Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

Publié le 28 Mai 2014

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

Dans le beau-livre documentaire 14-18 LA VIE AU QUOTIDIEN, Les coulisses de la guerre en images de Chantal ANTIER et Gérard PETITJEAN, je vous avais brièvement parlé de ce musée, dont les portes ont ouvert pour la première fois, il y a deux ans.

L'entrée et le bâtiment.L'entrée et le bâtiment.

L'entrée et le bâtiment.

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

Sur une terre emblématique de la Première Guerre Mondiale, qui fut grandement meurtrie par deux fois, en 1914 et 1918, ce nouveau musée offre une très importante collection qui nous plonge au cœur de ce conflit, mais pas seulement ! Nous entrons au cœur d’une époque, d’un mode de pensée, familial, et encore bien rural, et que rien n’a pu préparer à vivre pareille horreur. Il a aussi pour objectif de nous présenter l’avant et l’après de ce conflit qui résonne encore jusqu’à nous, par une approche multi vues. Pour ce faire, la surface d’exposition permanente fait 3000 m², et 300 m² sont consacrés aux expositions temporaires, avec en plus un auditorium de 115 places (où nous avons vu une pièce de théâtre, dont je parlerai ensuite).

mortier et Statue élevée à la mémoire des soldats tombés aux Batailles de la Marne: La Liberté éplorée.mortier et Statue élevée à la mémoire des soldats tombés aux Batailles de la Marne: La Liberté éplorée.

mortier et Statue élevée à la mémoire des soldats tombés aux Batailles de la Marne: La Liberté éplorée.

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

La visite commence par un petit film, qui nous fait remonter le temps de 2014 à 1870. On observe alors certains mécanismes ou répétitions de l’Histoire, mais aussi les grandes inventions, les figures historiques ou emblématiques, mais aussi les conflits qui ont façonné, conditionné, la France et le monde.

Puis, nous débouchons sur un couloir qui nous plonge en 1871. On y découvre les sociétés civiles, tant allemande que française. Les deux sont placées en miroir. En définitive, les visions des deux pays sont identiques, les enfants jouent aux petits soldats avec des « vrais-faux » jouets et sont habillés de « vrais-faux uniformes », adaptés à leur taille. Des mises en scène sont créées pour les pauses photos, et de part et d’autre du Rhin, tous s’adonnent à dénigrer celui qui ne manquera pas de redevenir l’ennemi, jusque dans les détails les plus intimes.

En France, l’accent est donné sur la perte des deux provinces françaises, l’Alsace et la Lorraine, provinces éplorées qu’il faut faire revenir dans le giron national. Et l’école républicaine est un moyen très efficace pour enseigner aux enfants une culture patriotique, notamment par le biais d’une langue commune, le français, et surtout un esprit revanchard, pendant les cours de géographie (cf l'album sur la Belle Epoque). On observe des diplômes de félicitations, des bons points, un bureau d’écolier.

Des bataillons scolaires sont mêmes crées et pendant 9 ans, ils inculquent aux enfants une éducation sportive toute militaire et le maniement des armes. En parallèle, le service militaire embrigade désormais tous les hommes, quelque soit leur profession. Fini le tirage au sort, ou les exemptés (professeurs ou membres du clergé), le service militaire se veut plus égalitaire. Et sa durée est de plus en plus longue, la loi des 3 ans est votée en 1913.

Les relations politiques et diplomatiques sont en effervescence dans cette période. Tous cherchent à créer des alliances pour se prémunir ou garantir sa sécurité. La France s’allie à la Russie et à l’Angleterre, ce qui donne naissance à la Triple Entente. L’Allemagne fait alliance avec l’Autriche-Hongrie, l’Italie et plus tard, l’Empire Ottoman, c’est la Triple Alliance ou Triplice.

Nicolas II et Georges V (quelle ressemblance!) et Guillaume II.Nicolas II et Georges V (quelle ressemblance!) et Guillaume II.

Nicolas II et Georges V (quelle ressemblance!) et Guillaume II.

Puis arrive l’été 1914, on aperçoit une grande photo de famille, où sont regroupés la Reine d’Angleterre Victoria et ses nombreux descendants, dont notamment les trois cousins, Georges V roi d’Angleterre, Nicolas II Tsar de Russie et Guillaume II Kaiser de la toute nouvelle Allemagne et . L’Europe est donc gouvernée par une même famille, mais dont les membres aux vues divergentes et aux égos surdimensionnés, s’opposent et font des alliances contraires. Le 28 juin 1914, à Sarajevo en Serbie, l’héritier d’Autriche-Hongrie, François-Ferdinand, est assassiné par un jeune nationaliste serbe, Gavrilo Princip. Certains estiment que cet acte ne fut qu’un prétexte pour que l’empire austro-hongrois déclare la guerre à la Serbie, toujours est-il qu’il mit le feu aux poudres, faisant rouler l’engrenage des alliances qui embrasa l’Europe, et le monde, durant quatre ans.

La mobilisation est déclarée, des affiches placardées, les tocsins sonnet à toute volée… Une pièce retranscrit d’une manière visuelle et sonore ce jour du 2 août 1914, puis, tels des soldats, nous entrons dans la guerre. Des mannequins, portant les uniformes des différents corps d’armée et des différents pays semblent avancer dans des vitrines de verre, qui sont conçues de manière à laisser deux couloirs pour nous, visiteurs.

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

De là, nous débouchons sur un grand espace où de vrais véhicules et armements d’époque ont été placés : « Taxi de la Marne » de 1914, pigeonnier, obus français de 75 et obus allemand de 77, tank, avion, une roulante,…

Taxi de la Marne, d'époque!
Taxi de la Marne, d'époque!

Taxi de la Marne, d'époque!

deux pigeonniersdeux pigeonniers

deux pigeonniers

Taxi de la Marne et Obus français de 75. Obus allemand de 77.
Taxi de la Marne et Obus français de 75. Obus allemand de 77.

Taxi de la Marne et Obus français de 75. Obus allemand de 77.

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux
Le Musée de la Grande Guerre du pays de MeauxLe Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux
La roulante. La roulante.

La roulante.

Deux tranchées ont été recrées avec le no man’s land qui les séparent. L’une allemande et l’autre française. Si leur occupations et postes de garde et de tirs semblent identiques, on observe qu’elles ne sont pas conçues et entretenues de la même manière. Les Allemands creusaient, solidifiaient, construisaient, même s’ils ne devaient rester que « deux jours », alors que les Français estimaient que ce n’était pas la peine, puisqu’ils n’allaient pas rester...

Deux casemates ennemies viennent appuyer cette comparaison.

Tranchée allemande- No man's land - Tranchée française.Tranchée allemande- No man's land - Tranchée française.Tranchée allemande- No man's land - Tranchée française.

Tranchée allemande- No man's land - Tranchée française.

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

Plus on progresse vers le fond de la salle, et plus on observe le changement de matériel, et notamment avec l’arrivée physique des Américains dans le conflit, à partir de 1917. Les mêmes vitrines avec soldats se retrouvent à la fin du parcours. On constate plusieurs changements dans les uniformes et notamment leurs couleurs. Le français est le plus saisissant : on passe de la vareuse et képi bleus, et pantalon rouge garance à l’uniforme bleu horizon et au casque Adrian (pour l’infanterie). Les Allemands apportent aussi des modifications : plus de casque à pointes, et l’uniforme prend la teinte « feldgrau ».

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

En, parallèle de cette salle, sur la droite, et derrière un mur, se trouvent dix salles, thématiques. L’armement, les affiches de mobilisation et d’emprunt national, la place de la femme, le quotidien dans les tranchées, les stratégies et tactiques suivies par les états-majors, ce que le corps devait endurer pendant et après le conflit et donc les progrès de la médecine urgentiste, chirurgicale et réparatrice.

Une autre salle montre tous les uniformes de toutes les nations et corps d’armée. Au final, la conception que l’on se faisait de l’uniforme, du barda et des chaussures du soldat était assez similaire de par le monde et pas du tout en adéquation avec la technologie de l’armement déployée entre 1870 et 1914.

La visite se termine par la signature de l’armistice dans le train de Rethondes, au milieu de la forêt de Compiègne. J’avais au collège, un professeur d’Histoire-géographie, Mr Hérin, qui nous avait raconté que c’était son grand-père qui conduisait ce train.

Puis celle du Traité de Versailles le 28 juin1919 dans la Galerie des Glaces du Château de Versailles. A l’endroit même, où en 1871, la France perdait ses deux Provinces.

Puis l’on quitte l’exposition sur les vestiges et conséquences, encore actuels, de ce conflit.

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

Le musée se veut accessible « dès le plus jeune âge ». Un livret-jeu (à partir de 8 ans) est remis gratuitement aux enfants à l’accueil et leur propose de découvrir la guerre du point de vue des animaux. Qu’ils aient participé au combat d’une manière directe (chevaux, chiens, pigeons), indirectes (bœufs), fait partie de la vie des soldats (rats), les enfants découvrent par leur biais tout de qui a trait à la guerre (munitions, uniformes, véhicules), mais aussi les nouvelles armes, le camouflage, les tranchées, l’artisanat, l’argot employé par les soldats…

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux
France! 1914! (1916) Léon Réni-Mel dit Rénimel.
France! 1914! (1916) Léon Réni-Mel dit Rénimel.

Pour ce faire, des explications, photos, affiches et tableaux d’époque, et écrans jalonnent le parcours. L’un est en 3D, un grand écran a été placé dans une petite salle entièrement recouverte de miroirs. Le rendu est saisissant. La visite se fait de manière visuelle, auditive (de multiples sons sont recréés) et tactile. On peut toucher des uniformes, la gamelle du soldat, des munitions et obus, et se rendre compte réellement de la taille des armes, véhicules, avions et de l’échelle des choses grâce à de nombreuses reconstitutions. Cet aspect permet aux enfants de mieux s’approprier ce qu’ils découvrent.

Autre détail important : les étiquettes sont très bien disposées, et surtout, au niveau des yeux des enfants!

Tout au long de l’année, diverses manifestations culturelles ayant trait à la Grande Guerre sont organisées : visites-ateliers en famille, visites thématiques, jeux d’histoires, pièces de théâtre, expositions temporaires.

C’est donc dans ce cadre que nous avons assisté à une pièce intitulée « L’ennemi » et inspirée de l’album jeunesse de Davide Cali, et illustré par Serge Bloch, créé avec le partenariat qui unit Amnesty International et l’Historial de Péronne aux éditions Sarbacane.

Couvertures française et anglaise de l'album "L'ennemi".Couvertures française et anglaise de l'album "L'ennemi".

Couvertures française et anglaise de l'album "L'ennemi".

On découvre deux soldats, ennemis, seuls, isolés dans leur trou, coupés de toute communication avec leurs supérieurs. Ces soldats représentent tous les soldats, ceux d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Chacun essaie d’imaginer ce que pense l’autre, ses états d’âme, ses envies. Chacun suit les ordres et les dires du Manuel. Chacun a faim, froid, veut que ça s’arrête, délire, enrage… Et si l’autre pensait pareil, était comme lui, peut-être que la guerre s’arrêterait, mais s’il ne pense pas ça, l’un perdrait, serait certainement tué…

En définitive, chacun pense la même chose, mais ils ne peuvent pas le savoir ni communiquer, comment cela serait-il pris, compris, par l’autre ?

Un album fort sur la manipulation exercée par les politiques puis par nous-mêmes sur nous-mêmes. L’avis de Ricochet, !

Sa reconstitution théâtrale, par la Compagnie des Anges, m’a beaucoup plu, bien que parfois déroutante.

Le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux

Le site internet du musée est très bien fait et permet de bien programmer sa visite en fonction des expositions temporaires ou même des horaires des transports en commun. Car le musée est au « milieu de nulle part ! » Nous habitons pourtant en région parisienne, mais strictement de l’autre côté de Paris, il nous a fallu 2h à l’aller et 2h au retour pour nous y rendre. Mais la visite vaut le coup ! Pour se restaurer, il y a une « buvette » au sein du musée, sinon le billet permet de sortir et de revenir

Un (grand) bémol, celui des horaires ! De mai à septembre, le musée est ouvert de 9h30 à 18h30 mais le reste de l’année, « seulement » de 10h à 17h30. Si vous souhaitez déjeuner à l’extérieur, profiter d’une exposition temporaire, il sera difficile de tout voir ! Ce fut malheureusement notre cas, et nous n’avons pas pu terminer notre visite correctement.

La visite est certes longue mais fourmillante de détails. Il faut donc prendre son temps pour pouvoir bien étudier et appréhender la richesse des collections. Le Musée vous plonge intégralement dans l’époque de la Première Guerre Mondiale, et pas uniquement dans le conflit : dans sa société, son mode de vie très familial et peu voyageur, le physique, plus petit et plus trapu, des gens de l’époque est très bien rendu et nous permet de mieux comprendre les mentalités et acceptations pour ce dernier.

Pour conclure, malgré quelques petits aléas, cette visite est absolument à faire !

Blandine.

Vous pouvez retrouver les titres de ces livressur ma page dédiée à la Grande Guerre.Vous pouvez retrouver les titres de ces livressur ma page dédiée à la Grande Guerre.

Vous pouvez retrouver les titres de ces livressur ma page dédiée à la Grande Guerre.

Repost 0
Commenter cet article