron de Lili's Kitchen. (http://vivrelivre19.over-blog.com/2014/05/50-recettes-pour-vegetaliser-votre-assiette-alice-greetham-du-blog-lili-s-kitchen.html)

Gâteau végétaLien kiwi et kiwi curd à la façon du gâteau au citron de Lili's Kitchen. (http://vivrelivre19.over-blog.com/2014/05/50-recettes-pour-vegetaliser-votre-assiette-alice-greetham-du-blog-lili-s-kitchen.html)

Tofu du général Tao.
Tofu du général Tao.

Et les protéines ?

Cette question se dispute la pôle position avec la première! Il n’y a pas que les aliments carnés qui délivrent des protéines. Le tofu, le seitan, le tempeh, les graines en contiennent aussi ! D’une teneur en moyenne 25% plus élevée, de meilleure qualité et d’une plus grande facilité d’absorption par notre organisme !

  • Le seitan: Sa fabrication à base de protéine de blé (gluten) est très simple! Il est très riche en protéines (30%), il contient du fer et de la vitamine B2, quasi pas de graisses, zéro cholestérol ou purine. 110 calories aux 100g, il est aussi très digeste!

Explications et recette ici!

Il a pour surnom "nourriture de Bouddha" et a été adopté par les moines bouddhistes qui l'ont diffusé dans toute l'Asie il y a plus de 2000 ans!

  • Le tempeh: Originaire d'Indonésie, il est fabriqué à partir de graines de soja fermentées.

Il est très digeste, riche en protéines, vitamines (B6, B12 et B13), calcium, fibres, potassium, magnésium, pauvre en graisse.

Pour voir l'article de Cléa, c'est !

Ajoutées à celle des céréales et autres légumes ou fruit secs, nos besoins sont largement comblés !

Depuis longtemps, on entend parler des combinaisons alimentaires, et sur tous les continents, elles existent, associations végétales de céréales et légumineuses. Leur absolue nécessité est aujourd'hui remise en cause, surtout pour les adultes. Cf article ici.

Pour faire court:

  • Asie: Riz et lentilles.
  • Afrique: semoule et pois chiches.
  • Amérique du Sud: maïs et haricots rouges.
  • Europe: blé et pois ou haricots.

Pour en savoir plus, allez ici ou !

Boulettes de lentilles corail et riz au poireaux. // Cake au fanes de radis et soupe verte crue. // cannelés aux herbes de Cyril Lignac.Boulettes de lentilles corail et riz au poireaux. // Cake au fanes de radis et soupe verte crue. // cannelés aux herbes de Cyril Lignac.
Boulettes de lentilles corail et riz au poireaux. // Cake au fanes de radis et soupe verte crue. // cannelés aux herbes de Cyril Lignac.

Boulettes de lentilles corail et riz au poireaux. // Cake au fanes de radis et soupe verte crue. // cannelés aux herbes de Cyril Lignac.

Et le fer? Et le calcium?

Tous deux sont extrêmement liés et s'influencent dans leur absorption et action sur l'organisme.

Ah le fer!

Que n'en ai-je entendu parler durant mes grossesses!

La carence en fer est un mal mondial qui touche toutes les populations, quelque soit leur régime alimentaire. Mais les végéta*iens forment une cible idéale!

Le corps humain en contient 3 à 4g, dont 2 à 2,5g sont contenus dans le sang, l'hémoglobine, qui lui donne sa couleur rouge.

Il faut distinguer le fer héminique et le fer non-héminique. Le premier se trouve dans le sang et les protéines, et les végétaux n'en apportent qu'une faible part.

A l'inverse du second. Il est très facilement assimilable par l'organisme qui gère automatiquement son besoin par rapport au stock qu'il contient déjà.

Tous les aliments cités plus haut en contiennent plus ou moins. Les fruits secs et oléagineux beaucoup, à l'inverse des œufs et produits laitiers!

Associer une source de vitamine C (citron, orange, clémentine, kiwi...) à des céréales et légumineuses, booste l'absorption du fer non-héminique par l'organisme.

A son inverse, elle peut être empêchée par une consommation de tanins, d'œufs, de calcium, trop importante.

Sur sa fiche, l'Association Végétarienne de France délivre quantités d'informations et nomme les aliments qui contiennent le plus de fer en mg aux 100g.

Le calcium! Idem!

Contrairement à ce que l'on a longtemps cru, les légumes, et principalement ceux à feuilles vertes (brocolis, blettes, épinards, ...), apportent du calcium à notre organisme. Le principal défi est non pas de l'ingérer, mais de le garder!

De plus, une trop grande consommation de produits laitiers nuit à son absorption et impactent sérieusement notre santé.

Il est maintenant reconnu qu'ils influent sur les maladies ORL, et que les retirer de notre alimentation, au minimum pour un temps, optimise la guérison.

L'ostéoporose, les fractures de hanche, seraient une conséquence de cette trop grande absorption et non pas l'inverse. Voir l'article sur le livre de Thierry Souccar aux Éditions éponymes: Le mythe de l'ostéoporose.

Sans compter bien sûr, les atroces conditions dans lesquelles les animaux (poules et vaches) sont "entretenus".

L'insoutenable présence de présure animale, c'est-à-dire paroi de l'estomc du veau, qui aide à faire cailler rapidement le lait.

Voir la fiche de l'Association Végétarienne de France sur le calcium.

Jus de légumes pour tous!
Jus de légumes pour tous!

Et tes enfants, tu leur laisses le choix quand même ?

Comme vous, je ne leur laisse pas le choix de leur alimentation. Quel parent adulte et responsable ferait cela ? Aucun ! Et c’est normal !

A l’âge de la diversification alimentaire (on va arrondir à un an), on ne va pas demander à nos loulous, « alors viande ou pas viande ? » évidemment, personne ne le fait. En revanche, nous faisons tous en fonction de nos valeurs, croyances et de ce que l’on nous a transmis.

Comme vous, je fais ce que je pense être le mieux pour eux ! Et je ne peux pas leur donner quelque chose que je considère comme étant néfaste et inadéquat.

De plus, si on laissait faire les enfants, ce n’est certes pas vers de la viande qu’ils iraient, mais vers des biscuits, chocolats ou bonbons. Car notre nature est ainsi faite et notre cerveau se dirigera plus volontiers vers le sucré (dont il se nourrit !). A ce propos, savez-vous réellement ce qui se cache dans les bonbons (pas si bons au vu de leur composition) ?

Et après, quand ils grandissent ? Pareil.

Je ne sais pas, ni ne peux savoir, comment je réagirais s’ils me disaient vers 12-15 ans, qu’ils veulent de la viande. En même temps, je préférerais que ce soit avec moi plutôt qu’avec quelqu’un d’autre car je ne leur donnerai pas un bout de chair du supermarché… avec comme risque qu’ils aiment ça !

Madeleines à la purée d'amandes // Financiers aux graines de courge. Recettes trouvées dans le livre de Stéphanie de Turckheim : http://vivrelivre19.over-blog.com/2014/03/petit-manuel-pour-ne-pas-avoir-l-air-ans-uen-epicerie-bio-stephanie-de-turckheim.htmlMadeleines à la purée d'amandes // Financiers aux graines de courge. Recettes trouvées dans le livre de Stéphanie de Turckheim : http://vivrelivre19.over-blog.com/2014/03/petit-manuel-pour-ne-pas-avoir-l-air-ans-uen-epicerie-bio-stephanie-de-turckheim.html

Madeleines à la purée d'amandes // Financiers aux graines de courge. Recettes trouvées dans le livre de Stéphanie de Turckheim : http://vivrelivre19.over-blog.com/2014/03/petit-manuel-pour-ne-pas-avoir-l-air-ans-uen-epicerie-bio-stephanie-de-turckheim.html

Ingrédients chers et difficiles à trouver.

Oui et non!

De plus en plus de personnes s'orientent vers ces choix alimentaires démocratisant les végéta*ismes, les stars en font leur régime du moment, et les supermarchés surfent sur la vague pour se faire toujours plus d'argent!

C'est à double tranchant!

Je vais commencer par le côté négatif pour voir ensuite le positif et dégommer d'abord les critiques! A trop vouloir rendre accessible le bio, de nombreux abus sont apparus et souvent, mieux vaut acheter local, plutôt que bio de certains pays, quand ça ne vient pas de l'autre bout du monde!

Rappelons que la France est le premier utilisateur européen de substances chimiques dans son agriculture! Et que la tendance ne semble pas s'inverser... Et paradoxalement, le label bio français AB est plus sévère que celui européen, plus laxiste (la feuille verte dessinée par les étoiles).

Certains obtiennent le label bio plus pour un coup marketing que par conviction... Car vouloir passer d'une agriculture "traditionnelle" à une biologique comporte d'abord beaucoup de contraintes, et à commencer par des pertes financières, mais pour quel profit, bien-être!

Le côté positif:

On trouve désormais certains produits, mais toujours plus nombreux, dans les rayons des grandes surfaces: tofus, sauces soja, lentilles corail, graines, flocons ou farines de toutes sortes...

Car toutes les villes (dont la mienne) n'ont pas la chance d'avoir un magasin bio et les livraisons reviennent cher, surtout pour une famille (nombreuse)!

On peut donc parfaitement avoir une alimentation végétale et variée assez "facilement".

Et les recettes alors?

De la même manière, il est de plus en plus aisé de trouver des recettes végétales, dans les magasins, et plus encore sur internet avec tant de sites et blogs culinaires!

La vente des livres de cuisine est toujours dans les hauteurs, le marché se porte bien! Si bien que l'on trouve beaucoup de livres végétariens, des maisons d'éditions spécialisées, telles celle de La Plage.

Dernièrement, j'ai même trouvé un livre de recettes végétaliennes chez Lidl!

J'ai compilé dans un article les différentes recettes mises sur le blog, celles que je réalise et qui ont du succès à la maison, glanées sur internet, et les différents livres de cuisine que je possède, pour tous ou pour les enfants! CLIC

COUP DE GUEULE ET INFORMATIONS (à moins que cela ne soit l’inverse !)

Je vous les livrais dans mon article Cuisiner, manger, se nourrir et écologie. (Bibliographie)

Il est difficilement concevable aujourd’hui d’imaginer que le monde ne sache pas les problèmes écologiques et éthiques que posent, partout dans le monde, la production et la(sur)consommation de viande.

Mais qui se préoccupe vraiment de ce que contient son assiette ? Qui prend encore le temps de vraiment faire ses courses et cuisiner, dans ce monde frénétique dans lequel nous vivons ? Et quand bien même nous le voudrions, le pourrions-nous ?

Nous connaissons les non-conditions d’élevage, les mises à mort ignobles et inutiles.

Nous savons très bien que les poissons et animaux possèdent une conscience physique, sensible et émotionnelle. Que le cochon est bien plus proche de nous que ce que l'on pense (clin d'œil au film Léon). Dès lors, avons-nous le droit de tuer, et surtout, ainsi?

Combien de tonnes de viande sont bennées car non achetées, quand elles ne sont pas remballées ou transformées en boulettes ou merguez ?

Dans les médias : presse écrite, radio, télévision, émissions sur le sujet ou de tout genre (On n’est pas couché), films, cette situation est largement décriée. Et pourtant, à la voir partout, n’est-elle pas banalisée ? J’en ai peur…

Le végétarien ne fait pas rêver. Il évoque l’austérité, l’ascèse, la contrition. Le végétarien est une espèce dissidente de la famille des Homo sapiens, dont il a choisir de s’exclure en s’enfermant dans une sinistre marginalité alimentaire. [...] Oui, le végétarien est chiant. Je sais de quoi je parle, j’en suis un depuis vingt ans.

Aymeric Caron dans son livre "No Steak".

Végéta*ismes

Et si nous étions tous un peu plus "chiants", regardants, il est certains aussi que l’on n’assisterait plus à ces horreurs, ces dérives, ces exploitations… Mais ce sont des choses que l’on ne veut pas voir, pas savoir. Les gens préfèrent ironiser avec le cri de la carotte ou de la courgette…

Car cela nous oblige à revoir notre manière de consommer, de vivre et d’être. Parce que c’est moche et que ça pue… On veut que tout soit lisse et beau, et que ce qui ne l’est pas soit étouffé, disparaisse. Et cela dans tous les domaines et strates de la société.

Etre végétarienne, ce n’est pas simplement ne pas manger de la viande, c’est aussi se soigner autrement ! Car les animaux consomment des tas de médicaments, qui sont les mêmes que les nôtres, en plus d’une alimentation non-adaptée et OGM, voire cannibale, et qui créent d’autres problèmes : intolérances, allergies multiples, pollution du sol, de l’eau et de l’air par leurs déjections en tout genre.

Je dois vous avouer que je suis un peu fatiguée de devoir souvent me justifier, expliquer les raisons de mon végétarisme et le bien-fondé celui-ci. Je suis lassée d’entendre toujours les mêmes scandales et arguments, et que la boucle recommence inlassablement.

Lassée que ce soit les personnes qui s'y connaissent le moins, et qui s'en targuent, qui aient entre leurs mains le pouvoir décisionnaire!

Agacée lorsque ces personnes qui ne font pas la démarche de connaître et savoir, se moquent de mon fils car il leur dit aimer les épinards et les lentilles corail.

Fatiguée d'entendre que la carotte ou la courgette crient! Certes! Mais toujours moins fort que des veaux ou agneaux (pour ne citer qu'eux!).

Je fais les choses à mon échelle, avec mes valeurs, en transmettant à mes enfants ce que je pense être le meilleur pour eux, pour le présent mais aussi pour leur futur, tant en tant qu’individus que citoyens du monde et Terriens.

Je suis membre d'une AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne), consomme bio ou à défaut local, et évidemment saisonnier.

Quel monde allons-nous transmettre à nos enfants, et comme le dit si justement Pierre Rabhi, Quels enfants allons-nous laisser à la planète ?

Alors oui, je suis différente!

Mais nous le sommes tous! Sur la question de l'alimentation comme sur toutes les autres!

De part notre famille, nos origines, valeurs, éduction, et bien sûr, nos goûts!

Deux personnes qui disent manger de la viande seront en réalité bien différentes! Aiment-elles les mêmes (blanche, rouge), la même cuisson, sauce, présentation? Cette différence est moins visible mais réelle!

Je ne souhaite que l'ouverture des œillères et écoutilles et le respect!

Blandine.

Rédigé par Blandine

Publié dans #Végéta*isme, #Ecologie

Repost 0
Commenter cet article

keisha 04/05/2017 07:57

Je file vite, mais je pense revenir lire posément cet billet. Je viens de lire pas mal de livres sur le sujet, en particulier Faut-il manger les animaux? (et ça bouscule)

Blandine 04/05/2017 21:44

Merci à toi! Il est toujours dans ma PAL et il faut que je l'en sorte...
Un livre que je peux te recommander et qui se lit comme un thriller: Le livre noir de l'agriculture d'Isabelle Saporta (que j'aime beaucoup)!

Valérie / Peuvent-ils souffrir ? 12/12/2014 21:46

Bel article.
Merci pour le lien que je découvre par hasard. :)

Blandine 12/12/2014 22:03

Merci à vous et à votre commentaire qui me permet de découvrir ainsi votre blog ;-)

Nancy 14/10/2014 14:09

Bravo pour votre sincérité et pour votre article si intéressant Blandine.
J'ai bon nombre d'amis sensibles à cette cause qui m'ont profondément convaincue également.
Je pense que vous n'avez pas à vous justifier de vos choix de vie et les recettes que vous montrez semblent délicieuses <3
A bientôt et belle journée à vous !

Blandine 14/10/2014 20:38

Mille mercis Nancy!
Votre petit mot me touche énormément <3

Nancy 14/10/2014 20:21

Hé bien j'essaierai de prendre le temps de les consulter.
J'ai déjà parlé de votre article <3
Vous avez raison, il faut toujours parler de ce qui nous tient à cœur !

Blandine 14/10/2014 18:30

Merci infiniment Nancy :-)

Cela faisait longtemps que je voulais écrire cet article, la Semaine du Goût a favorisé sa publication, encouragée par l'interview de Franz-olivier Giesbert samedi soir chez Ruquier pour son livre "L'animal est une personne" et la réaction de certains, identique à celles que je vois/entends autour de moi...

La plupart des recettes montrées dans l'article figurent sur le blog si l'envie vous dit ;-)

Bonne soirée et à bientôt!