Une première approche pour découvrir Keith Haring (dès 4 ans)

Publié le 11 Janvier 2014

Une première approche pour découvrir Keith Haring (dès 4 ans)

Les hiéroglyphes de Keith Haring.

Sylvie GIRARDET et illustré par Nestor SALAS. Collection « Salut l’artiste », Editions de la Réunion des musées nationaux (rmn) avec la collaboration du Musée en Herbe, 2011.

(Dès 4 ans)

Notions abordées : Art contemporain, couleurs, contexte temporel.

Keith Haring est l’un de mes artistes préférés et je suis RA-VIE car mon fils de 4 ans l’étudie en classe (moyenne section) cette année ! Cet artiste adorait travailler pour et avec les enfants et malgré quelques œuvres à caractère clairement sexuel, son art leur est facilement accessible et compréhensible !

Une première approche pour découvrir Keith Haring (dès 4 ans)

Ce livre-jeu se présente ainsi : une biographie sous forme d’images et de textes à associer, un jeu de l’Oie pour comprendre l’époque dans laquelle évolue l’artiste. Des photographies ou autoportraits afin que l’enfant puisse l’identifier. Puis une œuvre par double-page avec différents jeux (retrouver des éléments, des détails, l’intrus,…). On suit bien sûr les influences et évolutions de l’artiste au fur et à mesure du livre. Et à la fin, un méli-mélo reprenant les différentes œuvres vues dans le livre et dont il faut retrouver le nom.

Une première approche pour découvrir Keith Haring (dès 4 ans)
Une première approche pour découvrir Keith Haring (dès 4 ans)
Une première approche pour découvrir Keith Haring (dès 4 ans)

Keith Haring est né en 1958 en Pennsylvanie. Grâce à son père, il est très tôt attiré par les BD et leur graphisme : des cases plus ou moins grandes, cernées de noir, dans lesquelles de petits traits figurent les mouvements, ou l’énergie. Il découvre les œuvres de Pierre Alechinsky ou de Jean Dubuffet. Il décide de s’installer à New-York et s’inscrit à la School of Visual Art et fréquente notamment Jean-Michel Basquiat. C’est là que les formes abstraites qui emplissaient ses carnets de dessins se muent en personnages, humains, animaliers, soucoupes volantes…

Pour se faire connaître, il utilise les espaces publicitaires vides du métro (les subway drawing). Il dessine d’un seul tenant, à la manière d’une BD, une ou deux cases, et qui exprime ses idées, ses doutes, peurs, envies. Il souhaite que l’art soit à la portée de tous et partout, et ne soit pas réservé qu’aux plus riches. C’est pourquoi il préfère peindre sur des toiles, parfois gigantesques, un matériau bien moins « pompeux » que la toile. Ici aussi, pas de travail préparatoire, pas de retouches, cela ne fait rien si la peinture coule. Pour l’accompagner, un radio-cassette qui hurle de la musique hip-hop !

Il aime être entouré dans sa vie comme dans sa création. Il est réclamé dans le monde entier et ses combats le portent auprès des enfants malades, dans la lutte contre le Sida (dont il est lui-même atteint et succombera en 1990 à 31 ans), à Berlin où il peint sur le Mur (partie détruite aujourd’hui), en Italie…

Exposition Musée d'Art Moderne de Paris.
Exposition Musée d'Art Moderne de Paris.

Ses dessins sont la majeure partie du temps très explicites. Il y exprime son amour pour la vie (bébé, femmes enceintes, personnages dansant et bougeant), ses inspirations et notamment Andy Warhol (qu’il représentera souvent singé en Mickey à lunettes), mais aussi ses craintes ou peur (le racisme, le nucléaire, les religions, la technologie, le sida, la drogue). Il prend des positions politiques, contre l’Apartheid en Afrique du sud, ou contre l’assassinat par des policiers d’un jeune graffeur afro-américain. Se sachant atteint du sida en 1988, ses œuvres sont plus virulentes et il crée la Keith Haring Foundation en 1989, afin que ses combats perdurent même après sa disparition. Comme emblème, il choisit son Bébé rayonnant. Il meurt le 16 février 1990, à 31 ans.

Exposition Musée d'Art Moderne de Paris "The Political Line".
Exposition Musée d'Art Moderne de Paris "The Political Line".
Exposition Musée d'Art Moderne de Paris "The Political Line".

Exposition Musée d'Art Moderne de Paris "The Political Line".

Exposition Musée d'Art Moderne de Paris.
Exposition Musée d'Art Moderne de Paris.

L’œuvre laissée par Keith Haring est énorme et est très facile d’approche. Il aimait à travailler avec et pour les enfants. Tous les supports étaient bons à prendre et il a peint sur des voitures, des amphores, des paravents, ses lunettes… Il a aussi créé des sculptures gigantesques représentant son chien-loup, ou des bonhommes transpercés. Il a également représenté Les Dix Commandements dans des dimensions monumentales.

Exposition Musée d'Art Moderne de Paris.
Exposition Musée d'Art Moderne de Paris.

« Victime » de son succès, son art n’est plus accessible comme il l’aurait voulu et ses œuvres sont conservées dans des musées ou s’arrachent à prix d’or. On est loin de l’esprit de son magasin le Pop shop, ouvert à New York en 1986 afin de rendre l’art accessible à tous par le biais de créations commercialisées à bas prix.

Avec les enfants, nous nous sommes rendus à quelques expositions :

*Au Musée en Herbe en février 2012.

*Au Musée d’Art Moderne de Paris et son prolongement au 104, pour l’exposition intitulée : « The Political Line », qui souhaitait mettre en avant l’implication politique de Keith Haring.

*Atelier Dada au Jardin des Plantes de Paris en juillet 2013.

Je vous ai déjà parlé de Keith Haring au-travers de deux articles que voici:

http://vivrelivre19.over-blog.com/l-art.html

http://vivrelivre19.over-blog.com/2013/11/andy-warhol-et-keith-haring.html

Exposition Musée d'Art Moderne de Paris.
Exposition Musée d'Art Moderne de Paris.

Belles découvertes !

Blandine.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article