J’additionne et Je soustrais. Anne BERTIER. (Dès 2 ans) + une application numérique dès 7 ans.

Publié le 20 Septembre 2014

Je vais vous parler de mathématiques aujourd’hui ! Une matière que j’ai toujours détestée à l’école, collège et lycée… Pourquoi ? Parce que je n’y comprenais rien ou pas grand-chose, et que cela n’a toujours pas changé ! Pourtant j’ai le souvenir de deux professeures qui ont vraiment essayé de m’aider…

Mais on a l’esprit mathématique ou pas… Les chiffres ne me parlent pas, ils restent des symboles, des caractères mystérieux, énigmatiques, et si par bonheur je résous un calcul, c’est après avoir emprunté nombre de chemins de traverse !

J’ai tout de même compris un truc avec les années ! On a beau dire et penser que tout ce qui nous entoure est mathématique, c’est aussi et surtout du français (ou anglais, italien… selon notre langue) ! Bien souvent, la clé se trouve dans l’énoncé du problème (le nom de ces exercices est bien trouvé non ?!) et si l’on ne lit pas bien, on s’égare et on rame !

J’additionne et Je soustrais. Anne BERTIER. (Dès 2 ans) + une application numérique dès 7 ans.

C’est par le plus grand des hasards que je suis « tombée » sur ces livres à la bibliothèque et ayant beaucoup aimé ses présentations et ses discours », je les ai empruntés de suite.

On s’émerveille souvent lorsque nos petits bouts, du haut de leurs 2-3-4 ans, savent compter : 1-2-3-4-5-6-… mais énumérer ces chiffres et savoir que ce sont des unités qui s’additionnent et se cumulent, c’est autre chose.

J’additionne.

Anne BERTIER.

Editions MeMo, collection « signes-jeux », novembre 2012.

Dès 2 ans.

Ce petit livre nous propose donc d’imager cette accumulation avec des triangles rouges. D’abord un, puis deux, puis trois, jusqu’à douze.

L’enfant comprend que le « 5 » est représenté par cinq triangles qui s’ajoutent les uns aux autres.

Les nombres sont destructurés.

+ et -+ et -

+ et -

J’additionne et Je soustrais. Anne BERTIER. (Dès 2 ans) + une application numérique dès 7 ans.

En apposant les triangles les uns aux autres, l’auteure en a obtenu diverses formes, qui à chaque triangle ajouté, se transforment. Cet aspect-là de l’album me fait clairement pensé aux tangrams, ces jeux qui font appel à la notion d’espace pour créer des animaux, humains, plantes et autres à partir de formes géométriques.

L’album présente d’abord les triangles avec le signe « + », celui de la couverture. Les chiffres sont uniquement présents à la fin de l’ouvrage pour dénombrer les triangles dans les différentes formes.

La dernière page peut être découpée en plusieurs triangles afin que l’enfant puisse les manipuler, reproduire les formes du livre ou en créer d’autres.

L’album Je soustrais suit le même procédé, à l’inverse !

Je soustrais.

Anne BERTIER. Editions MeMo, collection « signes-jeux »,

novembre 2012. (Dès 2 ans)

Cet aspect renvoie à la pédagogie Montessori dans laquelle Maria Montessori enseignait que c’est en faisant par lui-même, et à son rythme, que l’enfant apprenait.

Cette dernière a d’ailleurs repris l’idée du philosophe Blaise Pascal, l’esprit de l’Homme est mathématique par nature, pour mettre en évidence l’esprit mathématique de l’enfant : besoin de quantifier, de comparer, d’ordonner ou créer des séquences…, et lui créer un matériel adapté.

Pas étonnant, donc, que les adultes soient devenues des êtres à chiffres, pour reprendre l’idée du Petit Prince !

« Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d’un nouvel ami, elles ne vous questionnent jamais sur l’essentiel. (…) Mais, bien sûr, nous qui comprenons la vie, nous nous moquons bien des numéros ! »

Autres livres de l'auteure, tangrams et illustrations des opérations de soustractions.Autres livres de l'auteure, tangrams et illustrations des opérations de soustractions.

Autres livres de l'auteure, tangrams et illustrations des opérations de soustractions.

L’auteure a signé trois autres albums « pour voir les opérations » : c’est égal, je multiplie, je divise. Elle en a également créé plusieurs autres autour des chiffres : Chiffres à conter, Chiffres en têtes, d’autres sur les lettres ou couleurs, toujours sur ce principe de décomposition.

Pour les voir sur le site de l’éditeur, c'est ici!

Heureusement, ma fille semble ne pas connaître les mêmes difficultés que moi, mais je sais que je ne pourrai pas lui être d’une grande aide lorsque viendra les moment des équations, fonctions, racines carrées et autres affres mathématiques… Je cale déjà avec les divisions et même si j’ai su lui expliquer les fractions grâce à l’image de la pizza ou du gâteau, le leurre ne va pas durer !

Par chance, j’ai découvert grâce à DéclicKids, une super application sur tablette pour jouer avec les fractions et les comprendre, l’air de rien !

Slice fractions du développeur Ululab.

L’enfant va apprendre les fractions et leur vocabulaire (numérateur, dénominateur…) via un jeu.

J’additionne et Je soustrais. Anne BERTIER. (Dès 2 ans) + une application numérique dès 7 ans.

Un mammouth souhaite avancer, mais en ces temps perturbés entre l’aire glaciaire et le réchauffement climatique, des blocs de glace ou des trainées de lave, entravent son chemin.

A l’enfant de fractionner les différents éléments pour qu’il puisse avancer.

Voici quelques captures d’écran et je vous invite à aller voir la page que DélicKids a consacré à l’application.

J’additionne et Je soustrais. Anne BERTIER. (Dès 2 ans) + une application numérique dès 7 ans.J’additionne et Je soustrais. Anne BERTIER. (Dès 2 ans) + une application numérique dès 7 ans.
J’additionne et Je soustrais. Anne BERTIER. (Dès 2 ans) + une application numérique dès 7 ans.

Notée à partir de 7 ans, mes deux garçons de 3 et 5 ans y jouent déjà depuis quelques mois, sans qu’ils ne sachent lire, comme quoi, c’est ludique et intuitif.

Et si cela peut leur permettre de comprendre les mathématiques instinctivement, j’en serais ravie !

Je vous ai déjà présenté dans l’article S’occuper en voiture... un livre-jeu, Petits jeux de calcul trop rigolos d’Hachette Education, pour que les enfants jouent avec les chiffres et mathématiques, et ici, le concept fonctionne très bien avec ma fille.

Certes, les problèmes posent quelques difficultés, mais parce qu’elle ne lit pas toujours l’énoncé correctement, ou jusqu’au bout, et là, je peux encore l’aider !

Petits jeux de calcul trop rigolos. Du CM1 au CM2. 9-10 ans. Hachette Education, mars 2014. Celui-ci est dans le même esprit que le précédent mais axé sur les maths. J’ai personnellement un peu de mal à associer calcul et rigolo mais il est vrai que sous cette présentation, les maths sont beaucoup moins rébarbatifs ! Ce livre regroupe 50 jeux de calcul, 30 jeux d’observation et 40 jeux de logique (suites, labyrinthes, tableaux…)Petits jeux de calcul trop rigolos. Du CM1 au CM2. 9-10 ans. Hachette Education, mars 2014. Celui-ci est dans le même esprit que le précédent mais axé sur les maths. J’ai personnellement un peu de mal à associer calcul et rigolo mais il est vrai que sous cette présentation, les maths sont beaucoup moins rébarbatifs ! Ce livre regroupe 50 jeux de calcul, 30 jeux d’observation et 40 jeux de logique (suites, labyrinthes, tableaux…)

Petits jeux de calcul trop rigolos. Du CM1 au CM2. 9-10 ans. Hachette Education, mars 2014. Celui-ci est dans le même esprit que le précédent mais axé sur les maths. J’ai personnellement un peu de mal à associer calcul et rigolo mais il est vrai que sous cette présentation, les maths sont beaucoup moins rébarbatifs ! Ce livre regroupe 50 jeux de calcul, 30 jeux d’observation et 40 jeux de logique (suites, labyrinthes, tableaux…)

Et chez vous, comment se passent les mathématiques ?

Avez-vous d’autres idées, conseils, applications à partager ?

Belles découvertes !

Blandine.

Albums lus dans le cadre du Challenge « Je lis aussi des albums 2014» de Sophie Hérisson.

 

logo challenge albums 2014

94 et 95/100

Repost 0
Commenter cet article

Celine 20/09/2014 11:42

C'est pas mal, même si la couverture de "j’additionne" fait davantage penser à la croix rouge... En tout cas, c'est sûr qu'il faut les éveiller aux mathématiques jeunes :)