La cabane d'Isabel. Sarah Stewart. (Dès 6 ans)

Publié le 26 Janvier 2014

LA CABANE D’ISABEL

Texte de Sarah STEWART et illustrations de David SMALL

Editions Syros, 2012.

Réédité en octobre 2013 pour le Prix des incorruptibles. (USA, 2012)

Dès 6 ans.

Notions abordées : famille, expatriation, culture, art épistolaire.

Isabel est une petite fille mexicaine d’environ 6 ans qui part avec ses parents et son grand frère, Chavo, vivre aux Etats-Unis.

D’avril à août 1957, elle va écrire douze lettres à sa tante Lupita, restée au Mexique. Nous n’avons que les lettres d’Isabel, mais nous devinons celles qu’elle reçoit en retour. Elle lui écrit ses espoirs, ses angoisses face à cette nouvelle langue qu’elle ne maîtrise pas bien, son arrivée dans une nouvelle école, le fait qu’elle n’ait pas encore d’amies, sa joie de lire de l’espagnol. Car de son côté, elle s’oblige à écrire en anglais pour ainsi lui démontrer ses progrès.

Ce qu’Isabel aime par-dessus tout, c’est récupérer des emballages en carton (d’abord celui du frigo, puis d’une piscine gonflable, puis plein d’autres de divers gabarits) afin de s’y installer un cocon pour aussi se protéger de toutes ces nouveautés. Peu à peu elle se construit un univers, où elle aime écrire à sa tante, elle le rend chaleureux en dessinant sur les murs de sa cabane ou en y intégrant plusieurs objets.

La maman d’Isabel confectionne des gâteaux pour les différentes fêtes d’anniversaire des enfants résidant alentour et c’est ainsi qu’Isabel se crée des affinités. Elle y récupère des boîtes et y chante même « Bon anniversaire » en mexicain. Finalement, ce sont ces enfants-là qui viendront à sa fête d’anniversaire et pourront visiter sa cabane aux mille couleurs.

Les lettres d’Isabel sont résolument optimistes, bien que ses inquiétudes transparaissent. Elles occupent un petit coin dans chaque double-page qui décrit une scène. Les illustrations sont grandes, très foisonnantes et vivantes grâce à leurs couleurs et aux traits des personnages.

L’album nous décrit une intégration réussie dans un pays étranger. Leur départ du Mexique semble volontaire et professionnel. On les voit passer la douane, le papa parle de son travail, et son frère va suivre des cours à l’université durant l’été.

Le titre axe sur la cabane de la petite fille, dont il est question dans toutes ses lettres, alors que l’éditeur français, de par sa mise en page et son petit résumé en quatrième de couverture, nous le présente comme un album épistolaire. Je trouve qu’il y a un petit élément discordant, mais que je n’arrive pas trop à (m’)expliquer.

Cet univers qu’une petite fille se crée pour se protéger de l’extérieur et des changements me rappelle un autre livre, également présent dans la sélection CE2-CM1 du Prix des Incorruptibles pour cette année scolaire 2013-2014 : Fais comme chez toi, Aminata !

*Depuis 24 ans, les Incorruptibles décernent un prix, par le biais des élèves à l’école/collège, à un album ou livre. Six livres sont mis en compétition selon un ou deux niveaux de classe. A tour de rôle, les élèves lisent et ramènent chez eux pour le lire en famille, ou simplement plus calmement. Parfois les parents sont même invités à voter pour leur livre préféré, comme ce fut le cas pour nous lorsque ma fille était en CP (2010-2011).

« Le prix littéraire des Incorruptibles a été conçu comme un jeu, un défi à relever. Son objectif est de changer le regard des jeunes lecteurs sur le livre, afin qu’ils le perçoivent comme un véritable objet de plaisir et de découverte. L’association a reçu en 2013 l'agrément de l'Éducation Nationale, en tant qu’association éducative complémentaire de l’enseignement public. »

Je vous ai déjà présenté plusieurs livres que ma fille a reçu cette année, ou même les années précédentes.

Belles lectures !

Blandine.

Repost 0
Commenter cet article