La cuisine des sorcières - 3 albums dès 4 ans.

Publié le 20 Octobre 2013

LA CUISINE DES SORCIERES

Aujourd’hui, dimanche 20 octobre, c’est le dernier jour de la Semaine du Goût, version 2013 ! J’en profite donc pour faire la liaison entre deux actualités : la cuisine et les sorcières, personnages phare d’Halloween !

Nous allons donc faire la connaissance de la Sorcière Tambouille, qui adooore cuisiner et rivalise sans cesse d’imagination pour mitonner de « délicieux » mets !

La Sorcière Ratatouille, qui aimerait être encore plus belle que les filles sur papier glacé (comprenez, des magazines !) et qui va tenter une transformation grâce à des soupes !

Et la Sorcière Cornebidouille qui fait peur aux petits garçons (les filles en sont exemptes ?!) qui ne veulent pas manger leur soupe !

LA SORCIERE TAMBOUILLE

Magdalena GUIRAO JULLIEN, Illustrations de Marianne BARCILON

Kaléidoscope pour l’École des Loisirs, mars 2003.

Dès 4 ans

La sorcière Tambouille est une fine cuisinière qui n’a de cesse de concocter des petits plats ! Tous plus recherchés les uns que les autres ! Ses amis : squelettes, fantômes, vampires,…, sont des rustres qui les engloutissent sans aucune manière, ni félicitations !

Par le biais d’une petite annonce, elle devient la cuisinière personnelle d’un ogre, qui ne peut plus manger d’enfants et qui recherche de l’originalité dans sa nourriture ! Instantanément conquis, l’ogre l’installe dans une chambre de princesse, trop proprette au goût de la sorcière.

Toute son imagination va être nécessaire pour combler l’appétit de l’ogre et sa curiosité !

Mais devenu intrusif dans la cuisine, elle la délaisse pour le confort de ses appartements, jusqu’à rentrer chez elle et opérer quelques changements domestiques ! Et retrouver ses amis !

Les illustrations, bien que très colorées, rendent bien hommage à la sorcière ( habits noirs, chapeau pointu, grand nez) et à son univers : crapauds, serpents et autres bestioles peu ragoûtantes font bien sûr partie du décor (et des plats !)

Les expressions des visages expriment parfaitement les émotions des personnages : plaisir, ravissement, colère, ennui, …

Mais au-delà ce premier aspect, cette jolie histoire est un hommage rendu à l’amitié, au plaisir de faire plaisir et au partage !

A la maison, nous adoooorons ce livre! Surtout nous qui cuisinons beaucoup!

Mon fils de 4 ans qui aime toujours à savoir les différents aliments de son plat s’amuse à dire qu’il y a: « de la bave de crapaud, de serpent,… » ou autres saveurs, pour le plus grand déplaisir de ma fille!!!

AH ! LES BONNES SOUPES

Claude BOUJON

Ecole des Loisirs, janvier 1996.

Devant son miroir, un magazine à la main, la sorcière Ratatouille se trouve bien moche ! À raison ! Qu’à ne cela tienne, elle va devenir encore plus belle que la fille de la photo grâce à l’une de ses potions !

Mais voilà, aucune recette dans ses nombreux grimoires ! Va falloir innover ! Ratatouille concocte ses soupes aux mets variés et secrets. Prudente, les compagnons indémodables de la sorcière (chat noir, chauves-souris, crapauds…) sont invités à goûter…

Réactions diverses et variées et résultat surprenant !

Fini le cliché de la sorcière vieille et moche et qui veut le rester ! La sorcière veut être belle ! Elle cuisine au chaudron (la valeur sûre), à la casserole et au micro-ondes (il faut bien vivre avec son temps !)

La chute de l’histoire est très originale où Ratatouille portera bien son nom !

Les illustrations dépeignent très bien l’antre d’une sorcière et ses acolytes : univers un peu sombre, bocaux aux contenus divers…, chat noir, souris, hibou…

Les enfants et moi-même avons tout de suite succombé au « charme » de Ratatouille ! Les textes sont rigolos, avec des rimes lorsque la sorcière cuisine, et ne révèlent rien des ingrédients secrets des soupes !

A déguster !

CORNEBIDOUILLE

Pierre BERTRAND, illustrations de Magali BONNIOL

Ecole des Loisirs, septembre 2003.

Pierre est un petit garçon qui refuse de manger sa soupe, malgré les différentes histoires que cela crée avec chacun des membres de sa famille ! Alors son père lui en conte une : celle de la terrrrrible sorcière Cornebidouille qui fait tellement peur aux petits garçons qui refusent de manger leur soupe, que le lendemain, ils ne se font pas prier pour la terminer !

Ayant encore refusé d’en ingérer ne serait-ce qu’une cuillère, Pierre se retrouve au lit sans rien dans le ventre. La porte du placard s’ouvre et Cornebidouille fait son entrée ! Une sorcière comme il se doit, moche, et qui pue ! Il en faut plus pour que Pierre ait peur et c’est avec un aplomb presque insolent qu’il la fait bouillonner de rage. Ce qui a pour effet de la rendre encore plus effrayante… sauf pour Pierre, qui usant de ruse parvient à se jouer de la sorcière et à s’en débarrasser ! Pour autant, Pierre mangera-t-il sa soupe désormais ?

Là encore, le registre de la sorcière est bien exploité : moche avec un grand nez crochu, une ample robe (mais pas noire), un chapeau et une terrible odeur…

Point besoin de balai ou autre animaux, la sorcière ne compte que sur elle-même pour faire peur ! Même si l’histoire semble jouer sur le registre culinaire avec la soupe (qui fait grandir, et qui fait qu’on n’a plus peur), l’histoire traite aussi des ressources que l’on a en soi face à des adversités ! L’enfant doit avoir confiance en lui pour surmonter ses peurs et ne pas s’en laisser conter !

A lire en contrefaisant sa voix lorsqu’on incarne la sorcière et les enfants rigolent !

Le nom de « Cornebidouille », un peu ridicule, est aussi source de rires !

Une suite a été écrite, La revanche de Cornebidouille, mais je n’avais pas été aussi conquise lorsque je l’avais lue (il y a quelque temps !). Il faudra que je le relise !

C'est chose faite (octobre 2015) et j'ai aimé, adoré, la preuve ici!

Magali Bonniol est l'auteure de deux livres chroniqués ici: Tournicotte et Aldo.

Trois livres à dévorer sans attendre !

Belles lectures et découvertes!

Blandine.

Repost 0
Commenter cet article